Énergies Marines Renouvelables : une nouvelle étape franchie à Brest.

42
En gris, les éléments de l'embase au port de Brest.
En gris, les éléments de l’embase au port de Brest.

Les premiers éléments de l’hydrolienne Sabella D10 sont arrivés en fin de semaine dernière sur le port de commerce de Brest. Elle est destinée à être installée à partir du printemps 2015 dans le passage du Fromveur, entre Molène et Ouessant. Les forts courants de cette zone atteignent fréquemment des vitesses de 3,5 m/s. Cela permet d’envisager une puissance de 0,75 MW. La machine devrait alimenter l’ile d’Ouessant à hauteur de 20% de ses besoins. De 10 mètres de diamètre, ce n’est qu’un démonstrateur préfigurant des machines plus puissantes de 12 et 15 mètres de diamètres. L’entreprise est la société Sabella, une PME Quimpéroise qui bénéficie d’un fort soutien régional. Elle envisage une ferme de 3 ou 4 machines de type D15 au Fromveur d’ici 2018 pour les besoins de l’ile d’Ouessant, dans le cadre d’un projet au nom bien trouvé : “Eussabella”.

Les étapes de l’assemblage et de la mise en place de la D10 peuvent être suivies sur le site « http://www.sabella-d10.bzh ». Le montage va s’effectuer non loin des travaux d’extension du port de Brest. Financés par la Région, ces travaux visent notamment à accueillir le développement des activités liées aux Energies Marines Renouvelables (EMR). Conformément aux hypothèses du projet d’extension, la future zone pourrait accueillir, à terme, la production en série des hydroliennes Sabella pour la France et l’International. L’énergie hydrolienne s’inscrit dans un développement des EMR actuellement prioritairement axé sur l’éolien. Domaine dans lequel Brest ne semble pas en position de force.

Activités EMR à Brest : un espoir à long terme.

En 2012, l’essentiel des prévisions d’activités EMR du projet d’extension étaient du domaine éolien. Dans les faits, Brest se retrouve géographiquement désavantagé par rapport au développement des premiers parcs marins d’éoliennes. Les deux plus proches sont ceux de Saint Brieuc et de Saint Nazaire. Contrairement aux espoirs initiaux, Saint Nazaire a été choisie comme zone logistique par EDF. La production de fondations de type « mono-pieux » pour les éoliennes de Saint Nazaire est annoncée à Cherbourg. Heureusement, la société Ailes Marines, en charge du parc en baie de Saint-Brieuc, a choisi Brest pour le développement de ses fondations de type « Jacket » (structure métallique en treillis). C’est aujourd’hui le seul élément qui apparaît en ce qui concerne les premières échéances à respecter dans le dossier d’enquête publique d’extension du port.

Les informations disponibles sur le site de France Energie Eolienne montrent que Brest sera toujours défavorisé vis à vis des parcs d’éoliennes posées sur le fond. Cette situation devrait changer lorsque la technologie des éoliennes flottantes se développera. En octobre dernier, deux des quatre projets retenus par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (Ademe) concernaient l’éolien flottant. L’un d’eux était le projet SeaReed du consortium DCNS ALSTOM. Ce projet est né de l’abandon du projet Winflo de DCNS pris en compte par la Région Bretagne pour le développement du port de Brest. Le nouveau projet consiste en une éolienne Haliade 150 produite par Alstom à Saint Nazaire et Cherbourg, posée sur un flotteur développé par DCNS et dont il ne reste plus qu’à espérer la fabrication à Brest.

L’hydrolien représente une voie de développement concret et à proximité pour le port de Brest. Pour l’éolien flottant, les perspectives semblent plus lointaines. Les zones identifiées en Manche et Atlantique concernent essentiellement les côtes bretonnes. Leur localisation et leur étendue laissent présager d’intenses discussions avec les professionnels de la mer. On peut regretter que la séparation de la Loire Atlantique soit susceptible de défavoriser une vision d’ensemble par la collectivité territoriale pourtant la mieux placée : la région Bretagne.

Retrouvez cet article sur le blog : LA VIGIE DE RECOUVRANCE

42 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.