Publié le: mer, Jan 28th, 2015

Amendes et prison avec sursis pour jets d’oeufs et de farine

Soutenez 7seizh par Paypal

Un mois de prison avec sursis pour port d’arme et à une amende de 250 euros pour “détérior  ations légères” pour avoir jeté 2 douzaine d’oeufs et 5 kilos de farine sur la façade de la maison de Jean-Marc Ayrault à Nantes le 28 juin 2014. C’est la peine maximum à laquelle le tribunal de Nantes a condamné hier trois des six prévenus. Cinq q’entre eux seulement avaient fait le déplacement jusqu’à Nantes. Le dernier n’a pas prévenu les avocats de son absence.

Après la manifestation pour la réunification de la Bretagne du 28 juin dernier, vingt-cinq bonnets rouges avaient investi la rue Lamartine à Nantes, avant de s’arrêter devant le domicile de Jean-Marc Ayrault, ex-Premier Ministre. Quelques paroles fortes, jets d’œufs et de farine et pour les effets spéciaux cinq fumigènes sur la route. Le couple Ayrault est présent. Les deux policiers en faction devant la maison le savent et tentent de protéger celle-ci d’une éventuelle tentative de s’y introduire. Mais ce n’est pas l’objectif des manifestants. Ils sont venus pour une opération non violente, un chahutage d’étudiants tout au plus, réalisé comme une recette traditionnelle bretonne, celle des crêpes, avec des oeufs et de la farine. Et en arrivant, ils le disent à la policière en faction, “Nous sommes non-violent, nous voulons juste rappeler à Monsieur Ayrault que la Loire-Atlantiques est en Bretagne”.

Les deux policiers en faction se sont constitués partie civile. L’homme a vu le médecin légal au soir de l’attentat pâtissier : aucune lésion constatée et… 0 jour d’ITT. Le médecin note quand même que l’homme affirme être traumatisé par rapport à la “violence des faits”. La femme, elle, a pu consulter le psychologue du service le soir-même selon son avocat insistant sur les “conséquences psychologiques de la violence de l’attaque”. Maîtres Yann Choucq et Erwan Lorvollec, les deux avocats de la défense, relèveront cependant que, malgré un climat tendu dans les manifestations nantaises depuis celle du 22 février 2014 contre la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, aucune des manifestations pro-réunification 2014 n’a jamais donné lieu à un quelconque débordement. Ils renchériront en notant que pour les deux fonctionnaires de police présents et qui avaient derrière eux de nombreuses années d’expérience, le chahutage à la farine et aux oeufs étaient une mission tout à fait simple dans la tâche d’un policier.

A la barre, Yoran Delacourt, militant breton de longue date et éditeur d’ouvrages sur la Bretagne, a affirmé «Il n’y avait aucune agressivité de notre part. On voulait faire savoir, par une action symbolique, qu’on était en désaccord avec Jean-Marc Ayrault, qui, selon nous, avait fait capoter la réunification de la Bretagne». A noter que dans cette affaire, Jean-Marc Ayrault ne s’était pas constitué partie civile et qu’il avait déclaré à la presse que les dégradations pourraient être nettoyées à l’eau.

Les photos saisies à notre photographe Gael Cloarec présent lors des faits, ont servi de “preuves” à l’accusation. Le dossier a partiellement été monté sur celles-ci. Sur certaines d’entre elles, on voit nettement les lanceurs d’oeufs et de farine. Mais elles ont surtout démontré qu’aucune violence n’avaient été commises à l’égard des deux fonctionnaires de police, qu’aucun jets d’oeufs où de farine ne leur étaient destinés contrairement à ce qu’ils avaient affirmé dans les dépositions. De plus, sur ces photos, les deux fonctionnaires de police ne semblaient en rien traumatisés ou malmenés. Le juge les a donc logiquement déboutés de toutes leurs demandes.

Me Yann Choucq et son confrère Me Erwan Lorvellec, ont demandé la requalification du lancer d’oeuf et de farine en « dégradations légères », alors que le procureur en charge du dossier les qualifiaient de “graves”.

En début de soirée, quatre des apprentis crêpiers ont été condamnés à un mois de prison avec sursis pour “port d’arme, sans motif légitime” (pour le port du couteau qui leur sert dans la vie quotidienne), et “participation à un attroupement avec arme”. Cinq d’entre eux devront payer une amende de 250 euros pour détériorations légères. Et un dernier écope d’une amende de 250 pour avoir transporté son Opinel dans sa sacoche restée dans la voiture pendant la manifestation. La relaxe a été prononcé pour qualification de violences volontaires sur agent des forces de l’ordre.

Une question reste désormais en suspens à l’issue de l’audience avec la condamnation pour le transport d’un couteau dans une sacoche restée dans la voiture pendant la manifestation. Comment fait-il pour ramener chez soi l’Opinel acheté chez son détaillant favori sans risquer une amende ?

Les photos saisies à notre photographe lors de l’attentat crêpier :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les photos des soutiens devant le tribunal hier à Nantes pendant l’audience. (photos transmises par nos fidèles lecteurs. Merci à Gérard, Ael et les autres)

 

A propos de l'auteur

Visualiser 44 Comments
Ce que vous en pensez
  1. loeiz vuc'h dit :

    Si l’islam radical utilisait aussi cette recette dans ses actions
    On les prendrait peut être bien plus au sérieux!

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retrouvez 7seizh sur votre mobile où votre tablette Téléchargez l'application 7SEIZH.INFO

appstore L'application mobile pour Apple         playstore L'application mobile dans Google Play

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.