Êtes-vous une “classe héroïque” ?

3

les bourgeois c'est comme les cochons“L’existence sociale des hommes détermine leur pensée” Président Mao Zedong

“Tu sais Maël, souvent la plupart des mecs qui viennent à nos concerts sont des fils de bourgeois, de médecins… qui se prennent pour des working class bastards… rien à voir avec le vrai esprit punk !…” Deek “Oï Polloï” Alen. Edimbourg. 90’s. “…Ouaih quelle bande de fuckin’ bullshits ! Hips ! Hey Joe tu nous remets ça !” Micky “Bastard Suns of Fuid”. Edimbourg. 90’s

S’il y a une classe sociale à éradiquer c’est bien les bourgeois qui peuplent les partis de gauche. Parce que si un ouvrier qui milite à l’UMP c’est un masochiste frénétique, un fils de directeur de banque qui milite au NPA c’est un imposteur. Et un beau ! Un faisan ! Et faut le dire, dans certains partis de gauche, y’a quand même que ça ! Des types qu’ont travaillé à l’usine deux semaines pendant les vacances juste pour faire chier Papa et qu’en parlent le reste de leur vie. Tiens, la Fédération Anarchiste. Les A cerclés, les drapeaux noirs tout ça ! Ni Dieu ni Maître ! Au moins 90% de fils de directeur d’hypermarchés Casino ! Y’a des statistiques là-dessus ! Etudiants en art avec maison de vacances à Saint-Briac ! Si un jour le pouvoir veut mettre à genoux les nanars, c’est pas les enfermer qu’il faut faire, c’est coller un contrôle fiscal à leurs parents !

Ah, je suis d’accord. Le bourgeois gauchiste, c’est effectivement le plus insupportable. Prétentieux, trouillardeux, capricieux, jouissouilleur, jacasseux, pia pia pia pia pia pia. Ah non, ah l’horreur ! Dans les partis à la gauche de la gauche il y a les deux. Le besogneux et le bourge. Mais pas dans les mêmes proportions. Et puis certains partis, c’est le Who’s who, alors que d’autres c’est quand même plus authentiquement popu. Mais dans tous, il y a une constante : Le bourge déteste le besogneux. Il le trouve vulgaire. Saucisson ! Beauf ! Il écoute AC/DC et bouffe de la tête de veau ! Et puis il a une boucle d’oreille.

Le bourge n’aime pas le besogneux mais il aime bien l’idée qu’il se fait du besogneux. Nuance ! Un peu comme “le camarade immigré”. En vérité, le bourge gauchiste n’aime pas l’immigré. Du tout, du tout. Il aime l’idée qu’il se fait de l’immigré. Léonarda et sa charmante famille à la télé, pour un bourge de gauche c’est des images qu’il a vu dans les films à Tony Gatliff: les guitares gratouillantes, la belle tzigane bien roulée, tout ça… Par contre si le distingué daron de la fascinante Léonarda vient lui taxer 10 sacs dans son immeuble à digicode, peu de chance qu’il lui ouvre sa porte, le bourge de gauche. Tellement peur que ce sagouin vienne lui tirer en douce sa tablette Samsung…Et abîmer la moquette du salon… ah non !

Mais ce que le bourge de gauche déteste le plus, c’est le bourge de droite. Parce qu’il est comme lui. Il lui renvoie son image d’imposteur. Il lui rappelle la maison de vacances à Saint-Malo ! Et les derniers biftons que lui a donné papa. Il est sa mauvaise conscience. Il parle comme lui. Parce que le bourge de gauche ne trompe jamais longtemps le besogneux. On te repère tout de suite, petite charogne. Ta façon de parler, ton regard de faux-jeton, tes manières, ta parole insupportable, l’accent. Tout !  Tout te trahit ! Même déguisé en ramoneur on sait que tu n’as jamais touché un tournevis.

Et puis, une fois qu’il a fini de se donner un genre, le bourge de gauche retrouve sa classe sociale. Fini les chèvres à Thorigné Fouillard pour les plus courageux ! Papa lui trouve un vrai boulot. Et le fait adhérer au Lion’s Club. Ca prend le temps que ça prend mais ça fini toujours comme ça. Très peu supportent la schizophrénie sur le long terme en vérité.

Donc, le bourge de gauche  s’est créé un besogneux mythique. Son besogneux à lui ! A lui seulement. Qui pense bien, qui vote bien ! Comme dans les livres qu’il a lu à la fac ! Le héros lambda pour le bourge de gauche, c’est “l’ouvrier d’usine”. Il a d’ailleurs intérêt à le garder dans le formol parce qu’il ne va pas en rester beaucoup d’ici peu. Un paysan, ça pue le lisier et le tracteur. Même pour les Maos ! Un artisan, c’est un poujadiste qu’à des posters de chaudières dans son local. Pfffff. Alors, qu’un ouvrier d’usine… C’est le super-héros des romans de Jack London ! Par contre “l’ouvrier” doit rester ouvrier toute sa vie pour le bourge gauchiste. Un ouvrier qui veut changer d’échelon c’est un traître, une dérive “petit bourgeoise”, un mec qui lui prendra sa place un jour…

Pour un bourge de droite, c’est plus simple : un ouvrier c’est une statistique qu’il faut illico transférer au Bengladesh. Quand on fusillera les bourges de droite, ça se fera avec application et respect. Les bourges de gauche, ce sera à la hache. Et avec du mépris bien dans le regard.

Parce que le bourge de gauche se fait souvent rattraper par le réel. Donc, un jour, les bourges de gauche ont laissé tomber la “classe ouvrière”. Tournant des années 80. A partir de là, la nouvelle classe héroïque des bourges de gauche c’est devenu les immigrés, rebaptisés “migrants”. Aujourd’hui, l’histoire d’amour a de la cartouche de kalashnikov dans l’aile… Cabu et Charb descendus par des beurs de banlieue… ah la navrante désillusion… Y’en a qui continue la musique, mais la majorité n’y croit plus vraiment. Elle est Charlie maintenant. Et le padamalgame c’est pour le genre.

Mais, pas grave, la bourgeoisie bien pensante a trouvé une nouvelle marotte : “les minorités sexuelles” que ça s’appelle. Homos. “Transgenre”. Tellement exotique ! Les “femmes” aussi…

Mais le bourge de gauche se lassera d’eux rapidement. Alors demain, il se retrouvera d’autres héros : les handicapés, les roux, les animaux, les carottes, les robots, … Y’a bien un nouveau truc qui mijote quelque part… un gourou qui dit le bien et le mal… faut aller voir sur google….Ou à Rennes 2…

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here