Jérôme Abbassene répond à Jean-Jacques Urvoas

9

Suite au positionnement de Jean-Jacques Urvoas sur la rémunération du Directeur Général des Services dans Le Télégramme d’hier, Jérôme Abbassene réagit. Nous reproduisons ici l’intégralité de sa réaction.

URVOAS“Au delà de la rémunération du Directeur Général des Services : transparence sur la permanence parlementaire du député Urvoas.

Je suis ravi que le Président de la commission des lois de l’Assemblée se mêle des questions d’éthique dans la politique locale.
Cela légitime la démarche entreprise en novembre dernier, lorsque j’ai révélé l’incroyable augmentation du patron des services administratifs à 14 000 euros/ mois en moyenne.

Au nom de l’exemplarité dans la gestion des affaires publiques, j’ai pris un grand risque juridique.
J’avais alors cherché des soutiens politiques auprès des élus, seule Caroline Amiot-Vigouroux de la majorité municipale UMP-UDI-MODEM s’était dite “choquée”.
Dans cette période délicate, les organes de presse locaux avaient d’ailleurs été remarquables.

Pourquoi le candidat PS Jean-Marc Tanguy, soutenu en haut lieu, remet le sujet sur la table 3 mois après, en période de campagne électorale?
Je comprends mal le raffut soudain puisque le salaire moyen du DGS Jean-Luc Bœuf est désormais connu.

La morale en politique n’est pas un jeu de communication, ni une question de couleur droite/ gauche.

Sur ce même sujet de la transparence dans la vie publique, je saisis la balle au bond.

Jean-Jacques Urvoas s’est fait poisser par l’Association pour la démocratie directe: sa permanence parlementaire de 150 m² a été achetée avec l’argent public.
En effet, une part de son enveloppe IRFM (*) à 5770 euros/ mois a été consacrée au remboursement de l’emprunt immobilier, et ce en toute opacité.

Ma question est double: quel a été le prix d’achat de sa permanence Place de la Tourbie (montant du crédit souscrit en principal, hors intérêts), et quelle est l’estimation actuelle du bien (valeur patrimoniale 2015)? Que compte-il en faire au terme de son mandat?

A ce stade, je me refuse de croire en un montage financier baroque pour se constituer un patrimoine privé avec l’argent des contribuables.

J’ai toute confiance en notre député de ne pas se réfugier derrière la duplicité du discours.

Jérôme Abbassene.

(*) IRFM, Indemnité de représentation et frais de mandat.”

9 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here