Prix de la société civile bretonne : Irène Frain à Nantes samedi pour annoncer les lauréats

27

La Blanche Hermine et le Bertrand Duguesclin, les prix de la société civile bretonne, seront attribués samedi 21 février 2015 à Nantes devant le public et la presse.  A partir de 11 heures dans un lieu du centre ville, le jury de personnalités bretonne annoncera les deux lauréats parmi les candidats proposés par les lecteurs/électeurs/internautes sur le site dédié aux prix (duguesclin.eu).

Pour assister à l’annonce des lauréats, les organisateurs informent qu’il faut réserver sa place et mettent désormais un système de réservation gratuite en place à partir d’aujourd’hui.

Irène Frain, membre du jury, a confirmé sa présence pour l’annonce et écrit une nouvelle fois tout son amour pour cette Bretagne, de Clisson à Ouessant, qu’elle chérit.

 

Irène FrainLa Bretagne, pour moi, relève de l’évidence. Elle va de soi.
Je ne suis pas tombée dedans — rassurez-vous, on a le droit! — , je suis née dedans.

Pour moi c’est d’abord un corps immense. J’en parle toujours comme une mère dont je serais à jamais l’enfant, le tout petit enfant.

D’abord l’effet qu’elle m’a fait au tout début et qui me restera jusqu’à la fin:
L’écorchure du sel dans la rade de Lorient, où je suis née.
Le roc qui tient sous les grands vents.
La pluie qui est toujours davantage que la pluie: une musique. Et la promesse du soleil.
Le soleil, justement, aussi franc que le vent, aussi grand.
Les bois de l’Arcoat, où j’ai toujours eu l’impression que les pierres sont plus vieilles que le monde, et qu’elles sont prêtes à parler.

Ensuite, ce que j’ai cru saisir d’elle:
Son goût, tantôt ouvert, tantôt secret, pour toutes les rebellions, insolences, trangressions, imaginations.
Son horreur de tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à la résignation.

Et puis ses choix:
Refuser que le monde soit trop faible pour l’amour, et injuste face à la beauté.
S’efforcer de régler son cap, chaque matin, sur cette vertu qui n’a plus tellement cours ailleurs, et qu’on appelle le courage.
Tenir.
Faire tenir.
Parler et lire dans les silences.
Pratiquer la sainte colère.
Défendre son droit à la mélancolie, à la tristesse.
Mais plus souvent encore, se tailler de sacrées bonnes tranches de rigolades.
Aimer la joie, croire en la force de la joie.
Aimer les mots, la poésie des mots. Mais aussi leur justesse, car les catastrophes arrivent quand on ne donne pas aux choses le nom qu’elles méritent.
Savoir être seul, savoir aussi ouvrir sa porte, être aux autres et avec les autres, ce qui porte le beau nom d’indépendance.

Je suis loin d’avoir tout dit. C’est juste une esquisse pour le portrait de ma Mère-Bretagne.

Réservez votre place pour samedi 21 février 2015 :

Billetterie Weezevent

 

Contact Presse :
tel : 0033 (0) 972 338 711
mail : presse@7seizh.info ou prix2015@7seizh.info
(info sur les pages dédiées Le Duguesclin, La Blanche Hermine).

27 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.