Disoc’hoù votadeg ti-gar Gwengamp – Résultats de la votation en gare de Guingamp

20
8

kemennadenn en div yezh – communiqué bilingue

VOTADEG E TI-GAR GWENGAMP : RET EO D’AN SNCF CHEÑCH PENN D’AR VAZH !

Kinniget en doa ar strollad Ai’ta ! ur votadeg keodedel e ti-gar Gwengamp disadorn beure evit goulenn gant an dud o soñj diwar-benn ar bannelerezh da zont. E-mesk an dremenidi ez eus 92 dioute o deus kemeret perzh ha respontet d’ar goulenn : « Daoust ha mat eo deoc’h e vefe divyezhek brezhoneg-galle ha par-ouzh-par ar bannelerezh e ti-gar nevez Gwengamp ? » 89 den o deus respontet « ya », 1 en deus respontet « n’eo ket » ha 2 « n’ouzon ket » (s.o. an daloenn).

Voterien / Votants

Dre gant / Pourcentages

Ya / Oui

89

96,7 %

Ket / Non

1

1,1 %

N’ouzon ket / Ne sais pas

2

2,2 %

Hollad / Total

92

100 %

Gant an oberenn-mañ e weler ur wech ouzhpenn ez eus ur goulenn gwir evit ma vo talvoudekaet ar brezhoneg e tier-gar Breizh. Harpet eo ar goulenn-mañ gant kalzig a dilennidi (Annie Le Houerou, kannadez Gwengamp, en o mesk – s.o. lizher stag) ha strollegezhioù lec’hel (Kumuniezh Kumunioù Gwengamp ha Kuzul Rannvro Breizh en o mesk ; gante e vez pourchaset 61 % deus an arc’hant postet da reneveziñ an ti-gar).

Goulenn groñs a ra Ai’ta ! gant an SNCF derc’hel kont deus ar goulennoù-se ha cheñch penn d’ar vazh rak ar pezh zo kinniget ganti n’eo ket mat : dister plas ar brezhoneg er bannelerezh ha lakaet a-live gant ar yezhoù estren en e vro ! Er c’hontrefed e c’houlennomp ma vo talvoudus ar bannelerezh divyezhek da zont (an holl ditouroù a ranko bezañ roet e brezhoneg, par ouzh ar galleg) hag hor yezh a dle bezañ er paperioù-titouriñ, er mekanikoù, er c’hemennadennoù dre gomz, hag an implijidi brezhonegerien kontant d’ober gant ar yezh en o labour a rank bezañ talvoudekaet ivez. Abalamour da se e c’houlennomp c’hoazh kejañ ouzh renerez an SNCF e Breizh, daoust d’ar goulenn-mañ bezañ chomet direspont betek-hen.

VOTATION EN GARE DE GUINGAMP : LA SNCF DOIT REVOIR SA COPIE !

Dans le cadre des travaux de réaménagement de la gare de Guingamp, le collectif Ai’ta ! a proposé samedi matin une votation citoyenne portant sur la future signalétique. 92 usagers ont répondu à la question posée, à savoir : « Etes-vous favorable à l’installation d’une signalétique bilingue français-breton et paritaire dans la nouvelle gare de Guingamp? » Résultats : 89 réponses positives, 1 négative et 2 ne se prononcent pas (cf tableau).

Voterien / Votants

Dre gant / Pourcentages

Ya / Oui

89

96,7 %

Ket / Non

1

1,1 %

N’ouzon ket / Ne sais pas

2

2,2 %

Hollad / Total

92

100 %

Cette action prouve, s’il en était encore besoin, qu’il existe une véritable demande sociale pour que la langue bretonne soit valorisée dans les gares de Bretagne. Cette demande est d’ailleurs relayée par de nombreux élus (dont Annie Le Houérou, députée de la circonscription de Guingamp – cf lettre ci-jointe) et collectivités locales (dont la Communauté de Communes du Pays de Guingamp et le Conseil Régional de Bretagne, finançant à eux deux 61% des travaux du Pôle d’Echange Multimodal).

Fort de ce soutien, le collectif Ai’ta ! demande à la direction de la SNCF de revoir d’urgence sa copie qui pour l’instant ne prévoit qu’une place minime pour le breton, discriminé et relegué au rang de langue étrangère sur son propre territoire. Nous demandons au contraire à ce que la nouvelle signalétique bilingue soit fonctionnelle (toutes les indications apparaîtront en breton et à parité avec la langue française) et que la langue bretonne soit également valorisée au niveau des automates, de la documentation, des annonces vocales et des employé-e-s brittophones volontaires pour utiliser le breton dans leurs relations avec les usagers. Pour cela, nous renouvelons notre demande de rencontrer la directrice régionale de la SNCF, demande restée sans réponse jusqu’à ce jour.

lizher Le Houerou d’an SNCF – C’Hwevrer 2015

20 COMMENTS

  1. jamais la france ne favorisera l’affichage du Breton
    pourquoi ne pas faire une campagne de lisibilité , vous qui avez cette chance de pratiquer cette langue.
    cette campagne consisterait à demander à tous les commerçants , artisans bretonnants d’écrire leur nom , activité, messages publicitaires ,sur leurs vitrines , camions, etc
    l’affichage se faisant sur des objets personnels , qui pourrait les empêcher de le faire ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.