La Société civile bretonne récompense Paul Molac et Corinne Nicole, Marylise Lebranchu et David Samzun

47
4
Prix de a société civile Blanche Hermine et Bertrand Duguesclin / Copyright Bernard Dagorn/7seizh.info Tous droits réservés
Prix de la société civile Blanche Hermine et Bertrand Duguesclin / Copyright Bernard Dagorn/7seizh.info Tous droits réservés

Samedi 21 février à Nantes, le jury des Prix de la Société civile a délibéré. Le restaurant Le 4 de l’Ile a accueilli, pour quelques heures, des jurés déterminés à porter le choix des lecteurs/électeurs/internautes. Dans un cadre agréable et privatisé pour l’occasion, les délibérations ont été menées tambour battant. Des centaines de candidats proposés, avec pour chacun une argumentation de soutien, ont été épluchés et mise au débat.

Gilles Servat, président du jury, a rappelé l’esprit décalé des prix, comme une preuve de la vivacité et de la volonté d’exister des Bretonnes et des Bretons. Cette année les débats portaient sur le thème de la réunification, actualité forte de 2014. Très rapidement, quatre postulants se sont détachés pour chacun des prix.

Frédéric Tabary, designer d’objet, et Yann Choucq, l’avocat, tous deux Nantais accueillaient dans leur ville des jurés venus parfois de loin comme David Rajjou, Erwan Lorvellec, Konan Mevel -qui fut longtemps Nantais lui-même- et Irène Frain.

Marc Morvan avait pour l’occasion réalisée deux sculptures contemporaines. L’une représentait l’Hermine terrassant le Duguesclin. L’autre un cruel Duguesclin écrasant l’Hermine. Une symbolique aisée à comprendre, l’Hermine étant la Bretagne, le Duguesclin son ennemi.

Sans trahir le secret des délibérations, résumé d’un déjeuner de jury :

Pour le Bertrand Duguesclin, le prix réservé à la personne qui a le mieux desservi la Bretagne en 2014, Marylise Lebranchu, actuelle ministre de la Décentralisation, tenait la tête depuis plusieurs semaines, talonnée par Jean-Marc Ayrault, ex-Premier ministre et Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois, presqu’à égalité mais derrière les deux premiers. Le débat était pourtant ouvert. En effet, vendredi 20 février, Marylise Lebranchu a fait une déclaration se déclarant favorable à une Assemblée de Bretagne, déclaration trop tardive selon le jury pour être versée à son avantage et oubliant la réunification. Déclaration relevée en tout cas et que chacun suivra avec attention. A l’issue d’une délibération joyeuse, le jury a validé Marylise Lebranchu comme heureuse bénéficiaire du Duguesclin, avec les encouragements des jurés pour les quatre nominés.

Si pour le Bertrand Duguesclin les débats furent rapides, l’attribution de la Blanche hermine fut moins facile. Cinq candidats proposés pour un prix, c’était “4 de trop”. Et après un tour de table, il devenait évident que “pour une première, il fallait trancher !”. Irène Frain assure “Nous ne sommes pas là pour être gentils avec tout le monde, nous devons frapper fort et faire entendre la voix de Bretons !”. C’est dans cet esprit déterminé et toujours potache que Paul Molac a été désigné pour recevoir la Blanche hermine. Un encouragement à celui qui a, depuis longtemps, toujours été constant sur la question de la réunification, votant toutes les propositions d’où qu’elles viennent.

Le jury a cependant décidé d’accorder deux prix supplémentaires. Il a attribué un Prix Spécial du Jury de “la personnalité engagée 2014” à Corinne Nicole, déléguée syndicale de Tilly-Sabco, leader des Bonnets Rouges et de tous les combats bretons pendant près de 18 mois sans jamais se départir de son sourire. On l’avait notamment vu venir soutenir les employés de la SEITA à Nantes alors que l’usine devait être fermée. Le jury a tenu a l’honorer de ce prix positif en reconnaissance de son engagement constant.

Et un dernier prix bien moins honorifique, le “Prix du désespoir de la Bretagne” a été attribué à David Samzun, maire de Saint-Nazaire, pour ses prises de position régulières contre la Bretagne et niant l’identité bretonne de sa ville.

A l’issue des délibérations, la Blanche hermine a été remise à Monsieur Tangi Cheval, attaché parlementaire du député qui s’était excusé de son absence, et Irène Frain a déclamé avec fraîcheur les quelques lignes du compliment du jury à l’attention de Paul Molac :

“Leur flanquant des claques, s’en est constamment pris au fossoyeur maniaque de la Bretagne réunie”

Sous les applaudissements, l’Hermine est donc partie vers le bureau du député Molac. Elle lui rappellera à chaque instant que les électeurs savent être reconnaissants à ceux qui font ce pour quoi ils sont élus.

Le Bertrand Duguesclin, quant à lui, n’a pas été réclamé, mais le jury par la voix d’Irène Frain a quand même adressé son compliment à Marylise Lebranchu :

“Pour Marylise Lebranchu, le Duguesclin du déclin des électeurs bien débranchés, championne intergalactique du français énarchique !”

Le trophée sera apporté directement à Madame Lebranchu, accompagné de son diplôme et du compliment du jury. Infos à venir.

La journée a pris fin dans une ambiance festive et toujours aussi potache. Chacun s’est promis d’être là encore l’année prochaine et de nouvelles idées ont été proposé pour le prix 2015 remis début 2016.

47 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.