La parole est libre : “Le petit guide du nationaliste breton / 1”

21

Sandrig ouvre une chronique à paraître en plusieurs parties. Il entend s’exprimer sur le nationalisme breton et ses possibilités. “La parole est libre” lui donne la possibilité de s’exprimer.
Libre vous êtes d’échanger vos idées, de débattre et d’avancer sur le sujet par le biais des commentaires. Avertissement : tout commentaire insultant, diffamatoire, appelant à la violence où non respectueux des règles courantes du respect de l’autre ne seront pas validés.

Partie 1: introduction

Ami breton!
Fais-tu partie de ceux qui n’ont pas allumé leur télé pendant toute la coupe du monde 98? Voire qui ont eu la nausée? Ressens-tu un trouble imperceptible quand tu dois cocher: nationalité: Français? Ou bien une pointe de jalousie quand tu visites l’Irlande, l’Écosse ou le Pays de Galles? Restes-tu sceptique ou impassible devant un drapeau bleu-blanc-rouge, et trouves-tu bizarre qu’il ne soit pas toujours accompagné d’un drapeau breton? Trouves-tu plus sympa d’aller à Bruxelles, Berlin ou Londres plutôt qu’à Paris? Préfères-tu parler plusieurs langues plutôt qu’une seule: le français?

Si tu as répondu par l’affirmative à une ou plusieurs des questions ci-dessus, alors peut-être es-tu nationaliste breton sans le savoir. Pas de souci, ce n’est pas une maladie. Ce n’est même pas forcément contagieux. Tu sais que tu es Breton, tu crois qu’en plus tu es Français. Mais cela cause chez toi une gêne incompréhensible. L’objectif de ces petites leçons est de te permettre d’approfondir ton sentiment nationaliste inavoué et ainsi de te sentir mieux dans ta peau. A la fin, si tout s’est bien passé, tu pourras faire ton « coming out » nationaliste dans la bonne humeur, et même organiser une fête à l’occasion, si ça te plaît.

L’organisation des leçons est très simple: je vais te proposer de passer par différentes étapes « initiatiques » qui te permettront de ne plus rester dans le doute et l’indécision. Il s’agit de découvrir le monde qui entoure la Bretagne: l’Europe, la France, mais aussi la Bretagne elle-même, par sa langue, son histoire, son territoire. Peut-être que tu ne feras pas tout. Peut-être que ce ne sera pas nécessaire. En tout cas, la méthode est éprouvée depuis plus de cent ans par les différentes générations de nationalistes bretons. Rentre dans le jeu toi aussi, tu ne seras pas déçu!

Bon courage!

L’équipe du guide

21 Commentaires

    • Vu sur votre page : ” UNE Bretagne: NON!
      DES BretagneS:OUI!,plurielleS!
      UNE identité bretonne fabriquée, artificielle :NON!
      DES identités en BretagneS:OUI! ”
      On comprend de suite votre problème… votre nombril !

      En regardant votre page, on comprend que vous n’avez sans doute rien lu. Votre passe-temps unique, c’est l’attaque permanente de Christian Troadec, qui frise l’obsession. Merci de ne pas polluer cette page avec vos vociférations contre la Bretagne tant la haine du maire de Carhaix vous aveugle.

    • oh un “anti-fa”,bah occuppes-toi de la France abruti,au lieu de cracher sur nos aieux qui ont osé se battre contre les germains,devaient etre tes potes pas vrai?
      frankiz d’an holl,hag evid al zudou bihan E KERNIENN!!!!
      Treitour,chas a c’hallaoued.

    • Pensez vous vraiment que d’accuser de fascisme tout propos qui vous semble étranger, vous faites avancer la démocratie? C’est avec ce type de comportement que vous la faites reculer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here