Partager :

" /> Loi sur le renseignement : les contres ne désarment pas
Publié le: mar, Mai 19th, 2015

Loi sur le renseignement : les contres ne désarment pas

Soutenez 7seizh par Paypal

EDITO

 

Paul_Molac_et_Regine_Le_Viavant_550Quelques semaines avant le vote de la loi sur le Renseignement, je m’étais inquiétée de voir Paul Molac parmi les membres de la commission de lois chargée d’étudier le sujet et présidée par Jean-Jacques Urvoas.

Malgré un vote sans ambiguïté, je reste convaincue que cette loi attribuée au bénéfice de la sécurité est une manière habile de restreindre les libertés de chacun. Cette loi sur le renseignement apparaît chaque jour un peu plus comme le vol d’un pouvoir charognard sur la pensée et la parole de tous.

J’attendais le moment où je croiserais Paul au détour d’un couloir ou l’aurais au téléphone pour lui demander son sentiment réel sur le sujet sans langue de bois et faux-semblant.

C’est fait. A l’issue d’une conversation sans aspect politique, je sors ma question : “Paul, tu faisais partie de cette commission des lois dont Urvoas est le président et il était partisan du projet de loi sur le renseignement. Mais toi, quel est ton sentiment réel sur la question ?”

La réponse fut nette et sans hésitation “J’étais contre ! Et j’ai voté contre ! Et j’ai expliqué à ceux qui me l’avaient demandé pourquoi.”

Alors que les scientifiques de l’Institut national de recherche en informatique et en automatique (Inria) continuent d’exprimer leur scepticisme sur l’emploi d’algorithmes en matière de surveillance de masse et que pour le syndicat de journalistes SNJ-CGT, avec une telle loi “Valls menace la démocratie”, Paul Molac, membre de la commission qui a examiné la faisabilité de cette loi, explique pourquoi il a voté contre cette loi sur le renseignement adoptée en première lecture le 5 mai à l’Assemblée.

Pourquoi j’ai voté contre le Projet de loi sur le Renseignement

La nécessité d’un encadrement de l’activité des services de renseignement n’est nullement contestée : la France accuse en effet un grand retard par rapport aux autres démocraties occidentales. Les services de renseignement disposent aujourd’hui de moyens juridiques morcelés, issus d’une lente sédimentation de dispositions législatives sans cadre général. La nécessité de légiférer est donc une réalité. Mettre un terme aux pratiques illégales, offrir un cadre normatif opérationnel et respectueux des libertés est notre mission.

Le but de ce Projet de loi selon le Gouvernement est d’encadrer les activités de renseignement, mais aussi de légaliser des pratiques illégales mais tout à fait courantes. Sans pour autant se donner la peine d’évaluer l’efficacité de ces pratiques, sans vraiment non plus analyser les dysfonctionnements et les échecs des services de renseignement dans la lutte contre le terrorisme.

Le texte suscite débats, inquiétudes et critiques dans cet hémicycle et dans la société, qu’on ne peut pas balayer d’un simple revers de main par la simple invocation aux impératifs de sécurité. Car ce texte concerne tout autant notre sécurité que nos libertés fondamentales, notre vie privée même, il touche en effet des pans très larges de la vie sociale, économique et politique.

Il encadre, pas suffisamment, mais il autorise aussi l’intrusion, la surveillance, le fichage, et ce très largement, trop largement, et l’on pourrait craindre que cela ne se fasse pas toujours dans le seul but de prévenir la menace terroriste.
Il va en effet bien au-delà puisqu’il permet aux services de renseignement de recourir à des techniques de recueil d’information à la fois de grande ampleur et très intrusives pour la défense et la promotion des intérêts économiques, industriels et scientifiques du pays, mais aussi pour prévenir des atteintes à la forme républicaine des institutions, une notion qui demeure très floue et qui pourrait être utilisée pour réprimer certaines idées politiques, mêmes démocratiques.

Il met en place la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, dont l’avis n’est que consultatif, et qui pourra être contournée en cas d’urgence, sans que l’urgence elle-même soit définie. Le recours à un juge ne se ferait qu’à posteriori, quand le pouvoir exécutif le décide. C’est contraire à notre tradition juridique.

Enfin, le texte habilite le recours à des techniques (sondes, algorithmes, IMSI-Catcher), permettant la collecte de données d’une très grande ampleur sur les réseaux de communication, puisque c’est l’ensemble du trafic qui sera concerné : « il s’agit de permettre de collecter de manière systématique, généralisée et indifférenciée un volume important de données, qui peuvent, le cas échéant, être relatives à des personnes totalement étrangères à la mission du renseignement. »

Entre de mauvaises mains, imaginons un instant ce qu’une autre autorité pourrait faire de ce si grand pouvoir qu’octroie ce texte.

Voici, les raisons qui m’ont amenées à voter contre ce projet de loi.

Pour en savoir plus, vous pouvez également accéder sur ce lien à l’interview que j’ai donné le matin du vote à la radio France Bleu :

http://www.francebleu.fr/infos/fb-breizh-izel-l-invite-de-8h10/l-invite-de-08h10-352

A propos de l'auteur

Visualiser 11 Comments
Ce que vous en pensez

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retrouvez 7seizh sur votre mobile où votre tablette Téléchargez l'application 7SEIZH.INFO

appstore L'application mobile pour Apple         playstore L'application mobile dans Google Play

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.