Hollande versus Sarkozy, jusqu’à la nausée.

13

Le président Hollande est donc entré en campagne pour 2017. Le Parti Socialiste ayant validé la ligne officielle, l’ancien énarque ne voit aucune raison de faire marche arrière. Pourtant, après trois ans de mandature, la dette de la France est toujours abyssale, l’inversion de la courbe du chômage annoncée se fait douloureusement attendre et les Français expriment dans différents sondages leur peu d’envie à le voir se représenter, mais rien n’y fait. Dans cette république monarchique, quand on a goûté au pouvoir suprême, on ne veut pas le lâcher.
De fait, voilà qu’en face, Nicolas Sarkozy travaille également à son retour au Palais de l’Elysée. Las, ici non plus, la majorité des Français n’a pas envie de le voir revenir. Dans un autre pays que la France, Nicolas Sarkozy aurait, une fois battu en 2012 et inquiété dans tellement d’affaires judiciaires, été forcé à quitter le champ politique. Entendons-nous encore parler des Azanr, Blair, Schroeder ou autres anciens chefs de gouvernements européens ? Non, et ce bien qu’ils n’aient pas tous été battus d’ailleurs, et encore moins inquiétés par la justice. Mais dans les pays voisins de la France, il y a un minimum de décence, et le sens de l’intérêt général passe avant les caprices de ceux qui se rêvent des « destins nationaux » mais qui, au fond, sont autant de Rastignac encombrants.
Et si ces deux adversaires de toujours sont prêts, malgré leur absence de projet novateur, à nous jouer ce médiocre remake, c’est parce que la présence annoncée de Marine Le Pen au second tour leur donne paradoxalement une chance de réussir leur pari délétère. C’est ce qu’on appelle la politique de la terre brûlée.
Comment faire monter le Front national ? Comment exprimer mieux son mépris pour cette « mythique » République dont on nous rebat les oreilles ? Hollande et Sarkozy ont la solution : ils se représentent. Et cette supposée grande démocratie est au bord de l’asphyxie.

Caroline Ollivro, présidente de Breizh Europa

13 Commentaires

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.