PARTI BRETON et élections régionales, pas d’accord avec Christian Troadec, mais soutien à la liste Oui la Bretagne

24

Aux élections régionales logo Parti Bretonde 2010, le Parti Breton constituait la liste Nous te Ferons Bretagne avec Christian Troadec comme tête de liste. Cette liste présentait également, sous le même nom et avec le même programme, une liste en Loire-Atlantique. Elle obtenait 4,3% des voix en région administrative Bretagne. En 2014, toujours avec Christian Troadec, le Parti Breton s’engageait dans la liste Nous te Ferons Europe aux élections européennes. Elle obtenait 7,4% des voix en région administrative Bretagne. Il est a noté la progression régulière et significative des résultats électoraux depuis 2010 et 2009.

 

Pour toutes les élections précédemment citées, et de nouveau pour les élections régionales de 2015, le Parti Breton, s’est toujours positionné pour une large union des démocrates bretons, en faisant appel en particulier à la participation de l’UDB à cette union.

 

Pour les élections régionales de 2015, il nous semblait naturel de reconduire notre accord avec Christian Troadec. Christian Troadec a préféré passé un accord bilatéral avec l’UDB. L’UDB ne souhaitant pas discuter avec le Parti Breton. Deux points essentiels distinguent le Parti Breton de l’UDB. Le Parti Breton a une conception nationale de la Bretagne. Le Parti Breton, – qui n’est pas un parti de droite contrairement à ce que s’efforce de dire l’UDB -, est un parti de rassemblement pour la Bretagne, rassemblant des gens de sensibilités politiques diverses en dehors des extrêmes. Ce refus de l’UDB de discuter avec le Parti Breton est étonnant quand, par ailleurs, par exemple, l’UDB se félicite de la démarche et des résultats électoraux en Ecosse du SNP, parti nationaliste et indépendantiste écossais.

 

En Loire-Atlantique, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, l’UDB veut bien discuter avec le Parti Breton. Contrairement à la liste Nous te Ferons Bretagne de 2010, – et cela est un recul par rapport à 2010 -, il n’aura pas de relation formelle entre la liste Oui la Bretagne et la liste en préparation en Loire-Atlantique. Pour autant, le Parti Breton fait tous ses efforts avec l’ensemble des partenaires pour aboutir à la constitution d’une liste bretonne en Loire-Atlantique.

 

Lorsqu’un parti politique, dans le cadre de la démocratie représentative, s’engage dans une élection, c’est bien dans l’objectif d’avoir des élus. Or, la liste constituée par Christian Troadec ne donne aucune possibilité pour le Parti Breton d’obtenir ne serait-ce qu’un élu, au futur conseil régional de Bretagne.

 

Christian Troadec, tête de liste en Finistère, élu départemental, a constitué avec sa colistière un groupe indépendant du PS au conseil départemental du Finistère. Christian Derrien, tête de liste en Morbihan, élu départemental, est membre du groupe PS au conseil départemental du Morbihan. Andrée Kerleguer, tête de liste en Côtes d’Armor, membre de l’UDB, s’est présentée en binôme avec le PS aux dernières élections départementales, et n’a pas été élue. Daniel Cueff, tête de liste en Ille-et-Vilaine, est membre sortant da la majorité PS du conseil régional de Bretagne. Il n’y a pas lieu de remettre en cause la volonté respective de ces candidats de faire avancer la Bretagne. Pour autant, nous ne pouvons que constater que ces têtes de listes ne représentent pas l’ensemble des sensibilités politiques démocratiques de la population bretonne.

 

Même si l’on peut faire confiance à Christian Troadec pour poser les bonnes questions au sein du futur conseil régional, le groupe d’élus ainsi constitué sera très proche de ce qui existe aujourd’hui à la région administrative Bretagne. La liste Oui la Bretagne, se trouve donc, dans sa constitution actuelle, comparable à celle formée entre Christian Troadec, l’UDB et les Verts en 2004.

 

En l’espace de 10 ans, peu de progrès donc, pourrions-nous dire ? Pas tout à fait ! Entre temps, il y a eu le mouvement populaire des Bonnets Rouges de 2013 dans lequel Christian Troadec a pris une part déterminante. Les adhérents et sympathisants du Parti Breton y ont également largement participé. Le grand intérêt de ce mouvement est d’avoir rassemblé des salariés, des artisans, des entrepreneurs, des agriculteurs, des demandeurs d’emplois, des fonctionnaires, ayant tous compris qu’une clé du problème social et économique actuel est bien dans l’obtention d’un minimum de capacités de pouvoir de décision en Bretagne.

 

C’est pourquoi, le Parti Breton ne peut rester indifférent à la prise de conscience politique qui traverse actuellement la société bretonne. C’est pourquoi également, qu’une liste bretonne aux élections régionales ne peut se présenter comme étant uniquement une liste de gauche, qui plus est, une gauche définie selon les critères électoraux actuellement usés et peu significatifs de l’assemblée nationale française.

 

Le Parti Breton est attaché à l’union des forces démocratiques bretonnes. Pour le Parti Breton, l’intérêt majeur de ces élections régionales est le renforcement d’un électorat breton en rupture avec les partis politiques français qui maintiennent les Bretonnes et les Bretons en situation de dépendance. Les discussions avec Christian Troadec, compte-tenu de ce qui a été développé plus haut, n’ont pas abouti à un accord de partenariat. Pour autant, le Parti Breton estime que la liste conduite par Christian Troadec reste la seule alternative électorale aux partis centralistes PS et Républicains (UMP), et ultranationalistes français Front National et Front de gauche.

 

Le Parti Breton encourage ses adhérents et sympathisants qui le souhaitent, à s’engager dans les comités locaux de soutien à la liste Oui la Bretagne. L’important pour le Parti Breton est l’élan populaire que pourra susciter la liste Oui la Bretagne qui, nous l’espérons, permettra à terme à la Bretagne d’engager un rapport de force vis-à-vis de l’Etat français. Le Parti Breton prendra donc, à sa manière et en toute indépendance, une part active aux débats lors des élections régionales sur l’avenir de la Bretagne.

 

Emile Granville, porte-parole du Parti Breton, le 10 août 2015.

 

24 Commentaires

  1. Enfin !!! Je me réjouis de voir que tous les défenseurs des droits légitimes bretons ( libertés de décider pour la Bretagne, PAR des Bretons, de son avenir ) se rejoignent et font UNE et INDEFECTIBLE la défense d’une autonomie de décision régionale. Une Bretagne unie, qui retrouve légitimement; historiquement ( !!! ) la Loire Atlantique. Fief volé, histoire bafouée par les plus ” grands menteurs ” des histoires… Nous allons, nous devons écrire et gagner cette nouvelle bataille dans les urnes !!! L’Ecosse, la Catalogne, Le Pays de Galles…
    sont en marche. Pourquoi pas les BRETONS ?

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.