Soutien démocrate et occitan à Ubisoft

37

Tribune Libre

Les humeurs de Jacme Delmas

 

Pour Jean-Luc Mélenchon, le jeu Assassin’s Creed Unity, édité par Ubisoft, est une propagande réactionnaire qui dénigre « la grande Révolution », présente le peuple comme un « ramassis de pouilleux » et caricature Robespierre en brute sanguinaire. Paris Match en parle, ici.

Ce n’est pas la première fois que le saint homme de la «vraie» gauche, entendre la gauche nationaliste française, celle qui aime de la révolution que les «bons temps» de La Terreur. Cette gauche qui ressemble, par son ignorance des malfaisances françaises, à cette droite qui, à Cogolin, veut célébrer la mémoire d’une figure ou d’un tyran révolutionnaire Maurice Barrès (bilhet en occitan aquí per aver mai d’informacion sul tèma).

Jean-Luc Mélenchon est coutumier de ces phrases publicitaires qui ne valorisent que l’ignorance nationaliste française. Et dévalorise les paroles politiques de son camp.

Dans un superbe livre, «La Théocratie Républicaine», Alem Surre-Garcia donne beaucoup de citations historiques de français qui ne purent servir que de modèle pour répandre la terreur française dans les colonies d’outre-mer, malheureusement ces phrases ne sont pas connues de l’extrême-droite qui, elle ne trouve que les massacres des européens, massacres illustrés à transmettre sur le net, en Algérie. Malheureusement, aussi, beaucoup de dictateurs européens ont copié les Français.

Voilà donc quelques extraits d’un livre qui devrait être le livre de chevets de tout le personnel politique de RPS, ou de tout le personnel politique français, quand un illustre nationaliste ouvre sa jolie gueule pour dire une stupidité et lui répondre immédiatement. Certains journalistes devraient l’avoir lu avant de faire un entretien avec le saint républicain Jean-Luc Mélenchon.

La dépossession est un acte politique obligatoire avec une certaine façon d’imposer aux peuples soumis la règle du maître.
«Le lieutenant-colonel Montagnac, dont les cendres furent transférées en 1965 à Vincennes, au Tombeau des Braves, s’était proposé «d’anéantir tout ce qui ne rampera pas à nos pieds, comme des chiens ! L’herbe ne doit plus pousser où l’armée française a mis les pieds» La France renouait ainsi, lors de la conquête de l’Algérie, avec l’invasion des Huns. De quoi faire frémir sainte Geneviève!»

Alem Surre-Garcia oublie que cela peut faire peur à Jean-Pierre Chevènement aussi, l’anti-germain qui voit toujours les Allemands à la/sa porte, le seul élu de la république qui doit son élection à la création du département de Belfort considéré comme de langue française (c’est à dire, considéré ethniquement comme français), et qui, depuis n’a fait aucunement objet de réforme pour éliminer le personnel préfectoral en trop pour un si petit département (économie), et sortir ainsi le dit personnage nationaliste des listes d’élus des divers parlements français des dernières années (économie aussi).

La guerre d’Algérie a débuté en 1830 comme il est bon de rappeler à certains nationalistes français, le combat à Alger avait pour but ultime, soustraire aux Turcs un magot qui a pu servir à des campagnes électorales ; justement à propos de campagne électorale, on a pu noter qu’en 1848, la gauche ou les progressistes firent campagne en Occitanie en employant l’occitan, quasiment uniquement, ce fut très efficace en terme de résultat électoral ; une fois élu, nos chers républicains furent les premiers à abandonner la langue qui les avait aidé à être élus et se faire comprendre des populations occitanes (message pour les #regionales2015).

Ce genre de violence politique peut être mis en parallèle avec la violence ininterrompue et cachée qui ont sévi en Algérie qui devenait française (1830/1872) ; 1860, la violence fut plus concrète à Nice et Savoie pour ce fameux référendum qui, sur le mode de Putin qui annexât la Crimée (ce qui fait plaisir à la Nationaliste Marie-France Garaud prête à considéré que les frontières de l’État ukrainien ont autant de valeur que les frontières de Tchécoslovaquie à München), ce référendum qui fit voter OUI avec les soldats à la porte des bureaux de vote et un seul bulletin disponible, ici pas de massacre mais une hypocrisie impériale qui n’a d’égale que celle de la République après 1870, une défaite militaire que nos chers militaires français ou chercheurs dans le nucléaire n’aiment pas entendre. Après Sedan, ça fait encore mal.

Donc entre 1830 et 1872, l’expression politique nationaliste française se faisait les dents sur les territoires du Magreb ; listons les belles motivations politiques des armées bien éduquées : « Quel sang, quel carnage, le sang faisait nappe sur les marchés» ceci est une note du gentil maréchal Saint-Arnaud en date du 13 octobre de 1837, au moment de la prise de Constantine.

Alem Surre-Garcia notera que cette phrase fait «écho au flots de sang répandus par les Croisées à Jérusalem. Une des pires exactions a été l’enfumage de toute la tribu des Ouled Riah dans une grotte, par le colonel Pélissier», sûrement une recherche française pour améliorer des techniques anciennes, et qui, dans le futur XXième siècle, deviendront plus efficaces et industrielles, pour certains un détail de la guerre de 1939/45.

Alem Surre-Garcia ajoute que c’était un ordre du limousin et agreste général Bugeaud qui écrivait le 11 juin 1845 : «Fumez à outrance comme des renards» ; le Général Bugeaud a encore une place et une avenue bien placées à Limoges ! Alem Surre-Garcia, dans ces recherches, peut affirmer qu’un rapport «d’un officier évoquera une sorte de bouillie humaine». En 2007, Alger donnera une exposition pour redonner cette mémoire aux Algériens, il semble que personne en France n’ait commandé l’exposition, ni même à Cogolin !

Toujours Alem Surre-Garcia confirme « Il est vrai que la plupart des généraux français s’étaient exercés sous La Terreur et notamment en Vendée avec les colonnes dites infernales : « tout ce qui se passe est horrible mais nécessaire» avait estimé Saint Just !» (un grand ami de Jean-Luc Mélenchon et Jean-Pierre Chevènement) «Personne à Paris n’aura connaissance de ces carnages outre mer», et ceux de Vendée forment part du négationnisme historique français. «Victor Hugo ne s’est jamais vraiment élevé contre ces crimes qu’il rapporte dans ses écrits : « Il nconferéncia de non cal mancar Vendée illustracion‘était pas rare de voir des soldats jeter par les fenêtres des enfants que d’autres soldats en bas recevaient sur la pointe de leurs baïonnettes» (sûrement de gentilles baïonnettes républicaines d’après l’Histoire selon Méchanlong).

Il est à noter alors que la conférence de M.Raynald Secher, le 26 août 2015 a 21h, à Carnac en Bretagne. Le thème de la conférence aiderait M.Jean-Luc Mélenchon a dire moins de stupidités historiques, son thème : «Vendée du génocide au mémoricide».

La mémoire de Jean-Luc Mélenchon est effectivement à problèmes ; est-ce sa faute ? Déjà trop vieux ? Peut-être que oui, mais il a aussi à porter le fardeaux des atrocités françaises un peu partout sur la planète, et depuis bien longtemps !

Ainsi, et le livre d’Alem Surre-Garcia fait deux tomes, et n’épuise pas le sujet, il écrit : «Les barons de France et les clercs en croisade vers Béziers (NDLR : tombé maintenant dans une gestion des droites ignorantes françaises, Besièrs l’occitana) avaient décidé en 1209, que toute la ville rétive devait être réduite en charnier : «Femmes et enfants seront trucidés, que Dieu reçoive leurs âmes, est-il écrit dans La Canço, je crois bien, que jamais depuis les Sarrasins, le monde ne connut plus sauvage tuerie».

La liste des atrocités françaises continue au fils des siècles, et personne n’en fait mention dans les cours d’histoire républicaine ; il s’agit seulement de glorifier la sainte France, qu’elle soit royale, impériale, ou républicaine. on vote même des lois chez Les Ripoublicains, ex-UMP, pour indiquer les bienfait républicains français dans les colonies d’outre-mer, pas encore celle du continent européen.

Maintenant, les atrocités sont commises en masse par des Français éduqués par la sainte république de l’ignorance, et dont le choc scolaire fut terrible quand ils -certains récalcitrants- apprirent que la sainte France ne valait pas mieux que les razzias musulmanes des temps passés, et qui pensent les imiter en faisant comme la sainte France et ne pas en recevoir en retour les factures politiques. Pourquoi en recevraient-ils la sainte France n’en a jamais reçu.

L’attentat du Thalys étonne qui après la lecture de ce billet ? Et tous ces attentats d’intégristes religieux qui sont passés avant en Europe, ou sur les autres continents ; on peut franchement écrire que le système politique français n’a pas à se glorifier d’en tenir quelques racines historiques et politiques, et contrairement au Vatican, j’en espère encore une repentance politique et dans les textes historiques appris dans les écoles.

Jacme Delmas

Première référence : Democracia per Occitània
Seconde référence : «Théocratie Républicaine» Alem Surre-Garcia, edition L’Harmattan
Troisième référence : «De la cité et des lois» Cornelius Castoridis, édition Le Seuil
Quatrième référence : «Nationalism» Montserrat Guibernau, edicion anglesa e catalana.

37 Commentaires

  1. Revolution francaise c est 40 000 guillotinés 500 000 executions donc oui melenchon c etait sanguinaire. D ailleurs les historiens appellent cela la terreur…

  2. Mélenchon peut se la fermer avec sa vision idéaliste et propagandiste de la révolution. Cela me fait rire de voir un type “d’extreme gauche” louer une révolution commanditée par des bourgeois…

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.