Brest : le Centre de sécurité des navires bloque le cargo « HC JETTE-MARIT »,

Brest, jeudi 17 septembre 2015, après notre article relayant les craintes et critiques portées par le syndicat CGT des Marins à propos de l’arrivée du cargo « HC JETTE MARIT » en rade de Brest, l’affaire semble prendre une nouvelle tournure avec l’intervention du Centre de Sécurité des Navires de Brest qui aurait décidé de bloquer le navire depuis 16h00, aujourd’hui.

Jean-Paul Hellequin, Secrétaire Général Adjoint et porte-parole du syndicat, nous précise :

Le HC JETTE-MARIT vient d’être détenu par le Centre de Sécurité des Navires de Brest pour des raisons techniques. Ce cargo n’était pas censé transporter du ferro silicium et du ferrochrome, d’après nos sources, la société de classification Nippon Kaiji Kyokai n’aurait pas classé le navire pour transporter ce genre de minéraux. 

 

Communiqué de la CGT des Marins du mercredi 16 septembre 2015 :

 

La CGT des Marins du Grand Ouest, premier Syndicat Maritime du littoral Français apprend ce jour que le cargo « HC JETTE-MARIT » pourrait être malgré ces 7 ans, un navire très dangereux. Certaines personnes averties considèrent déjà ce cargo  de navire poubelle !!!!

Le Mardi 8 septembre 2015, le vraquier HC JETTE-MARIT  est arrivé sur rade de Brest sous remorque en avarie de machine. Ce navire venait de  Vlissingen (Pays-Bas) et se rendait à la  Nouvelle Orléans. En avarie de machine en Manche il avait été pris en remorque. Le convoi avait rejoint un mouillage en baie de Douarnenez pour des raisons de sécurité. Mouillage imposé (à juste titre par les autorités) par la nature de sa cargaison à risque, cependant l’équipage était resté à bord, à notre connaissance sans consigne particulière. La CGT des Marins du Grand Ouest estime donc que le danger était moindre ou alors, les marins  Russes, Polonais, Ukrainiens et Philippins ne sont pas la priorité, aucun respect pour les marins.

Le HC JETTE-MARIT  est dangereux de par sa cargaison, 19 500 tonnes de ferro silicium et du ferrochrome, des minéraux utilisés en sidérurgie et présentant un éventuel danger. Le stockage et le transport pouvant dégager de l’hydrogène en présence d’eau, sur un navire ayant des problèmes de ballasts le danger est donc présent. D’après nos informations, les ouvriers de la réparation navale  Brestoise, auraient refusé de monter à bord pour des raisons de sécurité. Par ailleurs pourquoi avoir ramené le HC JETTE-MARIT à Brest dans un port qui n’est pas équipé pour débarquer ce genre de cargaison.

Ce navire est immatriculé à Antigua et Barbuda, et classé par la société de classification Japonaise Nippon Kaiji Kyokai.  Au fil des heures, ce serait la qualité du navire qui serait remise en cause, des personnes qualifiées « averties »  nous décrivent même le navire comme « un navire en mauvais état » dangereux pour les marins qui se trouvent à bord. Que faire de ce navire et de cette encombrante cargaison ? Les autorités portuaires  avaient-elles tous les éléments, avant d’accepter « d’accorder » l’escale à ce navire ?

 

Pour le syndicat CGT des marins Du Grand Ouest,

Le Secrétaire Général Adjoint et  porte parole

                                                                                              Jean-Paul HELLEQUIN

 

 

3 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.