Régionales 2015 : “Le PS plombe un peu plus la vie associative et sa vitalité”

48
10

Carhaix, jeudi 1 octobre 2015, si les députés socialistes semblent satisfaits du vote de leur amendement sur “les pratiques artistiques des amateurs” par l’ Assemblée nationale, il n’ en va pas de même pour Christian Troadec, tête de liste “Oui la Bretagne” qui dénonce un excès de bureaucratie et de contraintes.

A deux mois des élections régionales,la petite phrase du député Richard Ferrand (PS), à l’issue du vote à l’ Assemblée  : “ça va être le triomphe des sonneurs” en dit long sur les manœuvres des socialistes pour faire oublier l’ échec de la Réunification…et tenter de reprendre pied dans le milieu culturel breton !

ouilabretagne

COMMUNIQUE

Le PS plombe un peu plus la vie associative et sa vitalité

“Le nombre annuel de représentations données par des artistes amateurs avec billetterie payante sera fixé par décret ». Bonjour l’avancée ! La loi qui visait à défendre les artistes amateurs va en réalité l’alourdir, contrôler, bureaucratiser, rendre les démarches des organisateurs et des artistes amateurs plus compliquées…

Là où il faudrait, dans ce domaine comme dans d’autres, libérer les énergies, réduire la paperasse et le « remplissage » sans fin de documents, les socialistes font exactement l’inverse, dans un domaine où il n’y avait quasiment aucun problème.

En réalité, ce sont eux qui créent le problème en faisant mine d’y apporter une solution. Il faut le faire ! Des contrôles en plus attendent donc ceux qui se dévouent et animent leur petit coin de Bretagne… Avec des sanctions à la clé ? En pleine crise du bénévolat cette nouvelle loi va certainement contribuer à faire naître des vocations…

Heureusement, les acteurs associatifs de la culture bretonne et leurs relais ont pu éviter le pire en améliorant un projet de loi pensé sans eux au départ, qui aurait pu empêcher les associations de réaliser des bénéfices sur les recettes de spectacles incluant des artistes amateurs. C’est toute une vitalité associative, porteuse de lien social, qui s’en serait trouvée gravement atteinte. Si la même question avait été débattue dans un Parlement breton nous n’aurions pas connu ce risque.

Alors que les pratiques amateurs sont fortes en Bretagne et quasi inexistantes dans bon nombre de territoires de l’Hexagone, on se rend compte, une nouvelle fois, de l’indispensable nécessité d’un pouvoir réglementaire en Région Bretagne et donc d’une réelle et vraie régionalisation avec droit à l’expérimentation et adaptation des lois aux réalités locales. Les Bretons en ont assez.
Ils sont assez grands pour s’occuper eux-mêmes de leur culture sans passer par une loi imaginée à Paris.

Christian TROADEC

Maire de Carhaix

Conseiller départemental du Finistère

Tête de liste Oui la Bretagne aux régionales

48 COMMENTS

  1. CA peut durer des siècles encore comme ceci, le régionalisme n’apporte que des miettes !!..on le voit depuis 50 ans !!…ce qu’il faut pour arrêter de tergiverser, c’est la Re-Souveraineté…notre chance, l’indépendance ! Breizh dizalc’h !

  2. Il manque un truc super important sur votre symbole ” Oui bzh Bretagne” !! Où est le “5” après bzh ?? Ça la fout mal pour les gens de Nantes et des environs !!

  3. Tant que les Bretons pratiqueront la politique à la française, la monarchie parisienne pourra exercer son travail destructeur, colonisateur des peuples… Allez y des peaux de banane entre clochers, allez y des divergences d’opinions … Paris se gausse de vos bagarres des ” chefs “, et il ne lui est pas nécessaire d’oeuvrer pour diviser: vous le faites si bien!!!

    N’êtes vous donc pas capables d’unir vos forces pour la seule cause qui nous tient à coeur: rendre à la Bretagne une autonomie de gestion sans en référer à l’incompétence d’élus coucher au pieds de la tour Eiffel???

    Cinq siècles d’esclavage, cela ne vous suffit pas? … alors continuez votre campagne des régionales comme cela; mais sans moi et surtout sans une grande majorité de Bretons qui ne veulent plus rouler dans la farine, soit elle malaxée par des Bretons!

  4. Il faut les faire chier. Je me suis invité a une réunion politique de gauche ou il y avait Lebranchu j’ai légèrement mit le bordel avec mes questions. Ce qui m’a énervé c’est la phrase de plusieurs anciens c’est un gars comme vous qu’il faut j’ai répondu ah bon il vous faut quelqu’un autrement vous êtes des moutons. Soyez des loups.

  5. Ont fait quoi pour que les trou du cul de politiciens comprennent que leur lois de merde ils peuvent se torcher le cul avec et ça étale plus que ça n ‘ essuie. Les socialos me sorte par les trous de nez et les Républichiens fermer votre gueule la situation actuelle est de votre faute.

  6. Lettre aux militants UDB, à Mollac, aux régionalistes socialistes bretons
    Bonjour chers compatriotes,

    L’UDB est à gauche, plus précisément cette mouvance est socialiste. A priori, elle est donc modérée et humaniste. Le Parti Breton est plutôt centriste, il est tout autant modéré et humaniste. Ce dernier n’est pas un parti de droite, bien que l’on voudrait à tout prix en persuader tous les militants, les électeurs ou les sympathisants de la gauche bretonne (évitons les mots qui fâche : les gauchistes). Comme si le définir ainsi, c’était déjà lui jeter un méchant anathème.
    Le Parti Breton est un mouvement politique tout aussi respectueux de la démocratie, du respect de ses compatriotes et des autres humains, de leurs idées, de leurs actes, de leurs votes, mais il n’est pas sur la même ligne sociale et politique que l’UDB, tout simplement.
    Ces deux partis sont pour plus de régionalisation, d’autonomie ou d’indépendance, selon les choix politiques de chacun. Ces deux partis militent pour une plus grande démocratie, pour donner (ou redonner ?) plus de pouvoir au peuple breton, pour que l’on reconnaisse le peuple breton comme une composante culturelle de l’Europe, une composante involontaire de la France… Ces deux mouvements sont logiquement adversaires des jacobins parisiens, de ces centralisateurs, de ces assassins de la culture bretonne. Normalement…
    L’UDB rejette le Parti Breton, mais le Partit Breton ne rejette pas l’UDB. L’UDB combat pour des valeurs qui leur sont communes, si peu éloignées du P.B., si semblable pour une défense rigoureuse de la vraie démocratie, de l’humaniste, pour réclamer plus de libertés au sein du pays breton.
    Le Parti Breton accepte les alliances politiques qui ne lui sont pas contre nature tant que ça. En effet le Parti Breton accepte de faire alliance avec des démocrates et des humanistes bretons, de porteurs d’idées modérées, d’une gauche socialiste bretonne, d’une gauche qui se veut respectueuse des différences au sein d’un débat démocratique national breton.

    Depuis la révolution française, le peuple breton se déchire. Et même déjà bien avant. Il ergote sur des préséances politiques supposées, portées par diverses sensibilités et divers groupes sociaux. D’où les succès de Paris sur Rennes… En 1789 à Versailles, souvenez-vous de l’absence volontaire des représentants de la noblesse et du clergé breton, de la mésentente entre les trois ordres bretons. Ce qui permis aux monarchistes progressistes et aux députés du Tiers-État armoricain du Club Breton (les futurs Jacobins) de liquider l’État de Bretagne en un rien de temps, lors d’une seule séance de l’assemblée française, Le Chapelier en fut…

    En définitive, notre peuple breton accepte depuis long temps le joug parisien, l’échine courbée. Il fait complaisamment sa Bécassine au Pays des Jacobins !
    En 1943, Jean Moulin et de Gaulle avaient réussi à rassembler des Français pourtant fort dissemblables dans les années 30 : Un CGT avec un CFTC, un PC avec un Démocrate Chrétien, un Radsoc avec un Fédéraliste Républicain !!!
    Et vous l’UDB, agissant dans un pays en paix civile, où se jouent seulement des batailles électorales, vous rejetez votre supposé “adversaire”, voir votre ennemi !
    Avec Christian Traodec et son mouvement issu des Bonnets Rouges, tous unis, nous avions une grande chance historique de nous démarquer favorablement des politiques nationales françaises si coercitives. Ensemble, avec ces deux mouvements (qu’on peut même élargir à d’autres mouvements semblables), vous constituiez enfin une force alternative à l’oppression jacobine, un exemple d’Union Nationale, où tous les groupuscules bretons se retrouvaient pour œuvre dans un bel Emsav. Le gouvernement français de gauche aujourd’hui, de droite demain, prenait enfin la mesure du réveil breton, des desiderata du peuple bretons, de sa volonté d’exister. Il impressionnait, il intimidait ceux qui ne veulent pas d’une Bretagne à cinq départements, d’une Bretagne bretonnante, d’un début de commencement pour vraiment décider sur le sol breton…
    Au lieu de ça, vous imposez à Traodec votre alliance exclusive. Il n’avait guerre le choix, cet homme de conviction que vous discréditez politiquement par là même. Alors, vous divisez une fois encore l’idée nationale bretonne, vous détruisez tout espoir d’une différentiation entre Paris et la Bretagne.

    Mais alors pourquoi agir ainsi ? Voici quelques hypothèses que je soumets :

    Agissant ainsi, vous étiez sûr de ne pas laisser le Parti Breton exister sans vous sur le front de la contestation bretonne et emmenée par l’homme du moment qui risquait de réussir sur coup politique. Pour vous, en vous s’associant aux socialistes français et avec Christian Traodec, contre la droite, c’était une déculottée assurée mais pas assumée (réf. le bilan calamiteux de vos alliés Socialos). Mais vous vouliez être les seuls sur le terrain de la “révolte bretonne”. Ce fond de commerce régionaliste, autonomiste, indépendantiste, n’appartient qu’à vous seul. Un peu comme le Jésus n’existerait et n’appartiendrait qu’à travers la Seule et à l’Unique Église Catholique Romaine, sise au Vatican.
    Vous seriez le sous-marin de Le Drian que vous vous y preniez pas autrement. En effet, depuis vos tractations néfastes avec Traodec, la chance de faire 10 % aux régionales s’amenuise encore plus par vos agissements dogmatiques. Divisions dont vous serez les seuls responsables, selon toute évidence.
    Des désunions accentuées par vos propres divisions internes. Puisque les vieux piliers de votre mouvement s’en vont illico chez “l’adversaire” (mais pas votre l’ennemie) réclamer un leadership dans le camp de l’anesthésiste en chef du peuple breton, l’habille politicien Le Drian…
    Dans un second tour, avec la certitude d’avoir moins de 10 %, vous négocierez bien quelques strapontins comme Lanjuinais en son temps, en demandant à votre maigre électorat de voter pour un “Le Drian-qui-ne-tien-pas-ses-promesses-électorales”. Promesses inutiles de sa part si Le Fur dépasse votre poulain socialo-vert-régionaliste-radical-chrétien.démocrate-attrape.tout. Un grand merci de la part des socialistes français qui, la queue entre les jambes, n’en demandaient pas tant après leurs votes jacobins-militants concernant les nouvelles régions françaises, sur le non-vote pour le respect et la diffusion des langues dites régionales, et sur toutes les autres promesses non tenues mais que vous preniez pour argent comptant.
    Les rares élus UDB le sont qu’avec le seul acquiescement des socialistes français. Mais vous prenez ces miettes octroyées pour des trophées. Vous y tenez, vous voulez les garder, vous vous y accrochez comme une moule sur son rocher. Au pays les régionalistes, vous voulez vous croire aussi gros et aussi beau que le bœuf français. Vous y avez acquis le vertige du pouvoir, mais d’un pourvoir qui, en réalité, n’est qu’à Paris.
    En sociologie, il n’y a que trois formes de pouvoirs, que ce soit dans un groupe trois personnages ou de plusieurs millions d’hommes et de femmes. Ils se décomposent comme suit :
    1) Le pouvoir du plus fort, c’est celui du chef, du patron, de l’ancien seigneur du village.
    2) Le pouvoir du dominé, c’est celui d’un contre-pouvoir comme celui de faire la grève, de saboter son outil de travail, de se révolter, de contredire la volonté du chef, de lui dire oui mais en pensant non.
    3) Enfin, il y a le pouvoir occulte. Le détendeur de ce pouvoir ne veux pas se mélanger à la glèbe, être avec les faibles, proche du prolo, mais il n’est pas assez fort pour prendre la place du patron. Place qu’il convoite, au demeurant… Alors il se la joue sournois. Pour s’imposer dans le jeux des pouvoirs, pour obtenir une parcelle de pouvoir, il va voir “son chef-bien-aimé” et prétend qu’il a l’oreille du serf, du prolo, du domestique, de l’inculte, qu’au demeurant, il méprise. Il attend de son chef de pouvoir jouer un rôle conséquent dans la vie économique ou politique du pays, dans l’organisation de la seigneurie, d’être un bon et un efficace intermédiaire au service de son chef, de mettre de l’huile dans les rouages… Puis il va voir le petit, le malingre, le faiblard, le besogneux auprès de qui, il prétend, lui affirme, qu’il a l’oreille du chef, qu’il saura l’apaiser face à ses demandes odieuses et douloureuses pour ce pauvre serf, ce prolo. Aux deux parties, il se pose en médiateur, en facilitateur, en sauveur. Il va en mettre de l’huile dans les rouages, lui ! En réalité il hold-up le petit-besogneux-si-facile-à-berner. Mais lui même se fait moquer, il est mépriser par le chef. Le seigneur du village trouve amusant qu’avec ce nouveau larbin, il va pouvoir se reposer en externalisant les coups de fouet qu’il donnait lui-même jusque là à ce petit peuple breton qui ne veux surtout pas mourir dans une France parisienne standardisée. Ah, ce têtu !

    Voilà donc mes observations, mes analyses, mes sentiments. Adolescent je me voyais indépendantiste breton et, jeune adulte, je votais breton, donc je votais UDB. C’est aujourd’hui fini, bien que je continu à lire Peuple Breton, une assez bonne revue que je reçois sur Dijon.
    Je vous ai quitté parce que je vous trouve sectaire, dogmatique, si peu ouvert au monde. C’est un comble pour des Bretons ! Parce que je suis légitimiste, quand je reviendrais vivre l’année prochaine au Pays Breton, je voterais Breton. – C’est à dire que mes choix seront :
    – Si un candidat Parti Breton se présente contre vous, mon choix sera à coup sûr le Parti Breton car vous vous acharnez à détruire vos frères d’arme bretons qui eux, ne cherchent pas à vous détruire, et vous tolère dans votre différence. Et qui eux, ne sont pas dans un dogmatisme politique enfermant et aliénant. Leur avenir est devant eux !
    – Si il y a un candidat unique breton face à tout autre candidat français et si c’est vous, je voterai alors sans sourcilier UDB !
    – Si il y a un candidat Breizh Europa se présentant contre un candidat UDB, je voterais UDB pour donner plus de chance à ma Bretagne pour se faire entendre. Car de vous deux, vous avez plus de notoriété que notre compatriote Caroline Ollivro.
    – Si un Socialiste se présente contre vous, ce sera vous, forcément… bien que cela doit être un cas trop rare pour que je puisse le rencontrer un jour. Je doute que vous cherchez à leur faire de l’ombre.
    Voyez vous, mes chers compatriotes bretons UDB, il faut de l’empathie, de la cohérence et de la tempérance politique pour réussir notre objectif final, le seul qui devrait compter à nos yeux et dans nos cœurs :
    Celui d’apporter une distance nécessaire entre la vilaine France parisienne qui nous martyrise et notre chère patrie bretonne.
    Camarades de combats UDB, devenez forts et lucides dans vos choix et vos cœurs de Bretons, sauf si la Bretagne distanciée de la France parisienne n’est pas votre véritable objectif.

    • Hello,
      Je receuille des signatures pour une association apolitique, la Charte de la Bretagne Réunie. L’objectif estr de 100 000 signatures et un référendum à suivre.
      Mais l’objectif N°2 c’est de réunir sous une charte simple et claire (et pas minimaliste du tout) l’ensemble des forces bretonnes favorables à B5.
      Bref je suis allé à Carhaix au fest-deiz de Oui la Bretagne, balader mon collecteur et mon stylo. Excellent résultat. De nombreuses signatures, malgré le fait que beaucoup de militant avaient déjà signé. (nous en sommes à 10240 signatures ).

      Ha non, j’oubliais: 5 “jeunots” ont trouvé à redire: “nous ne signons pas parce que nous ne savons pas ce que fait M. Le Bihan (Président de l’association). Nous croyons qu’il se présente avec la liste Le Fur(??!!).”
      Ces brillants stratèges, sont, parait-il adhérents de l’UDB. très jeunes, et déjà dogmatiques, à coté de la plaque et sectaires.
      pfff. Ca m’a un peu rappelé l’ambiance que j’ai connu (pendant une soirée car j’ai vite pris mes jambes à mon cou) dans les rangs disciplinés des jeunesses communistes, avec le plus “agé” dans le rôle du commissaire politique maître à penser.
      Bref, je collecterai les 100 000 signatures avec ceux qui veulent gagner, et laisserai ces futurs looser sur le coté. L’UDB est avec CT uniquement parce qu’ils ont reçu une raclée électorale aux dernières élections; mais apparamment, ils ne sont pas près de comprendre le sens de la marche.
      La liste “oui la Bretagne” fera bien plus de 10%. mais l’UDB jamais.

      PS: a l’heure actuelle ( 02 10 2015) M. JF Le Bihan n’est toujours pas associé sur la liste Le Fur.

      • 500 ans de colonisation…
        Il n’y a aucun avenir pour les bretons à voter pour les partis nationaux français ,
        La Bretagne n’est pas une région administrative c’est un pays,
        Nous ne sommes pas des français de Bretagne nous sommes bretons
        Nous avons notre hymne notre histoire qui n’est pas celle de la France,et notre drapeau
        Ce n’est pas à la France de décider d’amputer la Bretagne c’est à nous de l’unifier
        Ce n’est pas à la France de décider de l’enseignement et de l’usage du breton c’est à nous de le faire.Breton,français,anglais obligatoire à l’école .
        Les politiques souhaitent que les gens qui ont un cerveau soient dégoûtes et ne votent pas car de toutes façons ils sont élus sur un pourcentage du nombre de votes exprimes qu’ il soit faible ou pas.
        Le vote est notre parcelle de pouvoir démocratique ,des gens ont combattus pour ce droit.
        Votez breton quel que soit le parti breton que vous choisissez ,mais votez breton .
        Pas d’abstention,pas de front national,votez Breton

        • J’ aimerais voir sur votre page que vous êtes BZH 5 , c’ est à dire que vous êtes d’ accord pour la Bretagne avec 5 (cinq) départements !! Nantes est en Bretagne , n’ en déplaise au traitre à la Patrie Française , le Maréchal Pétain !! Dans ma logique , qui a été condamné a mort après la deuxième Grande , ne peut pas être une référence nationale 70 ans après !!

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.