La Baule-Nantes : Rassemblements de soutien à Artur Mas à l’appel du collectif Bretagne-Catalogne/Breizh-Catalunya

91

soutien artur masLa Baule-Nantes : Rassemblement de soutien à Artur Mas à l’appel du collectif Bretagne-Catalogne/Breizh-Catalunya

Dans un communiqué de presse, le collectif Bretagne-Catalogne/Breizh-Catalunya soutenu par l’association Yes Breizh appelle tous les démocrates à se rassembler à La Baule et Nantes le 14 et le 15 octobre prochain par solidarité avec Artur Mas, présidence de la Catalogne.

En effet, deux jours après la victoire aux régionales du camp indépendantiste en Catalogne, le président catalan a été convoqué au tribunal pour désobéissance civile.

Rappel des faits reprochés : Artur Mas devrait être entendu le 15 octobre prochain pour avoir organisé une consultation populaire sur l’indépendance de la Catalogne. Le 9 novembre 2014, 2,3 millions de personnes avaient alors participé au vote. Lors du scrutin sans valeur légale, 1,9 million de personnes avaient voté pour l’indépendance sur 7,5 millions d’habitants. Ce scrutin avait été mis en place par l’exécutif catalan devant le refus d’un référendum d’auto-détermination. Artur Mas avait alors fait savoir qu’il défendait la «liberté d’expression». Depuis la volonté d’indépendance s’est installée dans la population et les urnes ont à nouveau parlé en faveur de l’indépendance le 27 septembre dernier.

La citation à comparaître a été émise deux jours après la victoire des indépendantistes dimanche dernier aux élections régionales, qui ont obtenu 72 sièges sur 135, soit la majorité absolue des sièges au Parlement régional. A l’annonce de la convocation, les Catalans ont appelé à se rassembler devant le tribunal pour soutenir leur leader.

Dans son communiqué de presse, le collectif rappelle “la liberté des peuples à décider et à s’exprimer pour eux même et invite tous les démocrates, toutes les personnes défendant cette liberté à se rassembler pour soutenir Artur Mas le jour de la convocation”. Le lieu sera communiqué plus tard.

 

L’histoire se répète-t-elle ?

photo 1(1)Le rassemblement de soutien des Catalans à leur président est prévu devant le tribunal de Barcelone, place Lluis Companys, le président de la président de la Généralité de Catalogne de 1934 à sa mort. Exilé en Bretagne et installé à La Baule après la Guerre civile espagnole, Lluis Companys a été livré au régime franquiste par la Gestapo et exécuté au château de Montjuïc à Barcelone le 15 octobre 1940, au cri de « Per Catalunya! » (« Pour la Catalogne ! »).

En 2013 à la Baule, lors de la Viacatalana, des Bretons lui avaient rendu hommage, une marque de soutien à la volonté d’indépendance de la Catalogne.

L’Etat espagnol, dans sa précipitation à convoquer en justice le président Artur Mas, au lendemain d’un scrutin démocratique qui ne lui convient pas, rappelle au Catalans et leurs amis, les souvenirs des années sombres de l’histoire de l’Espagne. L’histoire repassera-t-elle les plats et Artur Mas sera-t-il assassiné politiquement pour ses engagements en faveur de la Catalogne ?

Hommage britto-catalan à Lluis Companys, combattant de la liberté

«Il est mort, celui qui aimait son pays et qui l’a aimé jusqu’à mourir pour lui. Il est mort comme meurent les martyrs et les hommes intègres.» C’est avec ces mots écrits en breton et en français sur un tract que la délégation catalane de la commission pour la dignité est venue à la rencontre de ses amis bretons qui l’attendaient devant la villa bauloise Ker Imor Vad où vécu le président de la Generalitat, Lluis Companys. En cette belle matinée d’été, le souvenir de Lluis Companys, arrêté par la Gestapo 70 ans plus tôt, se matérialisait pour les Catalans à la vue de la dernière demeure où il vécut en homme libre sur la terre de Bretagne. Les avait rejoint un vieux républicain espagnol de Tolède qui avait résisté les armes à la main en 1936 alors qu’il n’avait que 17 ans. Sur un carton, il avait écrit en catalan et en espagnol: «Annulation du jugement contre Companys». La cérémonie débuta avec l’intervention du Maire de La Baule qui souligna la fierté pour sa ville d’avoir été le refuge du Président de Catalogne, qu’il a défini comme un défenseur de la liberté et de la démocratie. Dans son allocution, le vice-président de la Generalitat, J L Carod-Rovira souligna que « tuer le président de Catalogne était une manière symbolique de tuer aussi une nation ». Au moment où était dévoilée la plaque qui rappelle le souvenir de son arrestation au 5 rue de Ploermel, deux sonneurs du Pouliguen lui rendaient hommage au nom du peuple breton. Emmené par Carod-Rovira, les Catalans entonnaient ensuite leur hymne national, qui, par sa charge émotionnelle impressionna particulièrement les Bretons présents. Les Catalans attendent que Madrid, où Lluis Companys connut la torture à la Direction générale de la sureté durant tout le mois de septembre 1940, soit à la hauteur de l’hommage de la Ville de la Baule. Avec les grandes difficultés que rencontre la commission pour la dignité dans la réhabilitation judiciaire de Companys et l’accès aux archives de l’État espagnol, il est permis d’en douter.

Hubert Chémereau – sept 2010

 

91 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.