Catalogne : Relents de franquisme ce 15 octobre ou la démocratie qu’ on assassine

8
5

TRIBUNE  LIBRE

Catalogne, jeudi 15 octobre 2015, cette date est tristement célèbre dans l’ esprit de tous les Catalans puisqu’ il commémore l’assassinat de Lluis Companys, président de la Catalogne, assassiné par le général Franco le 15 octobre 1940.

 

Arrêté par la Gestapo en Bretagne (à La Baule) où il s’était réfugié, il fut remis aux autorités espagnoles qui se chargèrent de le fusiller après l’avoir torturé à la Direction générale de la sûreté durant tout le mois de septembre 1940.

Ce 15 octobre 2015, en traduisant Artur Mas, président du parlement catalan,  devant la justice espagnole pour désobéissance, c’ est la démocratie que l’ Espagne veut assassiner en adressant un message de fermeté et un avertissement à l’égard de tout un peuple qui a exprimé son désir d’indépendance par la voie des urnes.

Ce choix a été largement confirmé lors des élections régionales de septembre 2015 par la nette victoire des mouvements indépendantistes.

Artur Mas, 129e président de la Généralité de Catalogne (Parlement) se voit reprocher l’organisation d’un référendum sur l’indépendance de la Catalogne en novembre 2014, processus dont la légalité est contestée par le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Relents de franquisme pour un Etat espagnol qui semble s’engager sur la seule voie de la répression…au mépris de tout un peuple !

espagne

 

Le 13 octobre 2015, quelques 4000 nostalgiques du franquisme n’ont pas hésité à descendre dans les rues de Barcelone pour défendre l’ unité de l’Etat espagnol ; un soutien que Rajoy ne condamnera pas ?

8 COMMENTS

  1. Il ne faut cependant rien exagérer.

    Les communautés autonomes espagnoles ont déjà ce dont beaucoup de Bretons se satisferaient aujourd’hui.

    Ce qui ne leur interdit pas d’en vouloir légitimement plus, comme par exemple l’autonomie fiscale dont bénéficie déjà le Pays Basque et plus encore : l’Indépendance.

    Mais si on parle de relents de franquisme pour l’Etat central espagnol qui, légitimement lui aussi, ne veut pas l’éclatement du pays, à qui donc doit-on comparer la République française qui donne le change en reconnaissant du bout des lèvres des Régions anémiques ?

    En Catalogne, tous les enfants (étrangers compris) ont droit à une éducation linguistique et historique catalane.
    En Bretagne, 3% bénéficient à une éducation bilingue breton-français.
    Et pas d’Histoire de la Bretagne.

    Dans la logique des choses, ce serait plutôt aux Catalans de venir soutenir les Bretons qui véritablement misèrent en tant que tels.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.