Martial Ménard : la liste “Oui la Bretagne” portera très haut les couleurs et l’honneur de la Bretagne

45
6

Martial MenardSamedi 24 octobre 2015, comme chacun dernier week-end d’octobre depuis vingt-cinq ans, le festival du livre en Bretagne ouvrait ses portes au public. Lors de la cérémonie d’ouverture, plusieurs prises de paroles de personnalités présentes ont rappelé une réalité de la langue bretonne. Après celle de Jean-Michel Le Boulanger et de Christian Troadec, c’est Martial Ménard, le militant et spécialiste de la langue bretonne, président d’honneur de l’édition 2015 du festival qui s’est exprimé, rappelant une réalité noire pour le breton “l’Etat français continue un subtil et hypocrite travail de sape en faisant semblant de défendre les langues minoritaires”. Au fil du discours, sans que l’orateur n’en prenne vraiment conscience, l’adhésion de la salle s’est faite, pleine et entière. Il y a de la résistance dans l’air. Et ce n’est pas l’approche des élections qui va calmer les Bretons !

Intégralité du discours inaugural de Martial Ménard, président d’honneur du Festival

Demat d’an holl,

 

Ur blijadur vras eo din bezañ bet anvet da brezidant-a-enor 26t Gouel al levrioù e Breizh gant aozerien ar saloñs. O zrugarekaat a ran a-greiz va c’halon. Ur blijadur vras evit meur a abeg. Da gentañ ne zisoñjan ket on bet embanner va-unan e-pad koulz lavarout ur c’hard kantved, pezh n’eo ket disterdra evelato. Ur blijadur vras eo c’hoazh evidon – n’it ket da grediñ e ven sot gant an enorioù : o lezel a ran gant ar fougaserien a vez klevet anv Breizh war o muzelloù pa dosta mare ur vouezhiadeg bennak, evel ma vo a-benn Kerzu. Nann, ur blijadur vras eo rak ne zisoñjan ket dreist-holl ar pezh a c’hoarvezas ur c’hard kantved zo p’edon ouzh taol e Kemper gant Jean-Yves Cozan, Charlie Grall, un nebeudad izili eus Stourm ar brezhoneg, un dornad dilennidi ha tud eus an Aveerezh evit plediñ gant brezhonekadur ar panelloù-heñchañ : eno, da-geñver an dibenn-pred, an hini e voe roet lañs ha lusk da saloñs levrioù Karaez, ha kenderc’hel a ra, bloaz ha bloaz, an abadenn sevenadurel bouezus-mañ da enoriñ an embann e Breizh ! Dalc’hegezh ha dalc’husted an aozerien zo ur skouer evit an holl a fell dezho ober un dra bennak er vro, ken war an dachenn sevenadurel, ken war an dachenn bolitikel.

Kalz a brezegennoù zo bet klevet abaoe ma voe digoret ent kefridiel kentañ saloñs Karaez gant Youenn Gwernig e 1990. C’hoant am eus da zegas da soñj komzoù Pêr Denez pa voe eñ ivez prezidant-a-enor.

 

C’est un grand plaisir pour moi d’avoir été choisi par les organisateurs comme président d’honneur de ce 26e Festival du Livre en Bretagne. Je les en remercie de tout cœur. C’est un grand plaisir pour plusieurs raisons. D’abord je n’oublie pas que j’ai moi-même été éditeur pendant près d’un quart de siècle, ce qui représente quand même quelque chose. C’est encore un grand plaisir, n’allez pas croire que j’aime les honneurs : je le laisse à ceux dont on entend le nom de Bretagne à l’approche de certaines élections, comme ce sera le cas en décembre. Non, c’est surtout un grand plaisir car je n’oublie pas ce qui se passa à Quimper il y a 25 ans, alors que je déjeunais en compagnie de Jean-Yves Cozan, Charlie Grall, quelques membres de Stourm ar brezhoneg, une poignée d’élus et quelques représentants de l’Equipement, pour trouver une solution à la mise en place du bilinguisme signalétique. C’est là, entre la poire et le fromage, que naquit le Festival du Livre de Carhaix. Et il continue, année après année, d’honorer le travail des éditeurs en Bretagne ! Il faut louer la constance et la persévérance des organisateurs : c’est un exemple pour tous ceux qui veulent faire quelque chose pour la Bretagne, tant au point de vue culturel que politique.

On a entendu beaucoup de discours depuis la première inauguration du festival par Youenn Gwernig en 1990. Je voudrai rappeler quelques paroles de Pêr Denez lorsqu’il fut lui aussi président d’honneur.

« Da geñver gouel al levrioù e vo lakaet war wel e Karaez kement tra a vez embannet hiziv e brezhoneg. Plijet e vo an dud : kalz levrioù a zo, levrioù a bep seurt, moulet mat, skeudennet brav, peadra da zedennañ nouspet rummad lennerien.

Pezh ne vo ket lakaet war wel avat eo emroüsted, emaberzh, al labour dic’hopr a vez graet gant stourmerien didrouz evit lakaat an embannadurioù da vevañ. Da vevañ pe da grakvevañ, pa’z eo ken diaes kaout lennerien en ur vro lec’h ma ne vez desket nemet d’un niver dister a dud lenn o yezh.

Forzh pegen mat ha kaer e kavomp hon embannadurioù – ha mat ha kaer int – e chomont nebeut a dra e-skoaz an embannadurioù e galleg. Evel ma’z eo dister niver ar skolidi a vez kelennet dezho o yezh, pe er skolioù Diwan pe er c’hlasoù divyezhek, e-skoaz ar re ne vez ket kelennet dezho tamm ebet. Evel ma’z eo dister-mezhus lod ar brezhoneg er skingomz hag er skinwel, ha disteroc’h c’hoazh e lec’h er vuhez foran pe melestradurel.

Ur stourm start, kalet, dispac’hel, a rank bezañ kaset war-raok evit gounit d’hor pobl, d’hor bro, deomp hon-unan, ar gwir da vevañ en hor frankiz hag en hor sevenadur. »

 

A l’occasion du Festival du Livre on verra à Carhaix tout ce qu’on édite aujourd’hui en breton. Les gens seront content : il y a beaucoup de livres, des livres de toutes sortes, bien imprimés, bien illustrés, de quoi intéresser toutes sortes de lecteurs.

Ce qu’on ne verra pas, c’est le dévouement, le sacrifice, le volontariat des militants qui travaillent sans gloire pour faire vivre leurs éditions. Pour les faire vivre ou survivre, tant il est difficile de trouver des lecteurs dans un pays où l’on apprend à lire qu’à un nombre restreint de gens.

Que nos ouvrages soient beaux et bons – et ils le sont – ils sont peu de choses comparés aux éditions en français. Comme sont peu nombreux les élèves à qui on enseigne dans leur langue, dans les écoles Diwan ou bilingues, comparés à ceux à qui elle n’est enseigné en aucune manière. Tout comme est indigente la place réservée à notre langue à la radio et à la télévision, et plus indigente encore dans la vie publique et administrative.

Il nous faut mener un dur combat, un combat révolutionnaire pour gagner à notre peuple, à notre pays, à nous-même, le droit de vivre libre et librement notre culture.

 

20 vloaz war-lerc’h Pêr Denez e c’haller embann an hevelep komzoù hep treiñ ur pik enno, ar pezh n’eo ket sin vat, anat d’an holl.

Rak se zo embann splann n’eo ket bet efedus ar politikerezh renet gant ar Rannvro evit hor yezh, daoust d’ar c’homzoù kaer zo bet klevet gwech ha gwech all, n’eus ket c’hoazh gwall geit-se.

Rak se zo embann splann e talc’h hag e kendalc’h ar Stad C’hall gant e labour distruj soutil ha pilpous, oc’h ober van da zifenn ar yezhoù bihanniver, gant Karta Europa da skouer, ur garta bet sinet met ur garta n’eo ket bet kaougantet.

Rak se zo embann splann c’hoazh ne stourmomp ket ni na start na kalet a-walc’h evit difenn gwirioù hor yezh. N’hon eus ket ezhomm eus tud a lavar bezañ a-du gant ar brezhoneg : ezhomm hon eus eus tud a gomz brezhoneg hag a dreuzkas ar yezh d’o bugale hag en-dro dezho a-wel hag a-glev d’an holl. Rak kaer zo lavarout, mar fell d’ar Vretoned e chomfe bev o yezh, ez eo dezho d’ober ganti ken alies ha bemdez evit holl ezhommoù o buhez, hag ezhommoù ar spered muioc’h c’hoazh eget ezhommoù ar galon. Ar pezh a oa bet lavaret gant gerioù biskoazh splannoc’h gant an Iwerzhonad Eoghan O Neil e 1968 : « ur vroad na zifenn ket he yezh gant kalon a zo ur vroad a soñj evel ur broviñs, en em zalc’h evel ur broviñs hag a vez graet outi evel ur broviñs ». Evit peurgompren ar gerioù-se e ranker gouzout  talvoudegezh ar ger proviñs : « bro trec’het » cf. lat. vincere « vaincre ».

Fellout a ra din degas da soñj ivez titl ur ganaouenn he doa bet he zamm brud er bloavezhioù ’70, ur ganaouenn gant Alan Stivell : « Hep brezhoneg, Breizh ebet ! » Muioc’h eget un titl e oa : un titl-lugan ! Al lugan-se a embann fraezh ez eo ar brezhoneg hennad Breizh, ar pezh a vir ouzh Breizh a vezañ ur broviñs, ar pezh a ra eus Breizh ur vro penn-da-benn gant he holl wirioù da adc’hounit.

 

20 ans après Pêr Denez on peut dire exactement la même chose, ce qui à l’évidence n’est pas un bon signe.

Car c’est dire que la politique menée par la Région n’a pas été efficace, malgré les belles paroles que l’on entend parfois, et il n’y a pas encore très longtemps.

Car c’est dire clairement que l’Etat français continue un subtil et hypocrite travail de sape en faisant semblant de défendre les langues minoritaires, avec la Charte Européenne, par exemple, charte qui a été signée, mais pas ratifiée.

Car c’est dire encore plus clairement que nous ne combattons avec suffisamment de force et de pugnacité pour recouvrer nos droits linguistiques. Nous n’avons pas besoin de gens qui disent être d’accord avec la langue bretonne : nous avons besoin de gens qui parlent le breton et qui le transmettent à leurs enfants et leur entourage, au vu et au su de tous. Car il y a beau dire, si les Bretons veulent que leur langue vive, il leur appartient de la parler au quotidien pour tous les besoins de leur vie, et encore plus pour les besoins de l’esprit que ceux du cœur. Ceci fut dit on ne peut plus clairement en 1968 par un Irlandais, Eoghan O Neil : « Une nation sans une langue et le courage de ses convictions, pense comme une province, se comporte comme une province, est traitée comme une province ». Pour bien comprendre cette phrase, il faut savoir que le mot « province » signifie « pays vaincu » (du latin vincere vaincre).

Je voudrai également rappeler le titre d’une chanson qui connu son heure de gloire dans les années 1970, une chanson d’Alan Stivell : « Hep brezhoneg, Breizh ebet ! » (sans langue bretonne, pas de Bretagne !). C’était plus qu’un titre : un titre-slogan ! Ce slogan indique clairement que la langue bretonne est l’essence même de la Bretagne, exactement ce qui fait que la Bretagne n’est pas une province, mais un pays dans tous les sens du terme, avec tous ses droits à reconquérir.

***

Ha peowir emaomp amañ e Karaez, ur gêr skouer abaoe pell evit ar stourm evit ar brezhoneg, dre berzh labour tud mennet start da zifenn kevanded hor bro, dazont hor yezh, buhez hon armerzh, hor sevenadur, ha neket plegañ da vevañ en ur broviñs, peogwir emaomp e Karaez eta, ha dre ma tosta ar vouezhiadeg rannvro da zont, e fell din degas da soñj e vo ul listenn a zougo uhel banniel hag enor ar vro, ul listenn kaset war-raok gant aotrou maer Karaez. Un enor e vo da bep hini ac’hanomp kas al listenn-se war-zu an trec’h ha paouez a vezañ ur vro trec’het.

***

Et puisque nous sommes à Carhaix, une ville depuis longtemps exemplaire pour l’emploi de la langue bretonne, grâce au travail de gens constamment impliqués dans la lutte pour défendre l’intégrité de la Bretagne, l’avenir de notre langue, la vie de notre économie, de notre culture, en refusant de vivre dans une province ; puisque nous sommes à Carhaix donc, et que les futures élections régionales approchent, je rappelle que la liste Oui la Bretagne menée par monsieur le maire portera très haut les couleurs et l’honneur de la Bretagne. Ce sera un honneur pour chacun d’entre nous de porter cette liste vers la victoire et cesser d’être une province.

 

45 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.