Régionales : Gagner vraiment du pouvoir de décision pour la Bretagne, c’est la responsabilité historique du futur président du Conseil régional

Guipavas, mardi 8 décembre 2015, communiqué de presse de Christian Guyonvarc’h, conseiller régional sortant, rapporteur général du budget, adjoint au maire de Guipavas délégué aux finances, vice-président de Brest Métropole délégué à l’urbanisme réglementaire et commercial

COMMUNIQUE DE PRESSE

« Gagner vraiment du pouvoir de décision pour la Bretagne,
c’est la responsabilité historique du futur président du Conseil régional »

Dans l’histoire politique et électorale de la France les élections régionales de décembre 2015 resteront à jamais marquées par le contexte dramatique des attentats sanglants du 13 novembre à Paris. Les conséquences sont visibles dans les résultats du premier tour de ce scrutin. Au plan français le FN a surfé sur un climat anxiogène pour prôner plus que jamais le repli sur les frontières nationales et le rejet des migrants. En Bretagne le statut de protecteur du ministre de la Défense, déconnecté de son étiquette politique, a joué à plein ; cela se vérifie par exemple dans le résultat de la liste Le Drian dans les Côtes d’Armor (33,42%), très supérieur aux scores obtenus par les candidats du PS au premier tour des élections départementales de mars dernier dans ce même département, ravi alors par la droite (qui n’a obtenu que 26,53% ce dimanche bien que sa tête de liste soit député des Côtes d’Armor). Au total, en Bretagne comme ailleurs la dimension régionale du scrutin a été reléguée au troisième sous-sol. La démocratie en sort perdante.
Dans ce contexte exceptionnellement défavorable pour nos idées je veux tout d’abord saluer la campagne inventive et active et le résultat encourageant de la liste « Oui la Bretagne, Breizh evel just » que présentaient le Mouvement Bretagne progrès et l’Union démocratique bretonne. Dans le contexte du moment, réunir plus de 80.000 suffrages relève de l’exploit. Ce début d’adhésion populaire vient valider la stratégie électorale d’affirmation autonome des régionalistes et des autonomistes de progrès. Les élections présidentielle et législatives de 2017 seront un rendez-vous important pour rassembler tous les résistants au corset du centralisme, tous ceux qui veulent donner un nouveau souffle à leur territoire, relancer l’économie et l’emploi, recréer de la fraternité, préserver un environnement de qualité, nourrir une identité culturelle originale et ouverte à la diversité. Il faut chercher dès maintenant les moyens de présenter un maximum de candidats régionalistes et autonomistes aux prochaines législatives, en Bretagne et ailleurs.
Dimanche prochain trois listes se présenteront aux suffrages des Bretons. Parmi ces listes il y a celle du FN, parti de l’hypercentralisme, donc de l’anti-Bretagne, parti du déclin économique et de l’effacement culturel de la Bretagne. Il importe de réduire au maximum la représentation de ce parti dans la future assemblée régionale. Dans ce contexte j’irai voter et je voterai pour la liste la moins éloignée de mes valeurs, celle que conduira Jean-Yves Le Drian.
Dimanche prochain Jean-Yves Le Drian sera peut-être le candidat le mieux élu dans une triangulaire, assurément le candidat le mieux élu dans le camp de la majorité présidentielle. Ayant sollicité lui-même son retour à la tête de la Région Bretagne et étant appelé à cumuler cette fonction avec celle de ministre de la Défense, sa réélection l’obligera. Depuis l’instauration du suffrage universel jamais un élu breton n’aura exercé une influence politique comparable en France, pas même René Pléven qui, tout président du conseil qu’il fut sous la IV ème république, était suspendu au bon vouloir d’une assemblée versatile dans un régime de type parlementaire.
Jean-Yves Le Drian sait d’où vient la Bretagne. Il a le sens de l’Histoire. D’abord parce qu’il est historien de formation. Ensuite parce qu’il est le dernier élu en exercice de la génération des Le Pensec, Josselin ou Hervé qui ont obtenu les premiers succès électoraux du PS en Bretagne grâce à leur connaissance de l’histoire du peuple breton, ce qui n’est guère le cas de la nouvelle génération des responsables socialistes. Dès lundi prochain Jean-Yves Le Drian sera confronté à une responsabilité historique : celle d’obtenir pour la Bretagne un vrai pouvoir de décision politique. Face à la progression électorale du FN et à la diffusion de son message d’enfermement qui n’est qu’un mirage mortel, aujourd’hui plus que jamais gagner du pouvoir de décision en Bretagne pour la Bretagne est la seule voie possible si l’on veut recréer de l’emploi et garantir la cohésion sociale à laquelle les Bretons sont si naturellement attachés. Avec l’expérience politique et la connaissance de la Bretagne qui sont les siennes, Jean-Yves Le Drian le sait mieux que quiconque. La victoire de dimanche soir le placera au pied du mur.
Christian Guyonvarc’h
conseiller régional sortant, rapporteur général du budget
adjoint au maire de Guipavas délégué aux finances
vice-président de Brest Métropole délégué à l’urbanisme réglementaire et commercial

12 COMMENTS

  1. Et je me répète ouvrez les yeux depuis un bon moment le salafisme est bien plus dangereux pour nos valeurs que le FN alors que signifie ce cinéma pour l’un et ce laxisme total pour l’autre ?

  2. La loge lui interdit de favoriser une identité Bretonne de plus en sbire bien cadré des centralisateurs parisiens il ne peut que nous endormir doucement en jouant du pipo !

  3. Eh bien moi , je ne voterai pas Le Drian : il aurait pu faire avancer les choses , il pouvait refuser le diktat jacobin qui aurait pu permettre la réunification de la Bretagne, je ne soutiendrai pas une personne qui a accepté la disparition de l’Alsace, je ne voterai pas pour ‘un parti dont il est le « grand représentant » en Bretagne qui refuse les droits linguistiques fondamentaux reconnus pas toutes les instances internationales, et qui a permis au FN une telle progression résultat de sa politique économique et térritoriale

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.