Bretagne, une histoire occultée mais qui fait parler.

57

La causerie-débat sur l’histoire de Bretagne a attiré près d’une soixantaine de participants lundi 4 janvier à l’auditorium du Conservatoire de Musique de Brest. Elle était animée par Jean-Jacques Monnier, historien breton, et Olivier Caillebot, animateur et réalisateur radio. Lors de leur rencontre en 2006, ils font le constat d’une méconnaissance de l’histoire de Bretagne et d’un véritable intérêt de la population pour sa diffusion. Depuis, ils ont pris leurs bâtons de pèlerins pour dénoncer cette situation et essayer d’apporter des solutions. Ils sont les auteurs d’un DVD intitulé « Connaissance de la Bretagne des origines à nos jours » paru en novembre 2014. Pour leur 59ème conférence, le sujet portait sur la délicate question du manque d’enseignement de l’histoire régionale.

P1000888 - Copie
Jean-Jacques Monnier et Olivier Caillebot

Après une introduction en breton et en français par Bernard Gestin, co-président de l’association Sked, les deux conférenciers ont lancé le débat. Jean-Jacques Monnier a dressé un historique à partir de ses recherches et de son expérience personnelle d’enseignant. Sa rencontre avec Olivier Caillebot a débouché sur le passage du livre vers les supports audiovisuels, la radio et la télévision. Au bilan, c’est à la fois un constat de succès et d’échec. Au fil des ans, les publications, en particulier de Skol Vreizh, ont abouti à la diffusion de supports d’information valables, d’abord sous forme papier puis CD audio et DVD. Mais, malgré quelques bonnes volontés individuelles en son sein et l’appui du Conseil Régional, l’administration de l’Éducation Nationale ne fait que trop rarement aboutir cette diffusion jusqu’aux élèves. L’arrivée de Jean-Pierre Chevènement à sa tête en 1984 a entraîné la fin brutale d’une expérimentation, pourtant positive, de 4 années dans ce genre d’enseignement. Le rétrécissement de l’horizon culturel semble avoir, progressivement mais durablement, imprégné ce ministère.

Ce constat a été largement partagé et regretté par l’auditoire au travers des nombreuses prises de paroles. Le président du Centre d’histoire de Bretagne, Frédéric Morvan, a fait une intervention remarquée. Il a observé le grand nombre de diplômés en histoire parmi les acteurs politiques bretons de tous bords et la qualité de leur écoute sur ce problème. Même si les élus et les recteurs ne font que passer, il faut « faire feu de tout bois » vis-à-vis des représentants du peuple et de l’administration. La démarche ne peut s’y limiter. L’influence très limitée du Conseil Régional sur les programmes scolaires a été rappelée. De son coté, Anne-Marie Kervern, adjointe au maire de Brest, a vigoureusement souligné la nécessité, face à l’immobilisme, d’une démarche volontariste visant à identifier et utiliser les espaces de liberté disponibles, en particulier dans le domaine des médias.

L’analyse partagée par les participants aboutit à un pessimisme réaliste sur une éventuelle évolution de la posture de l’Inspection de l’Éducation Nationale. Les échanges ont été souvent passionnés et ont montré à quel point ce sujet leur tient à cœur.  Il reste à imaginer des stratégies de contournement par la société civile.

57 Commentaires

  1. À défaut d’avoir fusionné les académies et les régions, donnons au plus vite à toutes les régions – dont les contours pourront toujours être contestés ultérieurement – le droit à l’expérimentation. Profitons de l’occasion exceptionnelle qui nous est donnée grâce à une répartition quasi égale des pouvoirs régionaux entre les deux partis majoritaires, pour faire ce qui doit être fait depuis plusieurs décennies !
    En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-146151-un-pacte-republicain-pour-lemploi-passe-par-leducation-1187473.php?XmKQvmGOsXLsI6Fj.99

  2. Bonjour
    Des Cd ou DVD qui répondent à cette envie d’enseignement de l’histoire de la Bretagne?
    C’est effectivement une Bonne idée mais pourquoi ne pas profiter de l’article afin d’y ajouter un lien qui permette de l’acheter ?
    Il faut être pragmatique et pratico-pratique
    Merci

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.