Home Actualité Information Bretagne - 7seizh.info Loctudy : Hommage aux marins du Bugaled Breizh dimanche 17 janvier

Loctudy : Hommage aux marins du Bugaled Breizh dimanche 17 janvier

Loctudy, dimanche 17 janvier 2016, un hommage sera rendu aux cinq marins du bateau de pêche Bugaled Breizh coulé le 15 janvier 2004 à 12h25.

Le rendez-vous est à 10h30 à la stèle des péris en mer.

La France ayant décidé de clore le dossier du naufrage, c’ est en Cornouaille « britannique » que se joue la vérité sur ce drame :

-mardi 12 Avril à 10 h, audience de pre-Inquest à Truro, City Hall ( Cornwall), ouverte au public,sous réserve des places disponibles;

 semaine du 18 au 22 juillet 2016, audience finale d’Inquest, Truro, Cornwall

Bugaledbreizh.org (extraits)

« Pourquoi et comment le Bugaled Breizh a été coulé par un sous-marin »

1/ le Bugaled Breizh a coulé en 37 secondeset sa cale à poissons a explosé sous la pression de l’eau : il a donc été entraîné par une force importante, sinon l’eau aurait envahi progressivement la coque qui se serait posée sur le fond sans déformation.

2/ le patron du BB n’a pu dire que « viens vite, je chavire », surpris par un événement inconnu. Un seul corps a été retrouvé à l’intérieur de la coque : l’équipage au travail sur le pont a été brutalement jeté à la mer sans pouvoir s’accrocher, encore moins s’équiper d’un gilet de survie

3/ c’est donc une « force exogène«  (terme utilisé par les experts, en clair un sous-marin ) Ni un banc de sable comme le prétend le BEA-mer, qui ne saurait être une « force » au sens physique (dynamique du terme). En outre seul un sous-marin nucléaire peut avoir assez de puissance et de vitesse pour entraîner un chalutier au fond.

4/ les images prises par caméra du robot qui a inspecté l’épave ne montrent « aucun indice de croche du chalut » (rapport de l’expert M. Troyat)

5/ les funes (câbles de traction du chalut) ont été retrouvées entrecroisées, ainsi que les panneaux, preuve qu’une seule a été accrochée. Le heurt du chalut avec un obstacle au fond n’aurait pas provoqué un tel déséquilibre, les funes seraient restées à peu près parallèles.

6/ la fune tribord a été déroulée de plus de 140 m. Même raison

7/ des traces de raguage et detitane ont été relevées sur la fune, en sa partie où elle a été accrochée, pas sur le reste

8/ le BB évoluait dans une zone d’exercice des sous-marins (les cartes marines anglaises indiquent en toutes lettres « sub-marine exercise area » et le fait est confirmé par l’Amiral Mérer, préfet de l’Atlantique maintenant à la retraite)

9/ le 15 janvier avait lieu un exercice de sous-marin : la Thursday war et le soir à zéro heure démarrait la manoeuvre multi-nationale ASWEX04

10/ un sous-marin hollandais Dolfjin était rapidement sur les lieux et a même participé aux opérations de recherche, ce qui est inhabituel et a étonné les sauveteurs britanniques

11/ plusieurs témoins ont vu sur la zone des hélicoptères militaires portant des sonars(grosse boule noire bien visible), preuve d’exercices en cours

12/ plusieurs témoins et les sauveteurs britanniques ont vu un canot de sauvetage qui n’appartenait pas au BB : sans doute lancé par les militaires au moment du naufrage. Il a été coulé à coups de poignard par les plongeurs (preuve compromettante ?)

13/ l’interpellation de Andrew George, député de la Cornwall au Parlement, a révélé que le sous-marin anglais – Turbulent – était revenu à sa base le 16 pour réparation.

14/ L’assistante du Cdt du Turbulent a confirmé ce point devant nous. Elle a en effet organisé une conférence de presse le 16 janvier, pour expliquer pourquoi le Turbulent était rentré prématurément.

15/ toutes les manoeuvres pour écarter la thèse du sous-marin :

carte des positions des navires non au moment de l’accident, mais 25 mn plus tard

–     arrêt des enregistrements des communications entre le Cross-cap Gris-Nez et les sauveteurs

 –     appel « préventif » du Ministre au Président du Comité des Pêches du Guilvinec pour annoncer qu’aucun SM n’était impliqué

–     présentation d’un film de l’épave ne montrant qu’un seul bord

–     opération de diversion avec la piste du « cargo voyou » : 5 mois de perdus

–     contrairement aux affirmations des Marines Britannique et Française, les accidents SM/chalutiers sont fréquents, notamment dans ces parages

16/ le jugement du 31 juillet 2008 du Tribunal d’Instance de Quimper établit clairement l’implication d’un sous-marin ( mais en raison du peu de coopération des autorités, il renonce à rechercher lequel est l’auteur)

17/ Les juges se sont appuyés sur le rapport établi parMM George et Théret (Ifremer) qui après essais en bassin et simulations informatiques ont anéanti la théorie de « la croche molle » avancée par le BEA-mer.

18/ De son côté, le Contre-Amiral Salles, spécialiste des sous-marins et désigné comme expert, a clairement décrit le scénario de l’accrochage du Bugaled Breizh par un sous-marin;

19/ La Cour d’Appel de Rennes à deux reprises en 2009 et 2010 s’oppose au non-lieu et ordonne la poursuite des investigations pour retrouver le sous-marin responsable.

20/ Le jugement de non-lieu du Tribunal de Nantes reprochant aux victimes de « poursuivre une chimère » apparaît bien faiblement fondé au regard des arguments présentés ci-dessus.

30 COMMENTS

  1. Sur Twitter je fais souvent référence au naufrage du Bugaled Breizh, lutter contre l’oublie. Je connaissais un des experts qui avait émit l’hypothèse du sous marin . Maintenant qu’il est décédé certain remette en cause l’expertise. Ça m’énerve le manque de respect pour les marins décédés et leur famille. Le droit a la vérité

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
7seizh.info

GRATUIT
VOIR