Partager :

" /> Langues régionales : les masques sont tombés - 7seizh.info
Publié le: ven, Jan 15th, 2016

Langues régionales : les masques sont tombés

Soutenez 7seizh par Paypal

C’est dans un hémicycle quasiment vide que le projet de loi porté par le député Paul Molac a été rejeté dans la nuit du 14 au 15 janvier. Déposé le 1er décembre, ce projet demandait des mesures de promotion et de protection des langues régionales dans trois domaines : l’enseignement, la signalétique et les médias. L’analyse du vote montre, quelques semaines après les Régionales, un retournement de la majorité.

Que s’est-il passé ?

Le faible nombre de députés présents peu avant minuit est révélateur de l’intérêt porté à ce sujet par la représentation nationale. Mais, c’était une bonne occasion de faire passer le texte. En début de soirée, les écologistes, peu nombreux mais bien mobilisés, ont réussi à faire valider par surprise la suppression de la publicité dans les programmes pour enfants à la télévision. Les députés PS et de droite sont opposés à cette loi mais avaient déserté les bancs. Cette tactique était proche d’aboutir au bénéfice de Paul Molac. Mais dans un sursaut d’énergie jacobine les 10 députés PS présents demandaient au dernier moment un scrutin public. Cela leur a permis de faire voter 4 absents et de surpasser les 13 députés favorables au projet. Leur victoire met fin, pour l’instant, aux espoirs que les défenseurs des langues régionales pouvaient placer dans l’Assemblée Nationale.

Quels enseignements en tirer ?

Ce sont les députés PS, suivant la position de Fleur Pellerin, qui ont fait échouer le texte. Ce projet courageux, bien que d’envergure modérée, faisait suite au blocage de la ratification de la Charte des Langues Régionales par le Sénat. La ratification de cette charte était une promesse de campagne de François Hollande, revivifiée avant les élections régionales. L’énergie dépensée pour contrer le projet de Paul Molac, confirme, s’il en était besoin, les doutes sur la volonté réelle du gouvernement concernant cette charte. Les échéances de décembre dernier sont passées. Les soi-disant défenseurs de la diversité française ne prennent plus la peine de maintenir l’illusion. La tournure même du projet avancé par le gouvernement permettait de soupçonner l’escroquerie.

Quelles perspectives ?

L’arrêt de ce projet marque la fin d’une opposition possible entre deux textes nés du refus de la Charte. Dès le 21 octobre 2015, 6 jours avant leur refus, les sénateurs de droite et du centre ont déposé un projet visant à « à donner une assise juridique plus claire à des pratiques ou usages existants et à promouvoir l’utilisation des langues régionales ». L’existence d’un projet de députés de gauche, d’un côté, et d’un projet de sénateurs de droite, de l’autre, pouvait laisser craindre une opposition de principe sur un sujet qui pourtant les rassemblent.

La démarche est toujours en cours au sénat. Le texte offre l’avantage de répondre aux craintes que soulevaient, peut à être à dessein, le projet de ratification du gouvernement. Tout d’abord, il ne parle que des langues régionales. Bien des français s’inquiétaient d’un projet brandi au bénéfice de langues, pour eux déjà quasi disparues, mais qui aurait surtout offert des « droits spécifiques » a quelques millions de locuteurs de langues dites de « migrants ». Enfin, il constitue une alternative à la ratification de la Charte. En 1999, le conseil constitutionnel a déduit « qu’en adhérant à la Charte, la France méconnaîtrait les principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi, d’unicité du peuple français et d’usage officiel de la langue française ». Bien sûr, on peut s’insurger contre la surreprésentation de personnes âgées réactionnaires au Conseil Constitutionnel. Mais leur avis équivaut à une fatwa, arme très efficace à disposition des ceux qui vivent mal la diversité de la France. Depuis cette date, la Charte n’avait sans doute plus aucune chance.

Évidemment, il ne faut pas non plus s’illusionner sur la volonté réelle de faire aboutir le texte des sénateurs. Essayer de le faire avant les présidentielles, et surtout les législatives, n’aurait pas de sens, tant il vaut mieux en faire miroiter la promesse dans l’espoir d’une majorité à l’assemblée. Les sénateurs de droite et du centre gagneront sans doute à ne pas se contredire et à se différencier de ce genre de retournement de veste. Peut-être une partie de la droite trouvera-elle un avantage politique à récupérer la défense de ce que la constitution reconnaît “patrimoine de la France”, entre le Front National et un PS ayant tombé le masque.

Il y aura d’autres rendez-vous. La revendication de moyens de sauver les langues régionales ne s’arrête pas à ce score de 14 à 13. Via les partis nationaux ou par les formations autonomes, l’espoir peut résider dans la « régionalisation » de la présidentielle, les dernières élections régionales ayant été réduites à une sorte de « bac blanc » en vue de cette échéance.

A propos de l'auteur

Visualiser 57 Comments
Ce que vous en pensez
  1. Ian dit :

    Ils feront tout pour sauver les meubles, tant qu’ils pourront…
    Le Mur de Berlin et la Roumanie de Ceausescu, qu’on pensait inébranlables, sont bien tombés !

  2. Jacques dit :

    Les masques sont tombés??? Quels masques?

    Celui qui vous dit : “Oui, je suis de l’UDB, je vote Socialiste, merde aux Bretons pas de gauche, je quitte l’UDB, je rejoins le PS, mais croyez moi bien, je suis à fond pour la démocratie, la diversité culturelle, les langues….” (Je ne sais pas si j’imite bien Mona Bras, mais on voit la profondeur d’une vie soit disant au service de la Bretagne. Un chèque et on devient jacobin…!)
    Si ce n’était qu’une personne, ce ne serait pas grave, mais c’est presque tout le milieu breton qui agit de la sorte : la trahison justifiée par un combat archaïque d’une prétendue gauche progressiste!

    Cette même gauche qui en Espagne, jure avec le PS français, à l’unité “nationale” quel qu’en soit le prix!!! (Une nouvelle guerre civile… à but humanitaire? Vite, vite, le T-shirt “Che gevara”, les Catalans ne passeront pas…!)

    De tous les pays d’Europe, la Bretagne est le plus noyauté par le discours infantilisant du “progressisme”…. (27 députés, dont seulement 3 Bretons pour voter “contre” un principe élémentaire des droits de l’homme…!)

    Et ben, il est beau le progrès de nos militants….!
    Militants bretons comme écolo bretons, la course à l’échalote pour vendre ses convictions au frère socialiste jacobin qui n’en veut même plus de leurs voix!!!

    Allez la prochaine fois, comme TOUT le milieu militant breton moi aussi je voterai Socialiste jacobin… C’est qu’en même mieux d’être du “bon coté”….!

    Et après demain, je voterai FN… (Ben oui, le Breton n’est pas Corse, Catalan ou Ecossais, il ne vote pas Indépendantiste. Alors quand la gauche française n’existera plus, il faudra bien trouver une nouvelle “pensée unique” au militant breton…!)

  3. karine dit :

    Je haïssais déjà l’UMP , puis les ripoublicains, et après, la plupart des élus socialistes, et maintenant cette …”Fleur” , je vais l’appeler Chardon Pellerin, une fleur maritime très piquante qu’il vaut mieux délaisser, rejeter…

  4. Papi dit :

    Démocratie …. À quand un quorum pour valider les votes ???

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Retrouvez 7seizh sur votre mobile où votre tablette Téléchargez l'application 7SEIZH.INFO

appstore L'application mobile pour Apple         playstore L'application mobile dans Google Play

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.