Le Pays de Galles, l’équipe bretonne du tournoi de rugby des 6 nations

48

Nous aurons bientôt le bonheur de chanter le Bro Gozh ma Zadoù , l’hymne national breton, à l’unisson avec nos frères Gallois, qui ne manqueront pas de chanter le leur, Hen Wlad Fy ngHadau, sur le même air et avec sensiblement les mêmes paroles.

Les 80.000 spectateurs du Millenium, le stade de Cardiff, l’entonnent dans une ambiance qui galvanise l’équipe, mais aussi toute la nation, et le temps s’arrête à chaque match dans tout le pays. Aucun Gallois n’ignore que leur hymne a conquis sa reconnaissance lors d’un match de rugby où le public gallois refusa de chanter le “God save the queen” des Anglais, et chanta dans un parfait unisson leur “Bro gozh”.

Notre équipe sera donc en rouge, et arrivera des ambitions justifiées dans un tournoi des 6 nations de rugby qui regroupe aussi l’Irlande, l’Ecosse, l’Angleterre, l’Italie et la France.

 

Le tournoi d’après la coupe du monde

Après être sortie vivante de la poule de la mort (il ne devait y avoir que 2 qualifiés entre l’Angleterre, l’Australie, le Pays de Galles, les Fidjis, et l’Uruguay) lors de la dernière coupe du monde, l’automne dernier, et malgré un quart de final où l’équipe a manqué un peu de discipline (défaite 19-23 face à l’Afrique du Sud), les Red Devils n’ont pas à rougir de leur performance, et encore moins si on la considère par rapport à celles des autres équipes de l’hémisphère nord.

Cymru, nom gallois du Pays de galles,  est d’ailleurs situé à la 4è place du rugby mondial (classement du “World Rugby”), derrière la Nouvelle-Zélande, l’Australie, et l’Afrique du Sud, et assez loin devant ses adversaires du tournoi des 6 nations.

 

Warren Gatland, supersticieux ?

Warren Gatland
Warren Gatland, entraîneur de l’équipe nationale galloise, joua en noir dans les années 80, dans son pays d’origine, la Nouvelle-Zélande

Le grand gourou de notre équipe nationale, Warren Gatland, a déjà conduit les Reds au “grand slam”, ou “grand chelem”, soit 5 victoires en 5 matches, en 2008 et 2012. Ce sont par ailleurs les 2 derniers grand slams réalisés dans le tournoi.

Or ces deux victoires faisaient suite aux deux précédentes coupes du monde (2007 et 2011), la Wales team avait même été à l’honneur en 2011 (4è).

De là à s’attendre à un nouveau chelem, il n’y a qu’un pas …

Mais Gatland est prudent, et n’a pas oublié qu’une 38è victoire et un 12è grand chelem dans le tournoi auraient été possibles dès l’année dernière, sans un relâchement en deuxième mi-temps du match d’ouverture contre l’Angleterre à Cardiff. Les Reds avaient ensuite cravaché et remporté leurs 3 matchs à l’extérieur (en Italie, France et Ecosse), et battu au Millenium Stadium de Cardiff une solide équipe d’Irlande, qui remporta d’ailleurs ce tournoi 2015.

 

Le tournoi 2016

Si les 3 matches que jouera notre équipe à Cardiff semblent à sa portée (contre l’Ecosse, l’Italie et la France), les deux déplacements se feront chez les 2 autres favoris du tournoi (l’Irlande et l’Angleterre).

Wales team - 1
Les Reds, une équipe jeune et enthousiaste, adepte du rugby moderne, avec un gros engagement physique

Le déplacement en Angleterre est toujours un moment attendu par les 2 équipes, et aura un parfum de revanche pour des Anglais éliminés l’automne dernier de “leur” coupe du monde (elle se déroulait dans leur pays), après un match énorme à Twickenham, face à des Gallois très inspirés, et débordants d’une énergie indomptable, et un 100% du buteur Dan Biggar, le botteur l’équipe des Ospreys de Swansea.

 

 

Dyn ni gyda chi, pobol, o gobol gyda chi !

48 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here