Partager :

" /> Tirer le cochon par la queue ! - 7seizh.info
Publié le: lun, Fév 22nd, 2016

Tirer le cochon par la queue !

Soutenez 7seizh par Paypal

Alain GlonA la suite de la diffusion de l’article de Frédéric Morvan « il faut sauver le paysan breton », portant sur l’histoire de l’agriculture bretonne, Alain Glon, président de l’institut de Locarn, intervient pour préciser et expliquer la gravité de la situation actuelle de l’agriculture bretonne.

La Bretagne agricole vit entre rébellion et désespérance.

Je pense aux éleveurs de porcs et aux producteurs de lait aujourd’hui mais aussi aux employés de l’agro-alimentaire demain.

L’observateur avisé peut s’étonner que de part et d’autre s’est établi un dialogue de sourds que rien ne semble pouvoir apaiser.

Parlons-en au fil de l’histoire :

Pendant les Trente glorieuses les entrepreneurs et les paysans bretons ont investi, ont développé leurs activités dans un contexte de croissance des besoins notamment alimentaires. Des autorisations, des permis de construire, des financements parfois bonifiés ont régenté tout un monde pendant 30 ans.

En 1990 arrive la globalisation de l’économie, mettant en concurrence les pays jusque et y compris la sphère publique. Il eut fallu à ce moment, ou à peine plus tard, mettre en œuvre une Gouvernance Économique tel que cela fut fait dans des pays voisins. En France, tout a continué comme avant et, de crise en crises, faute de vision, les éleveurs et les entrepreneurs ont d’abord ralenti leurs investissements, puis ils les ont arrêtés et nombre d’éleveurs ont choisi ou ont subi des fermetures, ceci au rythme d’environ 10.000 par an.

Aujourd’hui deux camps se font face : il est des personnes qui, du côté des autorités et des structures, veulent “continuer comme avant”. Leur approche de la situation les amène à considérer que, voici quelques mois, les agriculteurs ne se plaignaient pas trop. Ils ne se plaignaient pas trop, ce qui laisse supposer que le nombre de ceux qui étaient éliminés par le marché, la proportion de ceux qui passaient de vie à trépas était acceptable et accepté.
Ainsi allait la vie à la campagne depuis des lustres.

Mais un jour en raison de l’embargo russe, les cours se sont effondrés et la misère d’un trop grand nombre d’éleveurs les a amenés à sortir en nombre dans la rue.

Les autorités et ceux qui leurs sont proches, y compris dans les instances professionnelles, considèrent qu’il faut agir pour retrouver la courbe du passé récent et retrouver un nombre de morts “acceptables”. Pour cela ces gens parlent de la levée de l’embargo et font promesse de millions d’euros.

Ces gens voudraient que la vie recommence comme avant.

Que nenni disent aujourd’hui un grand nombre d’éleveurs qui se sont coiffés d’un bonnet rose : nous ne voulons pas recommencer comme avant et voir disparaître tant et tant de voisins dont on saisit les biens pour combler les dettes. La disparition des éleveurs ne doit plus être la seule variable d’ajustement des crises quand les acteurs de notre environnement demeurent imperturbables.
Nous voulons un plan stratégique tel qu’il en a été fait dans les pays voisins disent les éleveurs qui, jusque-là peu présents dans les instances représentatives agricoles ont pris le leadership.
Nous voulons que le pays nous dise si il veut que nous y élevons des porcs ou si la France préfère importer la viande que l’on consomme.

Notre cochon est, en France, chargé à 57,5% (par la dépense publique) quand le cochon allemand est lui chargé à 46% (par la dépense publique). L’écart est de plus de 30€ par porc. Si rien ne change mieux vaut le savoir dès aujourd’hui et chacun décidera de ce qu’il doit faire en connaissance de cause.

Le futur ne sera plus fait de la seule résolution des problèmes du passé, les éleveurs qui vont survivre à la crise actuelle veulent des objectifs accessibles et de l’équité.
Plus tôt chacun le comprendra, et acceptera de mettre chiffres sur table, mieux ce sera. Il est bien connu que la violence naît de l’insuffisance des mots, il y a pire encore : c’est l’absence de dialogue.

ALAIN GLON

A propos de l'auteur

Visualiser 6 Comments
Ce que vous en pensez
  1. Mélennec dit :

    NON ! Monsieur Glon ! Ce n’est pas le cochon breton qu’il faut sauver : c’est la Bretagne, c’est-à-dire le Breton.
    Vous faites partie des colonisés, des esclaves qui ne peuvent même imaginer que la Bretagne a des potentiels considérables, qu’il lui appartient d’exploiter et de développer.
    Nous possédons toutes les potentialités pour devenir une puissance économique mondiale.
    Lisez, je vous prie, le programme pour la Bretagne souveraine, rédigé par Pierre Lemoine et par moi-même.
    Remuez Vous ? Impossible, vous êtes solidifié, comme une statue de sel..

    Dr LOUIS MELENNEC

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.