Partager :

" /> Etat d'urgence pour la langue bretonne ! Rassemblement à Rennes le 26 mars - 7seizh.info
Publié le: mar, Mar 15th, 2016

Etat d’urgence pour la langue bretonne ! Rassemblement à Rennes le 26 mars

Soutenez 7seizh par Paypal

kemennadenn en div yezh – communiqué bilingue

Stad a zifrae evit ar brezhoneg !

Nevez zo c’hoazh ez eus bet korbellet un danvez lezenn diwar-benn ar yezhoù « rannvroel » e Breujoù bro C’hall. E-pad keit-se e talc’h an traoù da vont war an tu fall amañ : digreskiñ a ra atav an niver a vrezhonegerien, hep na vefe graet seurt ebet evit cheñch penn d’ar vazh. Koulskoude, n’eo ket tonket hor yezh da vervel ! Gwir o deus ar Vretoned da vevañ o sevenadur ha d’ober bemdez gant o yezh, evel m’o deus ar gwir ivez da zibab evit an holl draoù a sell outo o unan (adunvaniñ ar vro, dibab peseurt framm politikel a zo mat dezho, dibab ma fell dezho ar raktresoù bras a zo war ar stern hag a gaso kalz a efedoù war dachenn an ekonomiezh ha/pe an endro…). Met e-pelec’h ‘ta emañ an demokratelezh hiziv? Sac’het e chom an traoù, hag an dilennidi, en desped d’o c’homzoù brav diwar-benn ar brezhoneg pa vezont war ar renk, ne reont seurt ebet ur wech dilennet. Daoust ha na dlefent ket kentoc’h ober o seizh posupl evit harpañ ar Vretoned en o stourm evit adperc’hennañ ha treuzkas o yezh hag o sevenadur ?

Trawalc’h a zismegañs ! Obererezhioù fetis ha kreñv a fell deomp. An « emglev ispisial diwar-benn yezhoù Breizh » sinet gant ar Stad hag ar c’huzul rannvro e miz Here 2015 a ziskouez splann penaos e nac’h an dilennidi-se ma vo un dazont d’ar brezhoneg. Goulenn a reomp ma vo sinet un emglev all evit lañsañ ur wir bolitikerezh yezh, youlek ha gant palioù uhel dezhi. Kentañ pazenn ar bolitikerezh-se eo lakaat e pleustr kerkent hag ar bloaz-mañ ar pemp obererezh mallus-se.

Pemp obererezh mallus evit ar brezhoneg hag ar vrezhonegerien :

1) Deskadurezh : lakaat e pleustr hag heuliañ ur steuñv evit diorren an hentennoù divyezhek, ha kreñvaat an deskadurezh dre soubidigezh (kemer e-karg kreizenn stummañ skolaerien Diwan, suraat postoù ar skoazellerezed-mamm).

2) Skinwel : krouiñ un abadenn vrezhonek nevez a vo skignet bep sizhun war ar servij publik d’ur c’houlz a-feson.

3) Skingomz : reiñ ur frekañs d’ar radio-où brezhonek evit ma c’hellint skignañ o abadennoù war Breizh a-bezh, ha kreñvaat pol ar c’heleier e brezhoneg.

4) Buhez foran : diorren diouzhtu ar banellerezh en div yezh par-ouzh-par war vord an hentoù tizh.

5) Budjed : daougementiñ budjed kuzul rannvro Breizh evit ar brezhoneg (tremen eus 2 euro da 4 euro dre annezad ; da geñveriañ ouzh an 11 euro dre annezad gouestlet d’ar c’hembraeg e bro Gembre).

Ouzhpenn an obererezhioù-se e kasomp da soñj ez eus ezhomm ur statud ofisiel evit gwareziñ dazont ar brezhoneg, kuit da goll ar pezh a zo bet gounezet er bloavezhioù tremenet koulz hag evit gwareziñ gwir ar Vretoned da gomz o yezh bemdez.

Goulenn a reomp gant an holl gevredigezhioù, strolladoù, sindikadoù pe geodedourien nec’het gant dazont ar brezhoneg skignañ ar galv-mañ hag en em vodañ stank-ha-stank war plasenn Breujoù Breizh e Roazhon d’ar sadorn 26 a viz Meurzh, da 11 eur 30 evit goulenn groñs doujañs evidomp hag evit hor yezh.

………………………………………………………………………………………….

Etat d’urgence pour la langue bretonne !

Tandis que nous venons d’assister à une nouvelle reculade des parlementaires sur la question des langues « régionales », la situation de la langue bretonne et de ses locuteurs, ici, est au plus mal : le nombre de locuteurs continue à dégringoler inexorablement sans que rien ne soit véritablement mis en œuvre pour inverser la tendance. Cela n’est pas une fatalité ! Les Bretons ont le droit de vivre leur langue et leur culture sans entrave, tout comme ils ont le droit de décider sur des questions concernant leur vie quotidienne et leur avenir (réunification de la Bretagne, cadre institutionnel, grands projets économiques et/ou d’aménagement du territoire…). C’est une question de démocratie ! C’est pourquoi nous dénonçons les blocages actuels et l’immobilisme des politiques, toujours au chevet de la langue bretonne lorsqu’ils sont en campagne, mais qui ne s’en soucient plus guère une fois élus. Leur devoir est au contraire de soutenir et de renforcer les nombreuses initiatives de la société civile bretonne afin de pouvoir relever le défi de la réappropriation et de la transmission de notre langue.

Assez de mépris ! Nous exigeons des actes concrets et à la hauteur de l’enjeu. La « convention spécifique sur les langues de Bretagne », entre l’Etat et la région Bretagne en octobre 2015, a clairement montré le refus des élus d’assurer l’avenir de la langue bretonne. Nous demandons qu’une nouvelle convention soit signée afin d’initier une véritable politique linguistique, ambitieuse et volontariste. Dans ce sens, cinq mesures d’urgence doivent être adoptées et appliquées dès cette année.

Cinq mesures d’urgence pour la langue bretonne et ses locuteurs :

1) Enseignement : mise en place et suivi d’un plan de développement des filières bilingues et renforcement de l’enseignement immersif (prise en charge du centre de formation des enseignants Kelenn, pérennisation des postes d’ADSEM).

2) Télévision : création d’une nouvelle émission hebdomadaire en langue bretonne qui sera diffusée sur le service public à une heure de grande écoute.

3) Radio : obtention d’une fréquence permettant la diffusion des radios en langue bretonne sur l’ensemble des cinq départements bretons et renforcement du pôle « Information » en langue bretonne.

4) Vie publique : développement immédiat de la signalétique bilingue et paritaire sur les voies-express bretonnes.

5) Budget : Doublement du budget du conseil régional consacré à la langue bretonne (passer de 2 à 4 euros/habitant. A titre indicatif, le Pays de Galles consacre 11 euros/habitant à la promotion de la langue galloise).

Au-delà de ces premières mesures, nous rappelons que l’avenir de notre langue ne pourra être assuré sans un véritable statut légal, permettant de préserver les acquis des dernières décennies et de garantir le droit des Bretons à utiliser leur langue dans la vie quotidienne. C’est en ce sens que nous réclamons la co-officialité de la langue bretonne en Bretagne : « brezhoneg ofisiel e Breizh ! »

Nous invitons toutes les associations, partis, syndicats ou simples citoyens soucieux de l’avenir de la langue bretonne à diffuser cet appel et à se rassembler nombreux le samedi 26 mars à 11 h 30, place du parlement à Rennes, afin d’exiger l’adoption immédiate de ces mesures d’urgence pour notre langue.

 

A propos de l'auteur

Visualiser 60 Comments
Ce que vous en pensez

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.