Zones humides : le massacre continue

Langoélan, mercredi 13 avril 2016,

Source : Eaux et Rivières de Bretagne

Zones humides : le massacre continue

zone-humideMalgré la réglementation, malgré les SAGE, malgré les programmes bassins versants, malgré les inventaires et toutes ces démarches qui coûtent un paquet de pognon aux contribuables et aux consommateurs d’eau via leurs redevances à l’agence de l’eau, l’assèchement des zones humides se poursuit.

La preuve : cette construction d’un élevage sur la commune de Langoélan, sur le bassin versant du Scorff. Toutes les parcelles riveraines, au nord, au sud, à l’est, à l’ouest, ont été classées en zone humide lors de l’inventaire. Sauf évidemment celle sur laquelle a démarré depuis quelques semaines la construction d’un poulailler sur une prairie couverte de joncs, désormais partiellement remblayée.

Personne n’a vu la zone humide ! Ni les services préfectoraux ni la commune qui ont délivré le permis de construire, ni le syndicat d’eau qui anime le programme de protection du Scorff, ni les membres des commissions communales qui ont fait l’inventaire, … Autant d’élus, de services de l’Etat, autant d’aveugles qui ne veulent surtout pas faire de vagues et s’opposer à un projet de construction fut-il sur une zone humide !

Une fois encore, il aura fallu qu’une sentinelle associative prenne – elle – ses responsabilités et tire la sonnette d’alarme. Et encore ! Le syndicat du Scorff demande un « signalement officiel » à Eau & Rivières de Bretagne pour pouvoir agir, comme s’il ne lui suffisait pas d’avoir constaté les dégâts pour pouvoir agir !

Désespérant de voir autant d’argent investi pour rien sur les bassins versants, autant d’emplois soit disant au service de l’eau, autant de procédures inutiles ! A croire que faute de volonté, on multiplie à l’envie les outils, les procédures, les démarches, les inventaires, les programmes, pour laisser croire qu’on agit.

Préserver nos zones humides ou l’eau : ce ne sont pas les moyens qui manquent ! Seule la volonté fait défaut ! Et sur cet exemple, prenons le pari que jamais le poulailler ne sera démonté, que jamais le remblai ne sera enlevé, que jamais, la zone humide ne retrouvera ses fonctionnalités et sa biodiversité d’origine !

http://www.eau-et-rivieres.asso.fr/

7 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.