La FDSEA revendique une vision dynamique de la préservation de la biodiversité auprès du cabinet de Barbara Pompili

Quimper, mercredi 13 avril 2016, La FDSEA du Finistère a été reçue ce mercredi 13 avril par le cabinet de Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, en déplacement ces derniers jours dans le Finistère.

COMMUNIQUE DE PRESSE

 « La FDSEA revendique une vision dynamique de la préservation de la biodiversité auprès du cabinet de Barbara Pompili »

 

fdsea29La FDSEA du Finistère a été reçue ce mercredi 13 avril par le cabinet de Barbara Pompili, secrétaire d’État chargée de la Biodiversité, en déplacement ces derniers jours dans le Finistère. Une occasion pour Thierry Merret et Hervé Sévenou, en charge du dossier biodiversité à la FNSEA, de revendiquer une vision dynamique et pragmatique des politiques publiques en faveur de la biodiversité.

Il s’agit en effet de la dernière ligne droite avant l’adoption du projet de loi pour la reconquête de la biodiversité, qui sera examiné en dernière lecture au Sénat  en mai prochain.

Thierry Merret a introduit la rencontre en rappelant que « la biodiversité a toujours été une préoccupation des paysans de la Terre et de la Mer en Finistère, un des rares départements à comptabiliser 1200km de côtes et 33% de communes littorales ».

« Si nos terres finistériennes sont aussi riches, et nos paysages aussi diversifiés, c’est grâce au maintien d’une agriculture et d’une sylviculture productive dans nos campagnes», a déclaré Thierry Merret.

Les espaces agricoles font l’objet, aujourd’hui, d’un enchevêtrement de zonages à contraintes réglementaires, sans aucune lisibilité ni cohérence. « Les agriculteurs ont pourtant fait la démarche d’y répondre, il est incompréhensible qu’on nous vende de la simplification d’un côté tout en sanctuarisant de l’autre la complexité du droit de l’environnement, via un principe de non régression du droit de l’environnement » s’inquiète Hervé Sévenou.

Autres enjeux pour l’agriculture évoqués : les dégâts agricoles causés par les espèces protégées non indemnisés, le refus des zones prioritaires pour la biodiversité, la nécessité de ne pas interdire mais seulement encadrer l’utilisation des néonicotinoïdes.

La FDSEA sollicitera également le soutien des sénateurs dans les prochains jours.

9 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.