Un premier mai culturel et social, loin du tumulte

TRIBUNE  LIBRE

Un premier mai culturel et social, loin du tumulte

Des marcheurs se sont retrouvés pour parcourir les sentiers de Camors ce 1er mai. Au programme, la découverte de l’Histoire des lieux, de la faune et de la flore, de la géologie ; le tout en breton, en français, en anglais, en poésie et en musique. Certains venaient de très loin, depuis 600 km des landes de Lanvaux, pour s’imprégner de la culture bretonne et connaître cette tradition de la branche de mai.
Le 1er mai, Kala-Mae en Bretagne, fête de Beltain chez les anciens celtes, est célébré principalement dans les pays de culture celtique de nos jours : Irlande, Cornouaille d’outre-Manche, Galice… Il s’agit d’une fête sociale antérieure à la Fête du Travail notamment liée à des événements de l’Histoire sociale internationale commémorés ce même jour (Chicago e 1886, Fourmies 1891…) . La seconde apparait comme une émanation culturelle de la première au regard des siècles et de la portée qu’elle a eu à travers l’Europe. Kala-Mae annonce le renouveau attribué à la saison claire, la renaissance des activités et l’implication dans la réalisation de projets. Symbolisée par une branche de hêtre, parfois de bouleau, d’aubépine sur la côte, toutes les générations se retrouvent pour la cueillir et l’apposer sur les maisons, à l’entrée des chemins, sur la margelle des puits… Les plus jeunes l’offrent aux plus anciens, voire la placent directement sur les demeures. Cette branche de mai apporte la chance et protège les sites qui en sont gratifiés. C’était jadis l’occasion d’un moment de convivialité avant de se retrouver quelques jours plus tard réunis à nouveau au travail des champs pour une longue période menant jusqu’à l’hiver, la saison sombre cette fois annoncée par Kala-Goañv, le nouvel an celtique.
La tradition est toujours bien vivante dans le pays de Lanvaux, jusqu’à la côte du pays vannetais. C’est cette tradition et les valeurs qu’elle porte que l’association Bemdez promeut depuis 17 ans.
Pour Bemdez,
Bertrand Deléon.

7 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.