MARTINE au CLUB K

TRIBUNE LIBRE

MARTINE au CLUB K

martine au club KVous avez remarqué ? Dans Le Télégramme ? Mais si, depuis plusieurs semaines. Vous l’avez forcément vu. « Red Cardell a retrouvé son accordéoniste », « Red Cardell enregistre » « Red Cardell sort un disque »« Red Cardell est en répétition », « Red Cardell a fait un concert époustouflant», « Red Cardell reporte son concert d’octobre »
Red Cardell… Red Cardell… Comme les BD de Martine. Martine à la plage, Martine à la montagne… Red Cardell passe dans le journal.

Quand bien même Red Cardell serait le nouveau Radiohead breton , je me demande ce qui justifie leur présence extrêmement régulière depuis plusieurs années dans les pages du célèbre journal pendant que beaucoup d’autres projets bretons passent royalement inaperçus?

Vous allez dans quelques secondes pouvoir vous en donner à cœur joie et m’accuser d’être un affreux complotiste, aigri , jaloux et parano – c’est la contre-attaque classique – car j’ai une réponse.

Ce qui explique à mes yeux, à défaut de la justifier, la présence récurrente de Red Cardell et consorts dans la presse bretonne (Quimpéroise?) c’est la Mafia Bretonne, la même qui sévit sur les Festivals bretons de l’été, Cornouailles et Lorient, association officieuse de copains producteurs de disques en Bretagne (qui pleurent sur le système qui va mal en empochant les subventions), de directeurs artistiques, d’artistes, d’élus, de patrons de presse, d’associations, de cravatés de la CCI (pour les rencontrer tous , rendez-vous, si vous avez fait allégeance, au Club K de Lorient, vous les verrez siroter un 16 ans – tourbé – en préparant la programmation de l’année suivante entre potes).

Et, complément indispensable de la Mafia, l’Omertà.

Comment aujourd’hui ne pas parler d’Omertà, quand strictement personne, dans la presse bretonne ne semble s’étonner de la présence récurrente d’un petit nombre d’artistes dans les deux principaux (hum?)  festivals celtiques de l’été? Quand Dan Ar Braz est présent quasiment tous les ans à Quimper et Lorient ? (Imaginerait- on le Guardian  silencieux si Glastonbury invitait Coldplay tous les ans?)
Quand on présente comme fantastique son projet avec l’Orchestre de Bretagne , dont on a pu voir lors de sa diffusion télé du nouvel an qu’il brillait par son amateurisme triste (la palme revenant à la projection de SMS sur le fond de scène grisâtre) . C’était pas Metallica et le London Symphony, rassurez-moi ? Quand Stivell est présenté systématiquement comme un virtuose et un type idéaliste ( WTF !? en plus d’être sourds , ils sont aveugles ou quoi? Ils n’ont pas vu la pub qui tourne en ce moment et qu’a faite Stivell pour ENGIE (GDF Suez), 25 ans après Beg Ar Van , sa chanson sur Plogoff ? )

Cette Omertà, je l’explique par une raison très simple. Business. Tiens, mais qui sont donc les partenaires de Lorient et Quimper? Ça ne serait pas les mêmes médias que ceux qui nous encensent systématiquement les Cardell, Stivell, Dan Ar Braz and co, par hasard ? De là à imaginer qu’il doit être difficile pour un chroniqueur de s’exprimer avec franchise sur un certain nombre d’artistes du partenariat?

Ou alors peut-être que je me plante complètement, finalement ? Peut-être que le silence est lié au fait que tout le monde se contrefout de Dan Ar Braz et Stivell ? Que Quimper et Lorient ne sont plus que des fêtes à touristes ? Qui d’autre qu’un touriste irait payer 40 € pour aller écouter Borders of Salt pour la 25ème fois ou voir Stivell se vautrer, comme d’hab, dans Tri Martolod ?

Bon, allez, je retourne m’écouter le nouveau single de Radiohead. Ça s’appelle Burn the witch !

 

8 COMMENTS

  1. « Quand Stivell est présenté systématiquement comme un virtuose et un type idéaliste ( WTF !? en plus d’être sourds , ils sont aveugles ou quoi? Ils n’ont pas vu la pub qui tourne en ce moment et qu’a faite Stivell pour ERDF, 25 ans après Beg Ar Van , sa chanson sur Plogoff ? ) » je cite votre article. Pouvez-vous nous donner vos sources ? Marci

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.