Nantes : après le 49.3, nouvelle journée de manifestation à Nantes

20h30 : nouvelles dégradations en centre ville de Nantes. Bilan 19 interpellations, 3 policiers blessés légers

La manifestation a pris fin peu avant 20 heures.

19h00 : Encore une cinquantaine d’individus dans le centre ville. Bilan à cette heure 15 interpellations. 1 policier blessé et au moins un manifestant pris en charge par les pompiers.

18h30 : 6 interpellations dont 3 interpellations en gare. Début de construction d’une barricade rue de Strasbourg.

18h00 : réunis en Assemblée Générale à la salle des syndicats pleine à craquer, les syndicats proposent de durcir le mouvement en appelant à la grève générale dans les entreprises mais également dans les administrations : d’autres secteurs professionnels devraient rejoindre le mouvement de contestation dès la semaine prochaine, notamment dans le milieu maritime, pour arriver rapidement à un blocage de l’ économie.

17H30 : les syndicats se réunissent à la Maison des Syndicats, place de la Gare de l’Etat, pour décider de la suite du mouvement pendant que des jeunes décider à en découdre font le siège du centre ville.

17h00 : la place Bouffay et le centre ville sont noyés sous les gazs lacrymogènes, de même que l’arrêt de tramway Hôtel Dieu où les groupes ont été repoussés. Des rassemblements s’effectuent vers la place Bouffay.

16h30 : les manifestants reviennent vers le centre ville. La tension est toujours très forte malgré la pluie.

16h20 : une centaine de manifestants occupent les voies. Le trafic est interrompu.

16h15 : Les manifestants sont dans la gare et les casseurs passent à l’action.

16h00 : les heurts se font de plus en plus violents. Les casseurs semblent n’avoir aucune limite.
Une barricade est mise en place rue Feltre/50 otages, pendant que le cortège continue d’avancer. La tête de cortège se sépare en deux. Un groupe part vers l’hôpital l’autre vers la rue Jean-Jacques Rousseau. Heurts violents avec les forces de l’ordre. Les forces de l’ordre tentent difficilement de maintenir la situation dans le centre ville.

15h30, Place du Cirque, 3 à 400 éléments incontrôlés s’ en prennent aux forces de l’ordre par des jets de projectiles de toute sorte : un climat de violence s’installe par la destruction du mobilier urbain et des attaques rapides stoppées uniquement par les gazs lacrymogènes.

14h45, la manifestation est actuellement sur le cours des 50 otages, les commerçants ont baissé les rideaux tandis que les manifestants saluent le survol de l’hélicoptère de la gendarmerie.

Premiers brefs incidents provoqués par une bande tentant de pénétrer dans une rue interdite à la manifestation.

15h15, premiers incidents devant la Préfecture : le lacrymogène répond aux projectiles lancés sur les forces de l’ordre tandis que la manifestation poursuit son parcours.

14h20, le cortège de plusieurs milliers de personnes se dirige vers la mairie pour ensuite rejoindre la Préfecture : cortège hétéroclite composé de jeunes lycéens et de moins jeunes…

13h30, la CGT invite les députés de gauche à voter la motion de censure déposée par la droite, dernier moyen pour faire barrage au projet de Loi Travail.

13h20, les prises de parole ont débuté devant la Préfecture : les Intermittents du spectacle, après avoir rappelé leurs revendications, déclarent s’associer pleinement au mouvement contre le projet de Loi travail.

IMG_5441Depuis le 9 mars dernier, les manifestations contre la loi travail se sont enchaînées à Nantes. Au fil des rassemblements, les dégradations du centre ville se sont succédé et les riverains craignent de nouveaux débordements violents aujourd’hui. Dans un contexte explosif, la préfecture aussi.

Ce matin, les forces de l’ordre ont pris place aux alentours de la préfecture et de la mairie régulièrement attaquées depuis deux mois. La protestation contre la loi travail, passée en force mardi à l’aide du 49.3, attire encore bien au delà des habituels irréductibles violents.

A l’appel des syndicats, le rassemblement a commencé à midi devant la préfecture avec l’arrivée d’une cinquantaine d’intermittents du spectacle. Ce matin à 10h30, place Graslin, une première manifestation en faveur de leur profession avait débuté la journée de contestation. Depuis, ils sont rejoints par les syndicats et leur militants. Actuellement, ils sont environ 300. A 14 heures, ils rejoindront le départ de la manifestation organisée par le groupe internet Grève générale sur internet.

Après le passage en force, et alors qu’on observe toujours plus de violence chez les manifestants, cette manifestation prévue depuis longtemps apparaît désormais comme celle de tous les risques. Le 3 mai dernier en cours de manifestation, un commandant CRS avait violemment été agressé. Cinq à six manifestants avait retiré son casque afin de lui porter des coups à l’aide d’une barre de fer.

Manifestation à suivre en direct sur 7Seizh.

5 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.