NHU revendique l’explosion au siège social de Variscan

29
un-engin-explosif-au-siege-de-variscan-mines-une-signature-en-breton la république du centre
photo : La République du Centre

Dans la nuit de lundi à mardi, un engin explosif artisanal a endommagé la porte d’entrée du siège social de la société Variscan à Orléans. L’entreprise Variscan Mines, spécialisée dans la recherche et l’exploitation de gisements miniers de toute nature, a plusieurs projets d’exploration en Bretagne qui ont provoqué la colère de nombreux riverains. L’enquête a été confiée à la Direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) d’Orléans.

Nous avons reçu la revendication de cette explosion. Nous la publions intégralement telle qu’elle nous est arrivée.


Ni an hini eo, stourmerezed ha stourmerien Ni Hon Unan, hon eus taget sez sokial ar gevredigezh Variscan e Orléans (Bro C’hall). Faot a ra d’ar gevredigezh-mañ, d’ar Stad-c’hall ha d’ar re a zeu war o lerc’h, ober eus Breizh ur broviñs nevez evit ar mengleuziañ ; kavout a ra dezho ez eus ac’hanomp ur broviñs, ur rannvro, ur strollad tudigoù dister o chom war un douar a c’heller tennañ splet anezhañ. N’o deus ket komprenet ez eus ur bobl ac’hanomp, ur vro vev ha na bleg ket he chouk dirak an arc’hant bras hag an dud a c’halloud. Aet eo skuizh ar gevredigezh a bezh gant ar blanedenn kinniget dezhi gant ar re-se, evel m’he deus diskouezet gant ar Bonedoù ruz, gant ar ZAD, gant gopridi ar c’h-Cooperl, gant ar yaouankizoù a sav a-enep al lezenn Labour. N’omp nemet youl ar skuizhder-se, prest dre an ober da reiñ da gompren n’emañ ket hon douaroù da werzhañ. Dav eo d’ar Stad-c’hall skarzhañ kuit. Nepell zo he deus disklêriet ar gevredigezh Variscan ne faote ket dezhi gwelet un “Notre Dame des Landes” nevez a-enep ar raktresoù mengleuzioù. Dav eo bezañ sklaer. Gwashoc’h c’hoazh a zeufe war wel.
Setu un tañva eus hon fulor. Greomp war hon tro, Ni Hon Unan.


Nous, combattantes et combatants du N.H.U., revendiquons l’initiative menée contre le siège social de la société Variscan à Orléans (France). Cette société, l’Etat français et tous les pantins qui le suivent, entendent faire de la Bretagne une nouvelle “province minière”; ils s’imaginent que nous sommes province, région, individus désincarnés habitant une terre exploitable à profit. Ils n’ont pas compris que nous sommes encore et que nous resterons un peuple, un pays vivant qui ne se couche pas face aux gouvernants et aux puissances de l’argent. Comme pour le mouvement des Bonnets rouges, comme sur la ZAD, comme les salarié-e-s de la Cooperl, comme la jeunesse contre la loi travail, c’est ici toute la société bretonne qui en a assez de vos solutions. Nous ne sommes que l’écume rageuse d’un ras le bol généralisé, prête à faire comprendre par l’action clandestine que notre terre n’est pas à vendre et que nous n’attendons maintenant plus qu’une chose de l’Etat français : qu’il dégage. La société Variscan a déclaré il y a peu ne pas vouloir d’un nouveau Notre Dame des Landes contre les projets miniers. Que la chose soit claire, ce qui les attend sera bien pire encore.
Voici l’avant goût de notre colère. Gérons-nous nous-mêmes. Ni Hon Unan.

29 Commentaires

  1. Comment s’ étonner que les Bretons mettent en garde les exploiteurs, le temps est passé de la soumission
    nous ne sommes plus les valets que nous avons été pendant trop longtemps, donc prenez garde Vraiscan et autres rapaces !
    Evit hon frankiz

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here