Consultation NDDL : une affiche qui nous manipule

L’affiche publique placardée par le département de Loire Atlantique appelant au vote à la consultation sur l’aéroport de NDDL, dimanche 26 juin, viole tous les principes de neutralité et d’impartialité de la communication institutionnelle.

IMG_20160625_093237

Cette affiche utilise les artefacts graphiques de lecture subliminale en faveur du « OUI » en utilisant une casse plus grande pour les mots « FAVORABLE »… »DE L’AÉROPORT« … « DE NOTRE DAME DES LANDES » que pour les autres mots.

Si le citoyen fait une lecture rapide et photographique de cette affiche, ce sont ces 3 groupes de mots qui lui resteront en mémoire, que son inconscient gardera.

Pour rappel: Toute action de communication institutionnelle de la collectivité doit donc respecter le cadre juridique posé par le Code électoral. (le texte ICI)

Ce qui veut dire que la communication institutionnelle ne doit pas influencer le comportement des électeurs.

Il existe un Code de la communication institutionnelle en période électorale qui s’articule autour de 4 principes qui constituent le faisceau d’indices de la régularité: l’antériorité, la régularité, l’identité et la neutralité.

Dans le cas de l’affiche pour la consultation NDDL, la neutralité n’a pas été respectée de manière froidement préméditée quant à son graphisme. Aucune erreur du créateur, du graphiste ne peut être avancée. Ce dernier n’a pu que répondre à la demande et au cahier de charge de son client… le département ! Seul responsable de la bonne application des règles du Code de la communication institutionnelle.

Le département a donc failli à son devoir et en cas de non-respect, la loi dit:

Le faisceau d’indices

La question de la régularité des actions de communication institutionnelle est toutefois posée de manière plus habituelle dans le cadre du contentieux des opérations électorales. Il appartient alors au juge de l’élection d’analyser si telle ou telle action de communication institutionnelle ne peut pas être regardée comme constitutive d’une manœuvre de propagande électorale, d’une campagne de promotion des réalisations et de la gestion de la collectivité ou d’un avantage prohibé accordé par une personne morale de droit public à un candidat.

Qui saisira le juge de l’élection ?

 

Béa Arvorig

27 COMMENTS

  1. et si par référendum ….on vous disait qu’on allait raser votre maison ..vous voteriez OUI où NON ( là ça change tout )…

    • De deux choses l’une : ou le département respecte -comme il le doit- le Code de communication institutionnelle en période électorale ou il ne le fait pas et s’engage alors à l’éventualité -légitime- d’un recours auprès du juge des élections. L’affichage électorale doit être neutre. Et laisser les citoyens voter en toute conscience: que ce soit pour le OUI ou pour le NON. C’est une règle démocratique. Si nous y dérogeons et si nous acceptons cette dérogation alors nous acceptons que les principes démocratiques soient bafoués. Nous acceptons donc toutes les dérives.
      Quant à l’affiche, l’importance graphique donnée au mot « FAVORABLE » dont la signification est -qui apporte aide ou soutien à quelqu’un ou à la réalisation de quelque chose- ne peut pas être lu dans les deux sens au vu de la question de cette consultation « « Etes-vous favorable au projet de transfert de l’aéroport de Nantes-Atlantique sur la commune de Notre-Dame-des-Landes ? ».
      S’il y avait eu impartialité, neutralité, le mot « DÉFAVORABLE » aurait lui aussi du apparaître ?
      Ou encore mieux aucun des deux.
      Les artefacts graphiques utilisés dans cette affiche sont inspirés du neuro-marketing.
      Si vous n’en n’avez pas eu conscience alors vous faites partie des personnes perméables aux techniques du neuro-marketing. Et j’en suis désolée pour vous.

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.