Bompard Le Figaro : Dans la boucaille

Bompard Le Figaro, dimanche 3 juillet 2016,

Au près serré par 15 nœuds de vent d’ouest, la flotte de La Solitaire Bompard Le Figaro tricote ce matin le long des côtes de Bretagne Nord. Yoann Richomme (Skipper Macif 2014), décidément très en forme, n’a fait qu’une bouchée du Britannique Alan Roberts (Alan Roberts Racing), 10e ce matin, qui avait doublé hier soir en pôle position la marque Radio France. Tous ont donc choisi l’option à la côte. Tous sauf un : Arthur Prat (Les perles de Saint-Barth) qui a choisi le large. Autre fait de course : à 22 heures hier soir, Hugh Brayshaw (Artemis 23) a informé la direction de course qu’il était victime d’une rupture de son étai. A hauteur de la Roche Gautier dans le Nord Est de Bréhat, le jeune Anglais a pu sécuriser son gréement en tendant des drisses sur l’avant… et a sagement décidé de tirer la barre direction Lézardrieux.

© A.COURCOUX

Pas simple l’entame de cette troisième étape de la 47e édition de La Solitaire Bompard Le Figaro ! Partis hier soir à 19h de Paimpol sur une mer argentée et dans une lumière magique, les skippers ont rapidement rencontré des conditions humides avec une visibilité réduite. Les virements de bord se sont succédés toute la nuit jusqu’à raser la côte très proche du nord de l’île de Batz. Yoann Richomme, leader au classement général provisoire, galvanisé par sa victoire sur la deuxième étape entre Cowes et Paimpol, continue de naviguer en patron. « On va attendre le front. On devrait partir au près un peu plus au large. La nuit a été un petit peu compliquée avec des choix pas faciles. Je ne me suis pas trop pris la tête, j’ai fait des choses simples » confiait rapidement Yoann à la vacation de 5h ce matin.

Ouessant ce midi

Météo Consult annonce un vent qui devrait se renforcer entre 15 et 20 nœuds puis 20 à 25 nœuds dans la matinée avec l’arrivée du font chaud d’une perturbation. Ce seront donc des conditions de navigation délicates pour les marins, avec toujours une visibilité réduite sous les précipitations et une houle d’ouest de l’ordre de 2 mètres. La navigation en mer d’Iroise, en direction d’Ouessant, que tous devraient atteindre à la mi-journée, nécessitera la plus grande vigilance en raison des courants importants et d’une mer agitée à forte avec une houle de l’ordre de 2,5 à 3 m. Un début de course exigeant nécessitant d’être H24 sur le pont et à la barre !

1 COMMENT

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.