Politique de dispersion et d’éloignement pratiquée par l’Etat français

2

guz_conference_presse_bagoaz_trinquet_moderne_bayonne_isabellemiquelestorena03Hier, le collectif Bagoaz a choisi d’évoquer la situation d’Ibon Goieaskoetxea et Aletxu Zobaran, pour faire également un point sur la situation des détenus basques dans l’Hexagone. Pour Bagoaz, la situation des deux militants du centre de détention de Valence incarne la politique de dispersion et d’éloignement pratiquée dans l’État français.
Emilie Martin, porte-parole de Bagoaz, s’est chargée de faire un état des lieux complet dans l’Hexagone. “Actuellement, il y a 370 détenus basques, dont 80 dans l’État français, répartis dans 24 établissements différents”. Et l’on ne peut pas dire que l’éloignement ne soit pas la règle. “Un peu plus de la moitié des détenus de l’État français se trouve à plus de 800 kilomètres du Pays Basque et 70, à plus de 400 kilomètres”. Idem pour la dispersion. “Il y a trois prisons avec un seul prisonnier basque, 12 avec seulement deux prisonniers et neuf avec trois”, ajoute Emilie Martin.

Eloignement et dispersion sont les deux mots qui reviennent dans la bouche des membres de Bagoaz pour dénoncer l’attitude de l’État français. “Cinq ans après la déclaration d’Aiete et à quelques mois d’échéances électorales importantes, nous voulons aujourd’hui taper du point sur la table. L’État français doit s’inscrire dans le processus de paix et prendre ses responsabilités”, précise Garbiñe Eraso.

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here