Partager :

" /> Une épuration ethnique à la française Alsace – Moselle 1918-1922 - 7seizh.info
Publié le: sam, Oct 15th, 2016

Une épuration ethnique à la française Alsace – Moselle 1918-1922

Soutenez 7seizh par Paypal
Partager
Tags

Strasbourg, lundi 10 octobre 2016,  dans toutes les librairies, ainsi que sur la boutique en ligne du parti  alsacien “Unser Land”, vous pouvez trouver en vente la nouveauté de Bernard Wittmann :

“Une épuration ethnique à la française Alsace-Moselle 1918-1922”

Source : Unser Land, Sandrine D

Editeur : Yoran Embanner

 

 

1540-1-340x300Il y a environ deux ans, Joseph Schmittbiel me sollicitait pour écrire la préface du livre de Marie Hart « Üs unserer Franzosezit », interdit en France à sa parution en 1921, et que les éditions Yoran Embanner se proposaient d’éditer simultanément en français (traduction Joseph Schmittbiel) et dans sa version originale en dialecte alsacien. C’est à la lecture de ce témoignage saisissant, battant en brèche la version officielle du retour enthousiaste des Alsaciens à la France en 1918, qu’il m’a semblé indispensable de traiter plus en détail(1) dans un livre ce qui restera pour toujours une « marque d’infamie sur le fronton de la France » (dixit Camille Dahlet), à savoir l’épuration ethnique de 1918-1922, point central de la chronique de Marie Hart (ce qui fait que les deux ouvrages se complètent). En effet, couverte d’une « grande ombre obscure », cette abomination perpétrée chez nous par la France est restée un tabou mémoriel absolu. Or, une vérité historique qui n’est pas clairement établie et étudiée ne peut être mémorisée. C’est que Marianne ne tient pas à garder la mémoire de ses basses œuvres qui feraient tache dans le roman national. Seuls quelques rares auteurs ont récemment osé aborder cet épisode dramatique de notre passé trop longtemps gardée sous le boisseau… et encore que partiellement(2). Les écuries d’Augias restent à nettoyer.

La purification ethnique est lancée.

Novembre 1918 : la France reprend possession de l’Alsace… une nouvelle fois sans que la population ait été consultée. Après un demi-siècle d’appartenance à l’Empire allemand – une période faste pour l’Alsace-Lorraine qui avait connu un développement sans précédent et obtenu une constitution propre -, la « normalisation » du pays est à l’ordre du jour (…et le restera jusque dans les années 60).
Aussitôt, les nouvelles autorités marquent la volonté de tourner rapidement la page du Reichsland. Elles veulent en finir une fois pour toutes avec la germanité des Alsaciens et leur « langue boche ». Elles n’ont qu’une obsession : « débochiser » l’Alsace afin qu’elle reste « pure de la souillure germanique », selon le vieux slogan de la Ligue d’Alsace(3). A Strasbourg, même la Neustadt avec ses grandes avenues – à présent en cours de classement au patrimoine mondial de l’humanité -, est vue par les Français comme une horreur architecturale germanique (alors que le baron Haussmann s’était pourtant inspiré de l’architecture berlinoise pour Paris).
Les Vieux-Allemands, venus dans le pays après 1872, sont immédiatement dans la ligne de mire des nouvelles autorités d’occupation françaises alors que le traité de paix n’est pas encore signé. Pourtant, après un demi-siècle de présence dans le pays, la plupart d’entre eux s’étaient entièrement identifiés à l’Alsace – leur nouvelle « Heimat » – dont ils avaient souvent adopté la langue et épousé les filles. Ainsi, le mari de Marie Hart, Alfred Kurr, était Allemand (pour Albert Schweitzer, c’est l’épouse qui était allemande).
Aussi, dès leur entrée dans le pays les autorités militaires françaises vont-elles dresser des listes interminables d’« Indésirables », Alt-Deutschen et Alsaciens germanophiles qualifiés de « bochophiles », à expulser. Pour ce faire, elles s’appuient sur la délation, qui est encouragée, ainsi que sur les anciennes fiches domiciliaires laissées par les Allemands qui mentionnent les noms, professions, lieux de naissance et adresses successives de tous les habitants. Simultanément un filet d’indicateurs est mis en place à travers le pays ; la population est fliquée pour débusquer « suspects » et « bochophiles ». De son côté, la presse francophile lance sans cesse de véritables appels à l’épuration et à la haine : « On a trop tardé à nettoyer le pays de cette vermine », écrira Le Rhin Français(4) de l’abbé Wetterlé à la date 13 août 1919.

Expulsion en masse des Allemands

Dès novembre 1918, une véritable « chasse à courre » (dixit le juriste R. Redslob) est organisée à travers tout l’ex-Reichsland où vivaient 310 000 Allemands en 1914, dont 137 000 rien qu’en Alsace. Traquer le Boche devient l’activité première des autorités et des « patriotes » alsaciens. Partout les Vieux-Allemands, accusés de tous les maux, voire malmenés dans la rue, en sont réduits à raser les murs et à se terrer. Leurs magasins sont pillés et les vitrines, affublées de l’écriteau « Maison de sale Boche », sont caillassées.

Affichette collée sur les vitrines des magasins des commerçants allemands (Bibliothèque des Dominicains à Colmar)

Par familles entières, à pieds traînant leurs valises par un froid hivernal, en colonnes, encadrés par des soldats, en camions militaires ou par trains entiers (à partir du 15 janvier), c’est par dizaines de milliers qu’on les expulse sans aucune considération humanitaire, ni le moindre respect pour leur dignité. Ils ne peuvent emporter que 30 à 40kg de bagages et 2000 marks en billets. Leurs biens et toutes leurs économies sont saisis. La grande majorité des Alsaciens réprouve ces méthodes ; des lettres de protestation sont envoyées aux autorités.

Expulsions d’Allemands à Colmar (Décembre 1918 – Bibliothèque des Dominicains à Colmar)

Les premiers mois, c’est l’armée qui est à la manœuvre épaulée par des « comités » d’épuration sauvages formés de « revenants » et de patriotes qui chauffent l’opinion, et souvent, pratiquent leur propre épuration. Par la suite, les autorités civiles, toujours noyautées par les militaires, prendront le relais. Après une période marquée par une certaine anarchie où l’on reconduit à la frontière à tout va sans trop s’embarrasser de procédures, les expulsions sont plus réglementées et, théoriquement, encadrées par les Commissaires de la République.

Après la délivrance d’un « ordre d’expulsion » (Befehl), on n’accorde généralement aux « Indésirables » que 24h(5) pour faire leurs bagages, saluer leurs amis alsaciens et lorrains et se rendre sur le lieu de rassemblement qui leur est assigné pour le départ. Ce bref délai rend impossible, et ce à dessein, toute vente de mobilier qui, laissé sur place, est ensuite pillé ou revendu.

Pendant près de 11 mois, les trains des « Indésirables » transitant par la gare de Strasbourg-Neudorf se succéderont au rythme de 2 à 4 convois hebdomadaires. Et pour comble, les expulsés sont contraints de payer leur voyage ainsi que le transport de leurs bagages (jusqu’à Kehl en francs, puis, jusqu’à Offenburg, en marks). Avant leur départ, ils doivent également justifier du règlement de tous leurs impôts et taxes. Parfois les expulsés sont regroupés selon les professions : trains des universitaires, des enseignants, des cheminots, des mineurs, etc.

Ordre d’expulsion ou « Befehl » établi en allemande par les autorités française (octobre 1919)

Pour justifier l’éradication de cette importante partie de la population(6) qui vivait jusque-là en bonne entente avec les Alsaciens, jusqu’à fusionner avec eux – à Strasbourg, en 1914, les mariages mixtes représentent près du quart des mariages -, on invoque « la sûreté publique »… comme s’il s’agissait de délinquants !

En parcourant les documents et les dossiers d’archives officielles, on est stupéfait par l’ampleur des expulsions, leur caractère systématique et planifié. Mais ce qui choque en premier, ce sont les méthodes brutales employées à l’encontre d’une partie de la population en raison de ses origines ethniques ou, pour les germanophiles alsaciens, de leur attachement à la germanité du pays. 130 000 Allemands, dont la plupart étaient nés en Alsace-Moselle ou y avaient vécu toute leur vie, furent alors expulsés dans des conditions humiliantes vers l’Allemagne, un pays alors en plein chaos où ils n’avaient pas ou plus d’attaches. La France, en pratiquant ce nettoyage ethnique, indigne d’une démocratie, bafouait alors en Alsace-Moselle toutes les valeurs, dont le droit du sol, qui étaient pourtant censées la fonder. Seuls 18% des Allemands présents dans le pays en 1914 échappèrent à l’expulsion. Une bien curieuse « libération » qui commence par des expulsions et des internements de dizaines de milliers de personnes.

Pont de Kehl : Expulstion d’ « Indésirables » de Lorraine (Carte postale septembre 1920)

Cartes d’identités ethniques : un système d’appartheid

Dès leur entrée dans le pays, les autorités françaises mettent en place des mesures pour faciliter l’épuration des Vieux-Allemands. Parmi celles-ci, la plus ignoble est probablement l’attribution de cartes d’identités ethniques répartissant la population en quatre catégories A-B-C-D…. une première en Europe. En simplifiant : : Alsaciens de souche qualifiés de « simples boches » (par opposition aux Allemands qualifiés de « doubles boches ») ; B : ceux dont le père ou la mère avaient la carte A et dont l’autre ascendant était Allemand ; C : ceux dont le père et la mère étaient nés dans un pays allié ou neutre ;D : Allemands (ou Autrichiens) immigrés après 1870 ainsi que leurs descendants, tous étant voués à l’expulsion.

Carte d’identité ethnique modèles A, B, C, D

Ces cartes sélectives, dont l’établissement revient aux mairies, sont officiellement instaurées par un arrêté ministériel le 14 décembre 1918.

Cette classification fondée sur la naissance instaure un véritable système de discrimination, les droits reconnus à chacune des catégories étant différents. Ce triage des populations génère des situations inextricables, parfois véritablement ubuesques, notamment dans les grandes villes du fait de l’importante mixité. Ainsi, au sein des familles « mixtes » établit-on une discrimination interne, tous les membres n’ayant pas les mêmes droits : ces familles se retrouvent éclatées. En effet, si le père avait la carte D, il était expulsé avec ses enfants mineurs(6), qui recevaient automatiquement sa nationalité, tandis que la mère, si elle avait la carte A, pouvait rester en Alsace (les autres enfants majeurs, dotés de la carte B, pouvaient formuler une demande de naturalisation). Pour dénouer les problèmes, on va inciter à la séparation les couples « mixtes » A-D en facilitant leur divorce.

Le classement des Alsaciens-Lorrains en quatre catégories se déroulera sur deux mois, de décembre 1918 à janvier 1919. Il contraindra les Alsaciens de souche à effectuer des démarches généalogiques fastidieuses et parfois compliquées, souvent vexatoires. Quant aux employés des mairies, ils seront contraints de se plonger dans les registres pour valider la généalogie des uns et des autres, pères, grands-pères, arrière-grands-pères, nécessaire à l’établissement des cartes.

Commissions de triages pour les Alsaciens-Lorrains de souche

Les Commissions de triage sont établies dès le 2 novembre 1918 en plein délire d’une victoire assurée. Ces tribunaux, sorte de « Haute Cour de justice en patriotisme » (dixit R. Redslob), ont pour mission d’épurer le pays des Alsaciens-Lorrains de souche considérés comme germanophiles. Ils sont ainsi chargés de débusquer et de châtier les Alsaciens dont le patriotisme est sujet à caution. A cette fin, les parcours politiques et professionnels, en particulier ceux des fonctionnaires, sont passés à la loupe. L’éminent juriste Robert Redslob n’aura de cesse de dénoncer la « conception antijuridique » de ces tribunaux : « Faire rendre compte à des Alsaciens, devant la barre d’une espèce de tribunal, de l’attitude qu’ils avaient eue pour le régime constitutionnellement établi et basé sur un traité en règle (traité de Frankfurt), je dois avouer en toute humilité que je n’ai rien compris à cette procédure (…) Sait-on le mal que cette institution a fait chez nous ? », écrit-il en avril 1929 dans Le Temps.

Ces commissions, au nombre de plusieurs douzaines en Alsace, vont ainsi traiter des dizaines de milliers de dossiers de « suspects » et de « bochophiles ». Les sanctions proposées à l’approbation des commissaires de la République sont lourdes : l’expulsion en Allemagne, environ 30% des cas traités, l’internement, la révocation (pour les fonctionnaires) ou l’exil Outre-Vosges. Les élites sont tout particulièrement dans le collimateur de ces Commissions : intellectuels, artistes, érudits et écrivains d’expression allemande, anciens fonctionnaires, personnalités politiques du Reichsland, etc. Des milliers d’Alsaciens de souche taxés de germanophiles sont ainsi condamnés à l’expulsion. Un drapeau tricolore absent sur la façade, l’emploi trop ostensible du Hochdeutsch, avoir souscrit aux emprunts de guerre en faveur du Reich, une parole critique à l’égard des autorités françaises ou jugée trop élogieuse à l’égard de l’Allemagne, un manque d’empressement pour chanter la Marseillaise ou la critique d’un héros du roman national… tout peut être interprété comme un acte de germanophilie et conduire un Alsacien devant une Commission de triage qui peut décider de son expulsion en Allemagne ou à l’Intérieur et du séquestre de ses biens.

A maintes reprises, Robert Redslob dénonça ce « simulacre d’un tribunal ». En effet, les juges n’avaient aucune qualification requise pour cette tâche, n’étaient ni assermentés, ni responsables de leur jugement. Les témoins ne prêtaient pas serment, n’encouraient aucune responsabilité légale et témoignaient en l’absence des « accusés ». Quant aux « accusés », ils ne pouvaient pas prendre connaissance du dossier et n’avaient pas droit à un défenseur. Enfin, le tribunal jugeait sans appel et sans être obligé de donner les attendus de son jugement.

De plus, ces tribunaux étaient parfaitement illégaux au regard du droit international, puisque les Alsaciens-Lorrains étaient restés juridiquement des sujets allemands jusqu’à la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, voire jusqu’à sa ratification survenue seulement en janvier 1920(7).

Ces « immondes tribunaux » (dixit Camille Dahlet) ne seront supprimés officiellement que le 27 octobre 1919.

L’élite germanophone décapitée

Pour l’Alsace, ces expulsions de masse furent calamiteuses. L’élite germanophone, formée à l’école allemande du Reichsland et qui devait conduire le pays vers l’autonomie, fut décapitée. De plus, l’atmosphère de haine ethnique ruina la cohésion du tissu social alsacien : elle attisa l’opposition entre « francophiles » et « germanophiles » attachés à la germanité du pays et aux particularismes alsaciens.

Une grande partie de l’élite alsacienne, indignée par la « chasse aux sorcières » orchestrée par les autorités, l’ostracisation de la culture allemande et les brimades d’un système colonial de domination culturelle, choisira de quitter le pays de son propre chef. D’après l’historien François Waag, ils furent ainsi plus de 30 000 à émigrer plus ou moins volontairement. Le départ de toutes ces élites, un capital inestimable en forces vives, bouleversa entièrement les données politiques et culturelles alsaciennes.

La langue et la culture allemandes du pays, qui avaient retrouvé leur éclat d’antan sous le Reichsland, s’en trouvèrent anémiées. La culture allemande du pays ne se remettra jamais de cette saignée culturelle à laquelle elle fut alors soumise.

Les haines racistes instillées au sein de la société alsacienne mettront des années à s’estomper. L’épuration ethnique de 1918 à 1922, constitue ainsi une des pages les plus sombres de l’histoire alsacienne, une page qui n’honore guère la France autoproclamée « pays des droits de l’homme » ! Des « droits de l’homme » qui ont trop souvent servi de subtils paravents à ses pires exactions chez nous et ailleurs !

 

L’auteur : Bernard Wittmann  – 30 août 2016

 


(1) J’avais déjà consacré un chapitre à l’épuration ethnique de 1918/1922 dans mon Histoire de l’Alsace autrement parue en 1999.

(2) La Ligue d’Alsace 1871-1872, édit. Lemerre, Paris 1873, p.205.

(3) Journal que l’abbé Wetterlé fonda en 1918.

(4) Durant l’année 1919, ce délai sera porté à 3 jours, jusqu’à 5 vers la fin.

(5) Entre nov. 1918 et fin 1921, env. 30 000 Allemands sont expulsés de Strasbourg qui, en 1910, en comptait au total 61 000 (nombre d’Allemands ont anticipé leur expulsion).

(6) Aux termes du traité de Versailles, ratifié seulement en 1920, et après la publication des décrets d’application, les conjoints de couples mixtes (cartes A-D) porteurs de la carte D pourront obtenir la nationalité française, à condition toutefois d’en formuler la demande… qui pouvait être refusée. On les appellera les « Wilsonniens », cette mesure étant due aux pressions que l’Américain Wilson exerça sur les Français.

(7) Le Congrès américain refusa toujours de ratifier le traité de Versailles – rédigé uniquement en anglais et en français pour humilier les Allemands – dont les conditions imposées par la France étaient jugées trop dures (le Congrès américain a refusé définitivement le traité de Versailles le 19.3.1920).

A propos de l'auteur

Visualiser 10 Comments
Ce que vous en pensez
  1. wakhtina dit :

    “Des « droits de l’homme » qui ont trop souvent servi de subtils paravents à ses pires exactions chez nous et ailleurs !”

    Et cela depuis le début, depuis la Révolution française.

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.