Serj Pineau, du premier FLB -8è kevrenn (Nantes)- est décédé

17

serj-pineauC’est Iffig Poho, son vieil ami des années de poudre, qui nous l’apprend. Serge Pineau nous a quitté il y a quelques jours. C’est un militant breton convaincu et ouvert sur le monde qui nous quitte. Je l’avais rencontré à plusieurs reprises en 2013-2014 quand nous préparions, avec Hubert Béasse, le documentaire sur le FLB (diffusé depuis sur France 3). Sa première rencontre avait été un pur moment de plaisir : avec son épouse Donaig, il nous avait préparé un repas sympa et nous avions apprécié les qualités humaines de ce couple, soudé tant dans la vie quotidienne que dans les combats pour un monde meilleur, moins égoïste. On les avait revus avec le même bonheur et l’impression de rendre visite à des proches, des membres de la famille. Même si nous n’avions pas, au final, filmé d’échanges (Serge avait souhaité ne pas témoigner, non pas par peur du regard extérieur sur son action passée, mais par crainte de ne pouvoir être assez précis sur les dates et les faits précis, du fait d’une mémoire un peu plus fragile avec les années, mais la douce Donaig lui était un précieux secours), j’avais eu le même bonheur à les revoir, lors de la projection ou lors de manifestations en faveur de la Bretagne. Aujourd’hui, je pense à son épouse Donaig et tiens à lui témoigner ma sympathie. Serge tenait tant à associer sa compagne à ses combats et rappelait, qu’au sein du premier FLB, les filles étaient bien souvent aussi engagées que leur compagnon.

Découverte de la Bretagne à Paris

Serge Pineau etait né en novembre 1931 à Angers. Son père est alors militaire à Saumur. C’est lors de son exil parisien, pour ses études, à la fin des années 1950 qu’il s’intéresse à la Bretagne. Il fréquente alors le centre culturel de Ker Vreizh. Rappelé pendant six mois en Algérie en 1956, il dénonce la colonisation et est envoyé en bataillon disciplinaire. De 1958 à 1960, il travaille comme graphiste chez Publicis à Paris. Il s’installe comme graphiste indépendant à Nantes en 1960. Il découvre alors la musique bretonne : il joue de la cornemuse et bombarde au sein du cercle breton de Nantes. Il y rencontre sa future épouse Donaig avec qui il milite depuis lors. Il côtoie également les futurs membres du FLB nantais. En mars 1964, il rejoint le MOB (carte n°10066).

Son appartenance au premier FLB

Il fait surtout partie de la cinquantaine de Bretons emprisonnées début 1969 pour leur participation aux activités du premier FLB. On lui reproche d’appartenir à la 8e kevrenn (Nantes), la première à tomber dans les mailles du filet policier en décembre 1968. On le soupçonne alors d’être, sous le nom de Caro, le chef du 2e strollad. Il est libéré au bout de quatre mois de prison avant de bénéficier de l’amnistie consécutive à l’élection de G. Pompidou en 1969. De retour à Nantes, Serge Pineau s’implique activement dans le Comité Vietnam Breton, en soutien au peuple vietnamien.

Du FLB à l’édition, de l’art celtique ancien au druidisme

Installé dans la région de St-Brieuc, Serge Pineau rejoint la maison d’édition Kelenn en 1972. Elle publie des livres et surtout des disques d’artistes bretons, très en vogue à l’époque (Servet, Tri Yann,…) Il en est le directeur artistique avant le rachat par Phonogram après deux années d’activités. Dès lors, il travaille comme iconographe et artisan d’art. Il a mené des recherches poussées sur les origines de l’art celtique ancien. Il a ainsi publié un livre sur la Magie de l’art celtique ancien.
Serj et Donaig Pineau ont participé aux activités de Skoazell Vreizh tout au long des années 1970 avant de prendre une voie plus spirituelle, celle du druidisme.

17 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here