Nantes : Pourquoi le CéDpa ne participera pas à la suite de la « concertation » sur le projet LNOBPL – Liaisons nouvelles Bretagne Pays de la Loire

Nantes, jeudi 3 novembre 2016,

Le CéDpa, Collectif d’élu-e-s opposé-e-s au projet de Notre Dame des Landes, nous fait part de son communiqué de presse suite à la sollicitation qui lui a été faite par le président de la commission nationale de débat public, à propos du lancement d’une nouvelle concertation sur les liaisons nouvelles Bretagne Pays de la Loire (LNOBPL).

 Communiqué de presse du CéDpa 

 cedpa

Pourquoi le CéDpa  ne participera pas à la suite de la « concertation » sur le projet LNOBPL

Aujourd’hui 3 novembre, s’est tenu  à Nantes le premier atelier de l’étape complémentaire de la « concertation » sur le projet LNOBPL. Le CéDpa a refusé d’y participer et expliqué ses raisons dans un courrier adressé à SNCF Réseau.

L’invitation qui nous a été faite précise que le « débat public a permis de conforter l’opportunité du projet, au travers de ses grands objectifs. »

Or, cette petite  phrase nie tout simplement ce qui s’est passé lors du débat de 2014-2015. Comme le montre en effet la lecture du rapport du 26 février 2015 de la Commission Nationale du débat Public le projet a été contesté sur le fond : «  les objectifs ont été au cœur du débat (…). Beaucoup (de participants) ont proposé des projets alternatifs. (…) La desserte de l’aéroport du Grand Ouest a été  contestée et des demandes d’un scénario évitant sa desserte ont été vivement exprimées. (…) En période de crise et dans un contexte de remise en cause du modèle de développement ferroviaire français, LNOBPL n’est pas perçu comme un investissement prioritaire pour de nombreux citoyens. »

Comment peut-on affirmer benoîtement « que l’opportunité du projet est confortée » ? A quoi bon une nouvelle phase de « concertation », un garant et une charte de participation, puisque de toute façon, on en restera aux grands objectifs si chers aux « décideurs » ( État, SNCF Réseau, collectivités locales) et que seule la couleur du scénario retenu changera…

Nous n’avons plus une once de confiance ni aucun espoir dans la loyauté du débat public. C’est pourquoi nous ne perdrons plus notre temps et notre énergie en réunions qui ne sont hélas qu’un alibi démocratique et nous ne cautionnerons pas  les dérives de la décision publique.

Françoise Verchère et Jean-Paul Naud,
coprésidents du CéDpa

4 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.