Bretons #126 : Le Drian et sa tête de Droopy !

4
5

numero-126-le-drianBon, je vais commencer par le fâcheux : Le Drian qui il sourit en couverture, à l’air aussi con que moi en photo. P°34 c’est mieux, là il est bô. Tout ça pour dire que Keltz et Nicolas Legendre ont fait un bouquin sur le « mystère Le Drian ». Et, à la lecture de l’article, on comprend que le vrai mystérieux mystère c’est de savoir si Le Drian a vraiment des convictions. Embêtant ça, cette gauche gestionnaire -« na kig na pesked» comme on dit en breton- qui ne sait plus quoi penser entre « changer la vie » et soumission à la pensée unique. Va falloir se décider parce que en 2017 c’est la raclée cul-nu !

Ah ! Surprise, surprise, Le Corre a accepté un mot de gallo dans son coin-coin : « faisous » en p°38 (bonne orthographe : fezou). Tiens en parlant de gallo, j’ai quand même appris un nouveau mot dans l’interview du fils Roellinger : « kled » (abri à vent). Connaissais pas ! Ca doit être du cancalais. Pas commode les cancalais ! Et meilleurs marins du monde ! En tout cas, l’interview du jeune est bien, le mec à l’air de valoir la peine… sa cuistance, faudrait voir….Ah si je pouvais me faire payer à manger chez Roellinger !… Ca doit valoir le coup de fourchette quand même…

L’interview d’après c’est l’écrivain Serge Joncour… On comprend rien à ce qu’il raconte… Et puis pas le genre sourire d’avril, pas comme Le Drian… Son blouson a l’air pas mal par contre, je sais pas s’il serait assez chaud pour l’hiver… Bon bref ! P°24 le film sur Irène Frachon, « la fille de Brest », le Médiator, tout ça… Pas mal, la causerie de Bercot, la réalisatrice, est forte… Ah, par contre, les lunettes carrées de son équipe de tournage qui ne comprenaient pas qu’elle veuille s’installer à Brest. Mais quelle bande de pécores ! Brest, Saint-Naz’, Lorient, ce sont des villes avec de l’âme à toutes les portes ! Les Chantiers ! L’Arsenal ! Les plus belles villes du monde en vérité ! Après Saint-Malo et Merdrignac ! Après !.. Oui ! Vos gueules !

En page 8 on revient dans les tourments avec Anne de Bretagne, ça le travaille ça Le Corre la Anne de Bretagne…. Il doit en être secrètement amoureux de son vieux laideron… Donc l’interrogation du jour sur notre Duchesse aux yeux de veau c’est « parlait-elle breton ? » Non, apparemment non. Mais Maïwenn ou Didier ont sorti le dictionnaire des synonymes pour surtout pas dire qu’elle ne parlait pas le gallo. Or…. Bah oui, dans ce temps-là, les élites parlaient le « roman ». Donc le roman en picardie, c’était le picard, en Normandie, le normand, en Occitanie l’occitan et en Bretagne, le roman du quartier c’était le… ? Le ???? Oui Didier là-bas dans le fond ? Le… Le gallo bien sûr ! Eh oui ! Eh oui ! Dame yan dame ! La duchesse Anne parlait le gallo, en plus de la langue de ses jules successifs, le latin et un peu de breton sûrement pour comprendre quand on lui ramenait des artichauds.

Ah tiens, Leclerc et son art moderne. A Landerneau apparemment il a installé tout un bazar pour ses tableaux. Tant que c’est de l’art moderne, ça va, ça ne tâche pas trop les murs. Pour rappel, l’art moderne c’est 1870-1950 en gros. Par contre j’espère que le Charles-Edouard ne va pas nous sortir ses vieilles merdes d’art contemporain. Alors là non ! Il y a une expo à Rennes en ce moment. Affreux ! Pouah ! Urgl ! Et c’est nous qu’on paye pour des conneries pareilles ! Ah là là là là ! Art contemporain=grosse nullité prétentieuse. Pinault peut se les garder ses bouses de vaches tridimensionnelles. J’espère que ne va pas nous imposer ça à Landerneau. Ah non alors ! Ah la vieille ferraille ! Appelez moi les manouches qu’ils viennent prendre tout ça !

Page 42 et après : les 30 ans de la cinémathèque de Bretagne. Focale intéressante de la part de « Bretons » : des personnalités commentent des documents anciens. Bien, bien. Par contre, Le Corre a la larme a l’oeil en entendant Denez Prigent parler de « Yezh ar vezh » pour le breton dans les années 50, mais aujourd’hui, Yezh ar vezh, c’est le gallo, les gars… Eh ouaih dans quelques années en en fera des documentaires du mépris des français… et des autres !

Bon, Bretons faut acheter quand même parce que c’est toujours bon et que ça vaut 6 € !

4 COMMENTS

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.