Guipavas : démission du conseil municipal, Christian Guyonvarc’h s’explique : « L’engagement public est une chose honorable »

Guipavas, mardi 29 novembre 2016,

le mardi 22 novembre 2016, 20 élus de la majorité Guipavas Solidaire avaient remis leur démission au maire de la commune, dans un communiqué,Christian Guyonvarc’h, élu démissionnaire,  adresse un message aux Guipavasiens mais également aux responsables de Brest Métropole.

Depuis avril 2014,  il était élu local à Guipavas (adjoint au maire chargé des finances et du budget) et au conseil communautaire de Brest métropole (vice-président chargé de l’urbanisme réglementaire et commercial).

 

 L’engagement public est une chose honorable

Une certaine idée de l’éthique en politique a conduit mes 19 collègues du groupe Guipavas Solidaire et moi-même à démissionner du conseil municipal de Guipavas. Cette démission entraîne ipso jure mon départ du conseil de Brest métropole, comme trois de mes collègues guipavasiens, et la fin de la délégation à l’urbanisme réglementaire et commercial que j’y exerçais depuis avril 2014.

Je quitte le conseil métropolitain à regret mais pleinement conscient des conséquences d’un choix qui est aussi celui d’un collectif d’hommes et de femmes qui ont voulu respecter les promesses de transparence de l’action publique à Guipavas et de travail en équipe qu’ils avaient faites à leurs concitoyens en 2014. Quand bien même le sens de l’acte irrévocable que 20 élu.e.s ont posé solidairement n’est peut-être pas compris de tous aujourd’hui, il vient témoigner d’un engagement sincère et désintéressé en faveur de l’intérêt général.

Au moment de quitter mes fonctions de vice-président de Brest métropole et de tirer un trait sur plusieurs mandats régionaux et locaux, je voudrais adresser à mes concitoyens ce double message. Le premier, c’est que l’engagement public est encore et toujours une chose honorable. Alors que la politique nationale, ses querelles d’appareil et ses combats d’ego offrent trop souvent l’image d’un spectacle navrant proche de la télé-réalité, et parfois même en pire, je peux témoigner que les élus de notre territoire sont, à de rares exceptions, certes beaucoup trop influentes, des personnes motivées d’abord par le souci d’améliorer le quotidien de leurs concitoyens. Le savoir et le dire est important car une relation de confiance entre les citoyens et leurs élus est un facteur majeur de réussite dans n’importe quel territoire et a fortiori dans un territoire comme le nôtre, éloigné des principaux centres de pouvoir (Paris, Bruxelles).

Le second message concerne la relation entre Brest métropole et son territoire d’influence. Si avec mes trois collègues de Guipavas nous avions souhaité donner à notre groupe au conseil métropolitain le nom de Pays de Brest Solidaire, plutôt que Brest métropole solidaire, c’est parce que nous avons la conviction que le Pays de Brest tirera sa force demain de la cohérence de ses politiques publiques. Pour résister au dynamisme économique et démographique des aires urbaines de Nantes et de Rennes et au pouvoir d’attraction qui en résulte, le Pays de Brest doit faire son unité, il doit avancer vers une convergence des politiques fiscales appliquées localement aux ménages et aux entreprises, avec pour corollaire un partage équitable du produit fiscal mais aussi des charges qui se rattachent aux grands équipements qui rayonnent sur la Bretagne occidentale. Le Pays de Brest sera solidaire ou ne résistera pas à la concurrence des territoires.

Christian Guyonvarc’h

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.