Bretagne Vivante face à la loi Goulard

0

Vannes, jeudi 22 décembre 2016,

 communiqué de presse

Bretagne Vivante face à la loi Goulard

C’est qu’il n’aime pas qu’on l’embête le cumulard. Il voudrait se croire tout permis, comme son maître Raymond Marcellin l’avait été. Il est vrai que l’électorat en redemande à chaque fois que celui-ci s’essuie les pieds dessus. Et plus on est proche du clan Goulard et mieux c’est : son propre fils a pu avoir un travail sur mesure accompagné d’un copieux salaire nourri d’une grasse subvention versée immédiatement… Pour les autres associations, nous-les-manants, il est d’usage d’attendre la validation de l’exercice financier annuel. Jadis, son parti voulait faire un « Menhirland » à Carnac. Les associations bretonnes l’ayant empêché, il plaça à la tête d’une association bidon le fiston Goulard pour tenter de classer le site UNESCO… C’est que plus la ficelle est grosse et mieux ça passe ! Là aussi, c’était une phrase fétiche de Raymond la Matraque, ou la Francisque, c’est comme vous voudrez.

Nous vous avions dit ce qu’apporterait l’élection de François Goulard à la tête du département : http://www.independance-bretagne.com/single-post/2015/03/25/Le-vote-François-Goulard-le-silence-des-pantoufles

Tout le scénario était déjà écrit.

Non, François Goulard n’est pas maître de l’argent public. La démocratie, ce n’est pas ça !

L’association SEPNB – Bretagne Vivante gère les réserves naturelles dont les départements peuvent être propriétaires. Ce n’est pas tout, l’association emploie pour ce faire plusieurs dizaines de salariés sur les 5 départements bretons. Ce n’est certainement pas les équipes de M. Goulard qui feront le travail à leur place. Monsieur le président du Conseil Général est importuné par le travail de Bretagne Vivante qui égratigne sa politique de destruction de l’environnement. En guide de réponse, ce dernier procède simplement au chantage en s’appropriant l’argent de nos impôts. Il n’y a rien d’étonnant lorsqu’il est capable de faire ça, à titre d’exemple parmi tant d’autres :http://www.independance-bretagne.com/single-post/2016/08/23/Fran%C3%A7ois-Goulard-b%C3%A9tonne-et-sacrifie-l%E2%80%99%C3%A9conomie-bretonne

Nous rappellerons que dans la gauche hexagonale post-mitterrandiste des actifs soutiens de François Hollande aux Présidentielles, celle des « rats quittant le navire de la gauche française » et de l’absent président de Région Jean-Yves Le Drian, ce n’est guère mieux. Un exemple concernant les espaces naturels fragiles du nord de Vannes dans un litige impliquant notamment Bretagne Vivante, le député Hervé Pellois et Anne Gallo, maire de Saint-Avé et l’une des vice-présidente de Région :

Bretagne Vivante, protection des dérives politiques et de la destruction de l’environnement

La commune de Saint-Avé de M. Pellois et Mme Gallo mérite la « palme d’or du saccage de l’environnement » :

http://www.independance-bretagne.com/single-post/2014/08/30/SaintAvé-Nord-de-Vannes-palme-d’or-de-la-destruction-des-espaces-naturels-fragiles

Et la médaille d’or de l’hypocrisie :

http://www.independance-bretagne.com/single-post/2016/12/11/Le-%C2%AB-salon-du-terrain-abordable-%C2%BB-une-nouvelle-imposture

Alors, allons-nous continuer de plébisciter les partis franciliens et leurs formations apparentées ou allons-nous prendre enfin nos affaires en main en suivant le sillon de nombreuses nations européennes ?

 

Pour Aes eo !

Bertrand Deléon, candidat d’union bretonne aux élections Législatives dans la 1ère circonscription du Morbihan.

(photo. en pj : la destruction du bassin versant de Beau-Soleil et des zones humides, en Saint-Avé).

 

 

Bonjour, laissez ici votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.