Partager :

" /> La Bretagne face au frelon asiatique (1) - 7seizh.info
Publié le: lun, Jan 2nd, 2017

La Bretagne face au frelon asiatique (1)

Soutenez 7seizh par Paypal

En 2016, l’invasion du Frelon Asiatique a fait l’objet de plus de 200 articles de quotidiens régionaux (*). Ce problème a pris une importance accrue, notamment dans l’ouest de la Bretagne. Grands Prédateurs d’abeilles, ces frelons de l’est se rajoutent aux difficultés de  la filière apicole. La presse locale se fait l’écho d’une prise de conscience grandissante des professionnels, des habitants et des municipalités. En quelques années toute la région se retrouve  concernée.

Le Frelon asiatique c’est quoi ?

D’après le Muséum National d’Histoire Naturelle (MNHN), il s’agit plus exactement d’une variété de Frelon à pattes jaunes, dont le nom scientifique est « Vespa Velutina ». C’est une espèce invasive qui tire son appellation usuelle de son origine.  Celle qui s’est acclimatée chez nous est facile à reconnaitre par sa coloration majoritairement brune. Elle appartient à la sous-espèce « nigrithorax ». Cet insecte est un peu plus petit que les Frelons d’Europe. C’est particulièrement net pour les reines (3,5 cm contre 4 cm). Son vol est plus discret, ce qui complique la détection des nids.

En fin d’automne les colonies se vident mais les futures reines hibernent, en général dans le sol. Au printemps, elles fondent des « nids primaires » dans des endroits abrités (trou de mur, bord de toit, etc..). Si l’environnement ne s’y prête pas, par exemple par manque de place, les ouvrières produites changent d’endroit pour construire un nid secondaire, en général en hauteur dans un arbre. Ce second nid peut dépasser 80 cm de diamètre. Il peut contenir plusieurs milliers de frelons et plusieurs centaines de fondatrices potentielles pour l’année suivante.

Crédit photo : Quentin Rome/Muséum National d’Histoire Naturelle(**)

La Bretagne envahie

La première présence de frelon asiatique en Bretagne a été constatée fin 2008 à Saint-Malo. L’hypothèse privilégiée est celle d’une introduction par le port ou par transport routier. A cette époque, le front de progression de l’espèce, depuis le démarrage en 2004 dans le Lot-et-Garonne, était 300 km au sud. Ce n’est qu’en 2010 que des nids seront observés en Loire-Atlantique. La même année un premier nid en activité a été signalé dans les Cotes-d’Armor. Dès 2011 le Morbihan et le Finistère étaient touchés. La présence de l’insecte a été confirmée en 2014 sur les iles de Belle-Ile-en-Mer et Groix. En 2016, elle est constatée pour la première fois sur l’Ile d’Ouessant.

La progression de la population de ces frelons est exponentielle. En 2015, le nombre de nids signalés sur les 5 départements bretons était d’environ 12500. Les évolutions entre 2014 et 2015 sont diverses. En Morbihan le nombre a plus que doublé durant cet intervalle. En Ille-et-Vilaine, il a triplé. Mais en Loire-Atlantique il n’a augmenté que de 35 %. C’est révélateur à la fois de la progression du Frelon asiatique, du renforcement de la vigilance et de l’exhaustivité, plus ou moins grande, du système de recensement.  L’année dernière, de nombreuses communes ont rendu compte de la poursuite de la multiplication des nids.

Quels sont les risques ?

Le frelon asiatique est classé « danger sanitaire de deuxième catégorie » depuis décembre 2012. Il n’est toutefois pas considéré comme un danger pour l’homme. France3 régions cite le cas d’une personne allergique décédée après une piqure en août 2016 dans le Maine et Loire. En juillet 2015, un habitant souffrant de problèmes cardiaques a perdu la vie à Sainte-Sève dans le Finistère après avoir dérangé un nid dans le nichoir à mésanges de son jardin. Auparavant,  4 personnes étaient mortes en France depuis 2009, dont trois allergiques, à cause de ce type de piqure. Au bilan, peu de décès suite à piqure ressortent dans les médias. Cependant, l’insecte suscite bien des inquiétudes.

En octobre 2016, un jardinier de Lannion faisait part de son appréhension à récolter ses framboises. Un article et les commentaires qui ont suivi, sur le blog de l’AAAFA, montrent bien ces inquiétudes. Le Frelon asiatique est très agressif lorsque l’on s’approche et dérange le nid, par exemple en passant à coté avec une tondeuse. 30% des nids sont à la fois en bas et cachés, ce qui peut favoriser ce genre de mésaventures. De plus, l’espèce semble s’installer plus facilement en zone urbaine où elle trouve de la nourriture dans les composteurs. Plusieurs cas de nids détruits dans des locaux fermés ont été constatés en 2016. Le frelon asiatique suscite donc plus de vigilance que son prédécesseur. Mais le risque immédiat n’est pas pour l’homme.

Les abeilles en grand danger

L’invasion de Vespa Velutina est une grave difficulté supplémentaire pour la filière apicole. Ce frelon s’avère être un nouveau prédateur d’abeilles très vorace et efficace, bien plus que son confrère européen. D’après le site Natura-Sciences.com, un nid de frelon asiatique peut consommer de 3500 à 15000 abeilles par jour au mois de septembre. Et même si la configuration de la ruche empêche les frelons de rentrer, leur présence insistante stresse les abeilles et en réduit considérablement la productivité.  Elles sont sans défenses face à ce prédateur que rien ne menace dans notre environnement. C’est un nouveau facteur défavorable pour la production de miel. Il se rajoute au problème majeur des pesticides néonicotinoides.

Le président de l’Union nationale de l’apiculture française, Gilles Lanio, apiculteur dans le Morbihan, a rappelé en novembre dernier à Plérin, que « 30% des abeilles disparaissent chaque année ».  La particularité du frelon asiatique c’est d’investir à présent des villes qui servaient de sanctuaire éloigné des pesticides pour les abeilles. Le 25 octobre 2016, les ruches de l’Hôtel de Ville de Brest ont été enlevées, leur population ayant été décimée. L’inquiétude pour l’apiculture est telle qu’un article titrait le 28 aout dernier « Le Miel pourrait disparaître du Trégor ». La surveillance et la lutte contre le frelon asiatique s’organisent pour défendre cette filière économique.

(A Suivre).

 

  • essentiellement le Télégramme

** Crédit photo : Rome, Q., Le Frelon asiatique Vespa velutina – Inventaire national du Patrimoine naturel. In: Muséum national d’Histoire naturelle [Ed]. Site Web. http://frelonasiatique.mnhn.fr consulté le 02/01/2017

 

 

A propos de l'auteur

-

Actualité, Politique, Défense, Bretagne

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.