Partager :

" /> Lettre d'Allemagne (3) par François Labbé - 7seizh.info
Publié le : mar, Jan 3rd, 2017

Lettre d’Allemagne (3) par François Labbé

Soutenez 7seizh par Paypal

Mon cher Fanch,

 

L’homme aux commandes (ou censé l’être encore), l’inénarrable François, a depuis longtemps lancé la campagne, même s’il n’est pas candidat, secondé dès septembre par son majordome d’alors, Monsieur 49.3 : on promettait des baisses d’impôts ! On en repromet ces jours-ci car les élections approchent. D’autres cadeaux viendront à n’en pas douter ! Noël ! Noël !Pourtant, comme 1 Français sur 2 ne paye de toute façon pas d’impôts directs et qu’il y en a par ailleurs pas mal parmi les autres qui profitent des fameuses niches fiscales (toujours dénoncées, jamais supprimées), ces promesses ne risquent pas de réveiller l’amour déçu de nos concitoyens pour cette gauche qui, il y a 5 ans, allait, promettait-elle, en découdre avec le monde de la Banque (Retenez-moi ou je fais un malheur), dire son fait à Madame Merkel et bouleverser la politique européenne voire mondiale !

Ici, en Allemagne, on parle aussi d’une baisse des impôts directs car les élections approchent également et, comme la chancelière voit son étoile décliner au profit de l’extrême droite, on fait comme partout quand on manque d’imagination : on promet et on chasse sur les terres de du concurrent d’extrême droite ! Il faut dire que dans un pays où l’afflux d’immigrés mal dominé par un gouvernement qui a eu certes de belles paroles mais s’en est quasiment remis à Monsieur-tout-le-monde pour montrer ce qu’est la « culture allemande de l’accueil », les choses suivent leur train non pas de sénateur mais d’économies scabreuses. Si chez nous, parfois, un irresponsable explique que vraiment, avec les 35 heures et l’âge actuel de la retraite, on va droit dans le mur ( ce qui d’un point de vue libéral peut se comprendre, mais le libéralisme n’est pas tout au monde), si certains évoquent un départ à 65 ans dans une ou deux décennies, timidement… , ici, par exemple, c’est de 70 ans dont il est question et cela soulève quelques vagues qui accompagnent cette problématique des réfugiés, tout comme le font les prévisions concernant la pauvreté, particulièrement des personnes âgées dans les décennies à venir !

Il faut dire que déjà aujourd’hui, quasiment un million de retraités sont contraints, vu leurs maigres retraites, de trouver un minijob qui leur rapporte au maximum 450 euros par mois, 943000 exactement des plus de 65 ans et même 176 000 qui ont dépassé 76 ans ! En tout, 22% de plus qu’en 2010. Le minijob, c’est en Allemagne la panacée : pas de charges sociales, un nombre d’heures officiellement fixé mais…, une flexibilité totale (des deux côtés dit-on, pudiquement), pas de congés payés… La panacée, mais pour qui ? Le phénomène ne touche pas que les « vieux » : si en juin 2004, ils étaient 1,4 million de travailleurs contraints de se faire ainsi un complément de salaire avec un minijob, ils sont 2,5 millions en 2015 (une augmentation de 77%). En majorité des femmes. Tu devines pourquoi… Ajoutons que 7,5 millions de travailleurs ont un emploi partiel (dont ne font pas officiellement partie les minijobs et avoir 2 temps partiels est très répandu, voire deux T.P. et un minijob).

Mais, c’est la situation des retraités qui est particulièrement difficile malgré l’allongement de la période de travail (actuelle et prévue) et des cotisations. En effet, en gros, un employé qui au bout de 43 ou 45 années de travail atteint brut 2500 euros ne peut guère compter que sur une retraite d’environ 1200 euros (bruts – soit 47 % actuellement mais 44% en 2025). On peut s’imaginer ce que perçoit un retraité qui, pour une raison ou une autre (chômage, maladie, congés parentaux…) n’a pas toutes ses années ou un travailleur (et ils sont très nombreux : secteurs du nettoyage, du commerce, de la restauration…) qui arrive, lui, péniblement à 1500 euros brut.

En bref, 1/3 des retraites ne dépasse pas 500 euros et une majorité de retraités doivent se contenter de 1000 euros ! Ils sont peu nombreux les employés qui perçoivent plus de 2000 euros !

De plus, alors qu’actuellement les retraites bénéficient encore sur le plan fiscal d’un régime avantageux, progressivement, jusqu’en 2040, ces avantages disparaîtront. En Allemagne, quasiment tout le monde paye l’impôt sur le revenu. Ce peut être une somme assez faible mais elle est exigée, le minimum imposable étant pour 2016 de 8652 euros pour une personne seule, de 17304 pour un couple (soit un revenu mensuel de 720 et 1440, seuil en deçà duquel l’aide social commence timidement à lâcher quelques euros). Un célibataire percevant 9000 euros dans l’année devrait payer environ 350 euros d’impôts directs (entre 8653 et 13 459, l’impôt va de 1 à 7% ; entre 13470 et 52 881 de 7,2 à 26,5 ; entre 52 882 et 250730 de 26, 5 à 38, 7 etc.). Ceci explique les promesses de baisse d’impôts car beaucoup de contribuables sont concernés .

L’employé, le travailleur a donc intérêt à économiser toute sa vie, à cotiser dans une caisse privée, à gagner au loto ou à trouver un ou deux minijobs ! D’autant plus que le nombre de retraités va augmenter très largement même avec un âge de la retraite invraisemblablement repoussé. Tu vois, mon cher Fanch, tout n’est pas rose en Germanie. Et ces pauvres-là, ce sont bien entendu des citoyens allemands. En plus, il faudrait tenir compte des centaines de milliers (des millions ?) de travailleurs épisodiques roumains, polonais…, qui viennent occuper des emplois souvent non qualifiés trois mois, repartent et reviennent pour une nouvelle période de trois mois et qui sont payés officiellement au salaire minimal (env. 8,5 euros, mais certains employeurs déduisent repas et logements, les horaires sont légalement limités – qui contrôle ?) et n’auront pas de retraite ou quasiment rien. Il faudra aussi bientôt tenir compte des réfugiés souvent venus avec des attentes qui mèneront forcément à la frustration puisque le gouvernement fédéral ne se décide pas à ouvrir en grand ses coffres pour régler ce problème-là, avec les risques évidents de provoquer des réactions collatérales que saura (sait) exploiter l’extrême droite !

Il ne faut certes pas tracer de ce pays un tableau catastrophique car sur 45 millions de travailleurs habitant le pays (en France, environ 23) la majorité gagne correctement sa vie, mais il est clair que depuis le chancelier Schroeder (social démocrate ! les socialistes sont toujours là pour faire passer ce que la droite ne réussit pas, hélas !) et sa cure de cheval, la condition des plus modestes est loin de s’être améliorée. Heureusement pour la population, le coût de la vie (principalement pour l’alimentation) est nettement moins élevé qu’en France, si on se contente du nécessaire comme le font beaucoup d’Allemands. D’ailleurs, chaque week-end, des hordes de Français traversent la frontière pour remplir leurs coffres de produits proposés par les discounters. La semaine dernière, pour passer le pont du Rhin, j’ai dû subir une queue de 2 bons kilomètres ! « Chez les Allemands, c’est moins cher ! » se répète-t-on. Même les produits français ! On passe la frontière pour aller acheter son camembert Lepetit 20% meilleur marché que chez Leclerc ! Alors…

Un exemple marrant qui te rappellera quelque chose : une bière (50 cl) en terrasse sur Unter den Linden, servie avec le sourire te coûte 3 euros alors que notre dernière pression (33 cl) prise ensemble au Kelenn (une des jolies plages de Carantec) nous en a coûté 5 (sans sourire) ! Et l’aimable serveuse berlinoise n’est pas venue rôder autour de moi au bout de 10 minutes pour me faire comprendre que je devais dégager ou commander autre chose ! Bien entendu me diras-tu, le petit retraité ne va pas sur Unter den Linden…

Oui, te répondrai-je, mais chez nous, va-t-il encore au Kelenn ?

Mon cher Fanch, tu le vois, en Allemagne comme ailleurs, il vaut mieux être du pays, blanc, riche, jeune (et beau), en bonne santé (les caisses maladies songent à des malus pour tous ceux qui ne se « soignent » pas assez : les gros, les fumeurs, les buveurs invétérés…) !

Allez, je t’écris d’un joli coin de Forêt-Noire, loin de tous ces problèmes. Devant moi, la plaine du Rhin, les Vosges au loin, bleues, voilées d’une fine brume qui monte dans le ciel rose, la Porte de Bourgogne par où s’engouffrent les effluves méditerranéennes remontant du midi (nous sommes ici à 270 Km de Milan)… C’est tout simplement beau. Pourtant, je songe à ce petit chemin qui mène sur les crêtes des Monts d’Arrée à partir de Commana, à la mer tout là-bas quand on est en haut, à l’odeur sucrée des genêts, au silence et au vent.

 

Kenavo

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utiliser les expressions html suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Média participatif : contact(at)7seizh.info 0033 (0) 972 338 711 - regie.publicitaire(at)7seizh.info Mentions légales - Conditions générales d'utilisation

L’utilisateur s’interdit de manière non exhaustive :

- de diffuser des informations contraires à l’ordre public ou aux bonnes mœurs, - de détourner la finalité du service pour faire de la propagande ou du prosélytisme, de la prospection ou du racolage, - de publier des informations à caractère commercial, publicitaire ou constituant de la propagande en faveur du tabac, de l’alcool, ou de toute autre substance, produit ou service réglementé - de diffuser des contenus contrevenant aux droits de la personnalité de tiers ou présentant un caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe, - de publier des informations contrevenant à la législation sur la protection des données personnelles permettant l’identification des personnes physiques sans leur consentement, notamment leur nom de famille, adresse postale et/ou électronique, téléphone, photographie, enregistrement sonore ou audiovisuel, - d’accéder frauduleusement au site et notamment aux services interactifs, ainsi qu’il est indiqué dans les conditions générales d’utilisation du site.

7seizh.info ® Tous droits réservés-2012-2016 © 7seizh.info.

Gravityscan Badge