Répression des pratiques de solidarité : la minablerie sans limite de l’Etat

2

Depuis longtemps, on connaît les méthodes lamentables de l’Etat pour casser groupes et individus dont il estime qu’ils le menace, peu ou proue. Cet Etat, qui ne travaille pour son auto-protection, toujours contre le citoyen actif, et ne connait aucune limite en terme de méthodes. La liste de ses agressions minables non plus de connaît aucune limite …

 

On se souvient des arrestations violente des militants bretons soupçonnés d’appartenir à l’ARB (intervention par hélicoptère, cagoules et armes automatiques, arrestations sur le lieu de travail), des gardes à vue à rallonge (96h au lieu de 48h pour un assassin ou un violeur), et de la nécessité alors de Skoazell Vreizh, “Entraide de Bretagne”, pour accompagner les accusés dans les démarches floues, complexes et extrêmement coûteuses imposées par l’Etat. Minable.

 

On n’oubliera jamais les tirs tendus des milices de l’Etat dans un périmètre fermé de Notre-Dame-des-Landes, une grosse mise en danger de mort, en plus de l’agression armée organisée, de l’interdiction faite aux secours médicaux de pénétrer le périmètre en guerre, pour apporter son assistance légitime. Minable.

 

On a vu lors des grands froids les milices de l’Etat voler les couvertures des migrants, violemment et en pleine nuit, ce qui, au pénal, se vaudrait bien une mise en accusation pour tentative de meurtre, ou, a minima, mise en danger. Mais quel migrant, réduit à dormir dehors, et sans papier, ira porter plainte. Couvertures données par le biais d’association, menaçaient-elles vraiment l’Etat ? Minable.

 

Ce sont, cette fois, apprend-on par le biais de la liste Activix, relayée par les militants de la Legal Team de NDDL, des appels à dons , qui justifie une instruction, et une convocation à la gendarmerie de Couëron. On sent bien ici à quel point la solidarité menace  l’Etat … Minable !

 

Répression des pratiques de solidarité : appel à rassemblement devant la gendarmerie de Couëron lundi 16 à 17h et samedi 28 janvier à 10h”

Trois personnes sont convoquées pour être auditionnées par la gendarmerie de Couëron. Elles sont mises en cause dans le cadre d’une instruction ouverte pour « Appel à souscription publique tendant à l’indemnisation d’une condamnation pécuniaire ». En clair, on les accuse d’avoir fait des appels à dons pour soutenir des personnes condamnées à verser des amendes, frais de justice et dommages et intérêts.

Cette procédure vise la solidarité qui s’est notamment exercée dans le cadre de la lutte contre l’aéroport et du mouvement contre la loi travail. Plus largement, elle s’inscrit dans une logique qui vise à briser nos outils d’organisation, d’auto-défense et de solidarité dans les luttes (condamnations pour port de bouclier en manif, procédures contre des personnes des équipes médic, criminalisation de l’aide aux migrant.e.s, répression de caisses de soutiens et mutuelles de fraudeur.euse.s …).

Ne laissons pas la justice casser nos solidarités, soutenons les personnes convoquées !

Soyons nombreu.se.s lundi 16 janvier à 17h et samedi 28 janvier à 10h devant le commissariat de Couëron.

 

Image de Une : violente arrestation d’une dame de 72 ans qui milite contre l’abattage de 78 platanes dans son quartier …Très très grosse menace pour l’Etat !! MINABLE !

2 Commentaires

  1. Hélas, toute l’Europe connaît ce fléau. A Berlin, un jeune menuisier et ses copains fabriquent pendant leurtemps libre de petites cabanes sur roulettes, une petite fenetre et une porte avec serrure. Le tout à peine 3 m2. Il les offre

  2. et les votes vont continuer à tomber pour ces représentants d’une dictature sourde, muette et d’une violence sans précédent… que les peuples de l’hexagone votent enfin pour les régionalistes, les hommes sans étiquette… C’est par le vote que nous pourrons bouter hors du trône cette mafia du pouvoir…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here