EMSAV : deux militants bretons en garde à vue à Rennes

0

Complément d’information à 23h30 :

Les deux militants bretons sont toujours interrogés dans les locaux de la PJ de Rennes.
Ce matin à 6 heures, la police judiciaire est intervenue au domicile d’au moins deux militants bretons pour y mener de longues perquisitions avant de les placer en garde-à-vue. A l’issue des perquisitions, le jeune homme d’une vingtaine d’année originaire des Côtes d’Armor et le retraité de 74 ans résidant dans le Finistère, ont été transférés dans les locaux de la PJ de Rennes, rue de la Tour d’Auvergne, pour des auditions qui pourraient durer au delà de jeudi selon une source bretonne proche du dossier. Les proches affirment que les interpellations étaient menées par la SDAT (Sous-Direction Anti-Terroriste). Les avocats ont d’ores-et-déjà été contactés afin d’assurer les droits de leurs clients.

A l’heure actuelle, aucune information sur les faits potentiellement reprochés n’a filtré. On note cependant que la SDAT avait été saisie dans l’affaire de Lanmeur où un engin explosif avait été retrouvé au matin du 19 décembre 2013 devant la perception. L’engin n’avait pas explosé et aucun dégât n’avait été à déplorer mais une école et la perception avaient du être évacuées pendant les opérations de déminage. En décembre 2014, un an après les faits 3 personnes avaient déjà été interpellées dans cette affaire. Auditionnées à Rennes, puis transférées à Paris pour être entendu par le juge anti-terroriste, toutes les personnes interpellées avaient été remises en liberté et mises hors de cause. Il y a quelques mois, une vague d’auditions de militants bretons avait aussi été entreprise sans plus de succès.

Au printemps dernier, une autre affaire avait alimenté les chroniques de la presse quotidienne. A Orléans, un engin explosif avait endommagé la porte du siège social de Variscan à Orléans sans faire de victime. Mais le parquet anti-terroriste n’avait pas été sollicité et c’est la PJ d’Orléans qui s’était vu confié le dossier.

Le plus grand flou entoure donc les placements en GAV des deux militants bretons. Mais la solidarité s’organise et les appels à soutien, même s’ils restent discrets et hors réseau sociaux, se mettent en place. Nul doute que l’Emsav ne laissera pas des Bretons dans le pétrin.

 

Rennes – 7seizh.info-24/01/2015-10h00 : Depuis ce matin, un militant breton a été placé en garde-à-vue et son domicile a été perquisitionné. Aucune information n’a été délivrée par le parquet sur les motifs de l’intervention. Selon une information non confirmée par les autorités, l’homme d’une vingtaine d’années serait actuellement interrogé dans les services de la PJ de Rennes.

Un autre militant agé de 73 ans aurait aussi été interpellé et placé en garde à vue par la SDAT ce matin, selon sa femme.

Plus d’infos à venir.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here