Brennilis : le démantèlement encore reporté aux calendes grecques

0

EdF a annoncé hier, jeudi 26 janvier, un calendrier de démantèlement de la centrale nucléaire des Monts d’Arrée :

“Fin 2016, nous avions obtenu l’autorisation d’achever le démantèlement partiel. Fin 2017, nous devrions achever la déconstruction de la salle de traitement des effluents. Mi-2018, nous devrions déposer le dossier de demande de démantèlement total du réacteur. Après trois ans d’instruction, nous devrions avoir l’accord et démarrer l’enquête publique”.

Il a donc fallu à Jean Cuccilienno (directeur du site) pas moins de 4 conditionnels pour aboutir à un démantèlement complet en … 2025 ! Dans calendrier, il y a “Calendes”, et le report fait penser aux Calendes grecques, d’autant que ce calendrier comprend des dates toutes très hypothétiques, mais qu’EdF n’a rien communiqué concernant les modalités techniques, ni les retombées sur l’environnements et les habitants.

On se souvient que des travaux avaient été menés, puis s’étaient arrêtés en 2006 sous la pression populaire, et en s’appuyant sur les accidents détectés, comme le déversement de plutonium dans les eaux du site, la présence de Césium 137 et de cobalt 60, puis, en 2007, les irrégularités épinglées par l’Autorité de Surveillance du Nucléaire.

Et qu’une bataille menée à Paris avait abouti à une relance du processus, qui devait amener à un démantèlement complet en … 2016. Le public n’avait guère été convaincu, à de nombreux motifs, dont l’absence totale d’analyse par des laboratoires non mandatés par EdF.

D’ici 2025, divers aléas seront malencontreusement intervenus, et, d’ici 2035, EdF espère avoir construit un nouveau parc. Il sera alors bien assez tôt pour chercher de nouvelles excuses boiteuses pour reporter … aux Calendes grecques  … suivantes.

 

Image de Une : EdF nous doit plus que la lumière ; faire la lumière sur leurs agissements, ce serait déjà pas mal, non de Zeus !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here