Anti-Terrorisme : un militant breton mis en examen

0

Vendredi soir, le dernier militant breton encore retenu dans le cadre de l’enquête menée par le parquet anti-terroriste, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. Il a été mis en examen au chef d’inculpation d'”association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste” pour son rôle de fondateur d’Argad selon une source judiciaire. Le juge d’instruction du pôle antiterroriste du TGI de Paris présume de son implication au sein d’Argad Résistance Bretonne, qui nous avait adressé un communiqué après la découverte d’une bombe de 5,5 kg, le 19 décembre 2013, devant la perception de Lanmeur.

Mardi matin, les opérations menées par la sous-direction anti-terroriste (SDAT) ont débuté dès 6 heures chez deux militants bretons. YAB, 74 ans, originaire du Finistère est un militant breton depuis le milieu des années 90. L’autre militant âgé de 22 ans, fils de militant breton et très engagé pour la cause bretonne lui-même, est domicilié dans les Côtes d’Amor. Immédiatement placés en garde-à-vue, de longues perquisitions sont menées au domicile de chacun des deux hommes. Puis ils avaient été transférés dans les locaux de la PJ de Rennes.

Dans le courant de la journée, l’épouse du Finistérien est convoquée pour une audition à la PJ de Rennes le lendemain. Convoquée pour milieu d’après-midi du mercredi, elle ressort en soirée des locaux de la rue de la Tour d’Auvergne sans être inquiétée.

Jeudi peu avant 20h, le Parquet anti-terroriste décide de relâcher le jeune militant qui ressort sans poursuite. Pour YAB, le parquet décide un transfert vers Paris et une présentation au juge anti-terroriste qui le met en examen pour “association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste” et le place sous contrôle judiciaire.

Vendredi en fin de journée, YAB a pris le train pour Quimper, accompagné de son avocat Maître Costiou. Au milieu de la nuit sur le quai de la gare en Bretagne, peu de militants l’attendaient. L’avocat n’ayant en effet nullement communiqué sur la remise en liberté, le mouvement breton n’a pas pu s’organiser pour accueillir le militant comme il est de coutume de le faire depuis toujours. Pendant les quatre jours de GAV du militant, son épouse a pu compter sur le soutien de ses amis. YAB a rejoint son domicile, seul, en taxi. Désormais il devra pointer à la gendarmerie jusqu’à ce que le juge en décide autrement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here