Kanaky : l’Etat français prêt à tirer sur les jeunes de la Tribu de Saint-Louis !

0
A l’aube du référendum d’autodétermination pour l’indépendance de Kanaky (Nouvelle-Calédonie) prévu en 2018, un jeune Kanak, William Décoiré, a été assassiné par un gendarme le 29 octobre 2016. L’affaire a été classée sans suite le mois dernier par la justice bien que le principal témoin nie la légitime défense du gendarme. 
Lors de l’annonce de la mort de William Décoiré, la jeunesse de la Tribu de St Louis a manifesté sa colère légitime par des blocages de la route traversant la tribu et qui est également l’axe économique reliant la capitale de Nouméa avec le sud du pays.
De nombreuses arrestations ont lieu depuis et de nombreux jeunes sont envoyés directement au Camp Est, la prison de Nouméa. Malheureusement les médias locaux sont tenus par les loyalistes (pro-français) et une bonne partie de la vérité est camouflée ou modifiée pour leur propre intérêts politiques vu l’échéance de 2018.
Depuis, la jeunesse de la tribu de St Louis exprime sa colère face à cette injustice et la provocation des interventions de gendarmes se multiplient de jour comme de nuit. Actuellement, le réseau de communication des téléphones fixes et internet est coupé dans certaines maisons.
Ce week-end, certains jeunes ont tirés sur des véhicules et des gendarmes. Une personne civile a été blessé et 2 gendarmes. 
Depuis dimanche 29 janvier, l’axe routier est coupé par la gendarmerie, avec VBRG, hélicos, drones, etc.
Les habitants du Mont-Dore (en grande majorité loyalistes), sont en colère face aux violences de la jeunesse de St Louis et demande l’intervention musclée des forces de gendarmerie. 
On ne peut que dénoncer la manipulation de l’Etat colonial français, par l’assassinat du jeune Kanak jusqu’à la montée de tension de ces derniers jours pour justifier un 4ème accord politique qui réduirait en miette l’espoir de voir la Kanaky indépendante en 2018.
Aujourd’hui, mardi 31 janvier 2017, l’Etat colonial a posé, par le biais du Haut Commissariat, un ultimatum complètement disproportionné à la jeunesse de St Louis face aux actes commis. En aucun cas, l’assassinat d’un jeune Kanak est la solution face à de petits délits commis.
Les jeunes n’ont tué personne. Ces méthodes sont le reflet de la colonisation et de la répression qu’effectue chaque jour l’Etat français en terre Kanak. Le mensonge et le lavage de cerveaux des médias loyalistes locaux ne font qu’augmenter les tensions (cf (1) et (2))

Les autorités lanceront une opération d’envergure au sein de la tribu qui « se traduira, nécessairement et malheureusement, par des pertes d’un côté ou de l’autre, voire des deux.
Ce ne sera pas une opération facile à mener. Désormais, les règles d’engagement de la gendarmerie seront différentes. Lorsque la route rouvrira, j’espère le plus tôt possible, la gendarmerie répliquera s’il y a de nouveaux tirs. Ce qui veut dire qu’il y aura des débats. C’est une responsabilité lourde que l’Etat assumera », a annoncé le Haut Commissariat. Sans rédition, les armes risquent de parler à nouveau.

 En 2014 déjà, des affrontements importants avaient eu lieu entre l’Etat et la Tribu, sur fond de conflit avec le groupe minier bresilien Vale, qui exploitait le nickel du sol kanak.

La plupart des poteaux de lampadaires avaient été sciés, des carcasses de voiture brûlées gisaient en bordure de chaussée. La route de St Louis avaient été bloquée par des barrages sur lesquels jeunes Kanaks et forces de l’Etat s’étaient affrontés toute la nuit. Les gendarmes mobiles et leurs véhicules avaient été la cible de tirs de fusils.

Le lendemain, des actions avaient eu lieu sur le site de l’usine métallurgique de Vale. L’industriel avait alors chiffré les dégâts à 20 ou 30 millions de dollars US.


(1) Dans la 1è france tv info, (ici), la parole n’est donnée qu’à la gendarmerie. 
« C’est la réunion de la dernière chance »… Le ton est grave au Haut-Commissariat après les nouveaux événements de St Louis qui ont fait 3 blessés. Des munitions trafiquées ont été utilisées. L’Etat organise une nouvelle rencontre décisive avec les coutumiers demain.
(2) Dans “les Nouvelles calédonniennes” (ici), idem …
L’Etat lance un ultimatum aux tireurs embusqués à Saint-Louis
Le sang a encore coulé aux abords de la tribu. Et la RP1 risque d’être fermée plusieurs jours. Les autorités donnent moins d’une semaine aux tireurs pour se rendre avant de lancer une opération d’envergure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here