Le Parc Naturel du Golfe, à quoi sert-il ?

0

Tribune de Bertrand Deléon

Le Parc Naturel du Golfe, à quoi sert-il ?

 

Il a fallu des années avant qu’il voit le jour. Il a été une pomme de discorde entre les élus des partis politiques français en Bretagne au centre de chaque campagne électorale. Le Parc Naturel Régional du Golfe s’articule autour d’une charte qu’une trentaine de municipalités doit faire respecter. Le PNR est censé garantir une protection du patrimoine naturel et culturel ; il contribue à la définition et l’orientation des projets d’aménagement.

En vérité, sur le terrain, les zones humides au nord de Vannes sont détruites, le bocage est saccagé, la pression immobilière défigure le littoral et détruit des sols anciens, les terres agricoles disparaissent.

En 2001, la liste Forum Breizh démontrait par la voix de son porte-parole, Lionel Gianoncelli, l’inutilité d’un tel projet qui ne serait qu’une caution écologique pour des élus pensant sur le très court terme et qui font plaisir aux promoteurs. Pourtant, les « Parcs soutiennent les entreprises respectueuses de l’environnement qui valorisent ses ressources naturelles et humaines » comme le précise le site du PNR du Morbihan…

Dans la continuité de la dynamique du Forum Breizh et des prises de position de l’association Bemdez, de protection du patrimoine, je n’ai eu de cesse à chaque échéance politique de mettre le doigt sur la politique destructrice de l’environnement des élus. J’ai eu l’occasion de parler des zones humides détruites sous les mandats de Hervé Pellois (député et ex-maire PS puis apparenté PS, Saint-Avé), Anne Gallo (Vice-Présidente de Région, 3ème vice-présidente du PNR, apparentée PS et maire de Saint-Avé), François Goulard (président du Conseil Départemental et ex-maire de Vannes, UMP-Les Républicains), mais aussi des destructions des reliefs, de sources et du trait littoral, notamment sous les décisions de ce dernier.

Afin de démontrer, s’il y a encore besoin, l’inutilité totale du PNR et le silence complice des « écologistes » locaux, une simple promenade suffit. Voici de banaux exemples sur la commune de Séné, conduite par Luc Foucault, 1er vice-président du PNR, maire de Séné, divers gauche ex-Chevènementiste.

 

Pour les promenades à vélo en bottes de pêcheur, cirée jaune et marinière… Destruction de la zone humide du Morboull, du talus témoignant d’un ancien chemin creux et des arbres, au début de la presqu’île vers Porh-Anna (à noter, orthographe ancienne pour le breton unifié Porzh-Anna, francisée en Port-Anna ces dernières années).

 

 

 

Le chemin creux, avant et après…

 

 

 

 

Des remblais minéraux qui modifieront la composition du sol, l’assècheront et modifieront la qualité de l’eau salée et saumâtre, à proximité.

 

 

 

 

 

 

 

Au lieu-dit Le Badel, une plateforme aménagée pour des travaux provisoires afin de créer la « route des huîtres »… Les destructions seront quant à elles définitives sur les sols.

 

 

 

 

 

 

 

La protection des arbres au sein du PNR… (Le Gorneveze)

 

 

 

 

 

 

 

 

Direction Kadouarn, le « respect » du patrimoine culturel, historique, de la qualité des paysages : ici, un dolmen donnant sur la mer ! Enfin… qui donnait sur la mer. Une maison a été bâtie entre le site archéologique et la mer, laissant un étroit passage entre la propriété et la côte. Une petite enclave close tolère le monument historique.

 

 

 

 

 

Admirez la « qualité » des gravats « de toute beauté » pour renforcer les abords des portails des résidents secondaires…

 

 

 

Bertrand Deléon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here