Hamon : rien (non plus) pour les “régions” !

2
“Il y a une forte volonté de la future collectivité unique de Corse de miser sur le développement durable, les énergies renouvelables, la transition énergétique et écologique, cela oblige l’Etat à prendre ses responsabilités pour accompagner ce qui peut être le développement de l’île”, a déclaré le candidat à ViaStella (france 3 Corse). Là où l’attente des Corses est plus d’autonomie, M Hamon répond par plus de présence de l’Etat français … Aussi autiste que les autres candidats !
Interrogé sur la reconnaissance de la langue corse, l’instauration d’un statut de résident pour tenter d’enrayer la spéculation foncière et l’amnistie des prisonniers politiques corses, Hamon a, là aussi, snobé la Corse, en n’annonçant rien de neuf, alors qu’il est en campagne. On est en droit de penser que, si ce candidat est élu, rien non plus ne sera fait pour les langues minorisées de Bretagne ; mais les élus (français) en Bretagne n’ont même pas posé la question …

“Il faut ratifier la charte des langues régionales”, a avancé Benoît Hamon, comme l’avait fait le candidat Hollande. Ca ne mange pas de pain : le Conseil Constitutionnel veille au grain anti-diversité !

“Nous permettrons non pas un statut de résident, mais une forme de citoyenneté de résidence qui ne ferait pas la différence entre les natifs et ceux qui viennent ici vivre durablement et concevoir les bases sur lesquelles on pourrait envisager une évolution sur le plan fiscal.” a-t-il hasardé. Envisager une évolution sur le plan de la fiscalité sur une petite partie des impôts locaux, dont Hamon ramènera la recette à Paris, voici qui est encore bien loin d’une avancée vers un semblant d’autonomie.

“Je suis favorable à une chose, dans le respect strict de l’indépendance de la justice, qu’il soit permis à des détenus de se rapprocher de leurs familles. Cette demande est aujourd’hui légitime”, a-t-il enfin annoncé. Une annonce intéressante, si elle était suivie d’effet, mais qu’il confiera à la Justice, dans l’indépendance de celle-ci. Sans intervention présidentielle donc …

2 Commentaires

  1. Gwelloc’h eo ‘vit Macron ha re an tu dehou memes tra, n ‘eo ket ?
    Ar paotr-se ‘zo da vezañ kendrec’het gant tud digor ha n’ emaint tro dro dezhañ, siwazh…

    • ‘Keñver tu kleiz pe gwarez natur, lâran ket ; ‘keñver Breizh avat, n’eus netra, traig, koulz lâret, evel an holl re all ; Frañs n’eo ket tamm ebet keneil gant Breizh : dismegañs o deus ouzhimp, ha me, kas oute ! me vo ‘liorzhañ en daou zeiz-se, Breizh n’he deus tamm traig ebet da c’hounit en dilennadeg-se, war ma soñj.
      Bevet Breizh ! Marvet Frañs !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here