Assemblée générale de la SICA Saint-Pol-de-Léon

0

Saint-Pol-de-Léon, lundi 20 mars 2017,

Samedi 18 mars dernier, les adhérents de la SICA se sont réunis à Saint-Pol-de-Léon, chef-lieu de la coopérative, pour leur assemblée générale annuelle : producteurs et horticulteurs témoignent une fois de plus de leur volonté de continuer à innover pour s’inscrire dans l’alimentation du futur. Et cela, malgré une météo atypique qui a pesé sur les récoltes en 2016. Si le climat est l’objet de toutes les attentions, 2017 s’annonce comme l’année de l’innovation, avec la concrétisation de projets collectifs d’envergure. Le fruit de la détermination caractéristique des producteurs de la côte nord du Finistère. 

© DR

L’hiver 2016 a battu des records de pluviométrie avant la sécheresse qui a frappé dès le mois de juillet. Les cultures ont été impactées, notamment avec des incidences négatives sur le chou-fleur et l’artichaut, et cela se ressent sur la consommation de légumes. Malgré la disparité des résultats suivant les cultures, « notre chiffre d’affaires légumes progresse de 1% pour s’établir à 167M€ : il s’élève en tout à 202M€ en y rajoutant l’horticulture, soit une progression sensible de 0,85% », expose Marc Kerangueven, Secrétaire Général de la SICA. Dans ce contexte, Jean-François Jacob, président de la SICA, a rappelé l’importance de ne pas céder aux sirènes de l’individualisme : « La difficulté doit nous rassembler, générer de la solidarité et non diviser », mettant en avant « la culture de la construction collective au service de chaque individu » caractéristique de la SICA.

La bio sur un marché porteur   

La section bio continue son développement avec une progression de 30% du chiffre d’affaires, soit 4,6 millions d’euros pour des volumes avoisinant les 4000T en 2016 : 22 producteurs sont désormais certifiés bio et 7 sont en conversion. Avec des perspectives positives : la saison 2017/2018 devrait voir son chiffre augmenter de 50% grâce aux conversions qui arrivent à terme.

Horticulture : le marché du végétal en pleine mutation

Dans un contexte difficile marqué par une forte restructuration de l’horticulture d’ornement en France, Kerisnel a su tenir le cap et maintenir un chiffre d’affaires autour de 35M€. Un résultat obtenu grâce à la bonne activité de la section Pépinières, ainsi qu’au gain de productivité dû au rapprochement des 3 sections horticoles de la SICA sur le même site.

« L’alimentation du futur se dessine aujourd’hui ; nous l’avons anticipé »

« La plus grande révolution des 20 prochaines années ne viendra pas de l’industrie mais bien de la valorisation du végétal dans l’alimentation, la santé, la protection des plantes », affirme avec conviction Jean-François Jacob, assurant que l’ensemble des filières de la SICA est préparé à ce tournant grâce à un important travail réalisé avec Agrival depuis 5 ans déjà.

Aussi, si aujourd’hui la marque Prince de Bretagne est gage de sécurité alimentaire, de qualité, de respect de l’environnement pour le consommateur, l’ambition de la SICA est la suivante : « Ajouter à cette renommée, grâce aux travaux de nos différents outils, les notions de diminution des intrants, de saveur de nos produits, et aussi et surtout, associer la marque à cette notion de santé et de bien-être ».
En cette période électorale, Jean-François Jacob a tenu à adresser un message fort aux élus politiques : « Le premier minerai à protéger dès à présent en priorité est bien le Paysan, sans qui nombre d’emplois et de perspectives disparaîtront définitivement. Protégez-nous d’une fiscalité inadaptée, de l’excès de formalisme administratif, de la dérive d’écart de compétitivité avec nos concurrents mondiaux. Nous ferons le reste avec enthousiasme et panache ; notre capacité à innover en témoigne ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here