Présidentielle française 2017 : Le beurre et l’argent du beurre

1

TRIBUNE  LIBRE

Le beurre et l’argent du beurre

Alors, on attend quoi ? Au lieu de se laisser bercer les oreilles par les criailleries de politicards véreux et sans autre imagination que celle de l’intérêt personnel, au lieu de se repaître de la triste pitance fournie par la caste journalistique en mal de scandales et de bons coups apparemment seuls capables de maintenir les médias hors d’eau, au lieu de s’ébahir devant les prouesses artistiques des candidats aux oscars et autres membres de la chicquéria nationale et internationale, il faut y aller ! Nous avons deux candidats, dont les programmes réunis répondent assez exactement aux attentes de « gauche », mais d’une vraie gauche, si on les extrapole un peu !

En effet, si on passe sur le détail des mesures qu’ils proposent, on découvre quatre grands dénominateurs communs : 1. remise en cause d’une économie-fuite-en-avant fondée sur le toujours plus et les profits immédiats, 2. refus de l’idéologie consumériste frelatée et accent mis sur les besoins fondamentaux de l’individu, 3. protection de l’environnement, 4. une démocratie vraie faisant la part belle aux citoyens de base à nouveaux acteurs de leur destin.

Les harmoniques de ces grandes options sont :

* la fin de l’idéologie d’un travail conçu comme valeur suprême et désormais réduit à sa part utile et nécessaire,

* davantage de temps libre (ce qui ne veut pas dire temps perdu à glander),

* une redéfinition de l’école enfin « la bride sur cou », libérée de toutes les pressions économiques, idéologiques pour enfin se consacrer au développement individuel et social, harmonieux de chacun,

* la prise en compte de l’héritage environnemental légué aux générations futures et le respect de toutes les formes de vie,

* une redéfinition des modes de vie et l’abandon de toutes les conduites aberrantes que le système actuel fait passer pour essentielles, nécessaires, sous le couvert des modes, du matraquage publicitaire, de la « Kulture »…

* une autre organisation politique sans politiciens de métier, tout citoyen pouvant choisir, dans le cadre d’une sorte de service civique, de postuler une représentation du peuple, sachant que cette activité sera limitée à une législature et qu’il continuera, pendant ce temps, à percevoir son salaire habituel.  

* une égalité vraie des citoyens sans différences de sexe, de couleur, d’origine, de « position » sociale et une liberté rendue possible par un véritable salaire universel de base, mais ne supprimant pas la responsabilité personnelle dans le cadre social (participation, santé, solidarité…)

* À propos de salaire, assez des justifications creuses de l’écart des salaires : ni de 1 à 1000 ni de 1 à 20 ! Pourquoi le médecin devrait-il gagner beaucoup plus que le facteur ? Sur le plan de l’utilité, dans une société vraiment de gauche, tout emploi a la même valeur et doit bénéficier du même traitement. Le fait d’exercer le métier que l’on aime étant le meilleur salaire !

Parions que cette nouvelle France serait un exemple utile pour d’autres pays dans lesquels les populations en ont assez de cette « Kulture » du toujours plus, de la consommation débridée, du stress, de la destruction de notre environnement, du mensonge et des fausses apparences car tout se tient (dans un système comme dans l’autre)…

Alors, allons-y, votons à gauche ! À gauche toute ! et veillons à ce que les promesses des candidats une fois élus aillent dans le bon sens et aboutissent à leurs finalités naturelles.

Mais apparemment, en France, on aime à se dire à gauche, à revendiquer, à protester, mais quand il s’agit de passer aux faits, on hésite, on ergote, on a peur de sauter le pas. Le beurre et l’argent du beurre, voilà… ou alors, on botte en touche : Macron !

Une fatalité ?

Devant les errements révolutionnaires entre 89 et 93, le fameux marquis, le divin marquis, Sade, exhortait ses concitoyens : «  Français, encore un effort pour être républicains » ! En serait-on toujours au même point ? Ces élections nous apporterons une réponse.

 

Y.F

1 COMMENTAIRE

  1. Est-ce bien sérieux cet appel à voter pour deux extrémistes jacobins “de gauche” qui n’ont rien à envier dans ce domaine aux français jacobins de droite ou d’extrême droite ?
    Que peut bien attendre le peuple breton d’individus qui considèrent toute revendication bretonne comme l’expression d’un repliement communautarisme ?
    Mélenchon et Le Pen sont les pires ennemis du peuple Breton, pourquoi devrions nous choisir entre la peste et le choléra ? A part pour les employés de l’arsenal je ne vois pas très bien l’intérêt.
    Est-il possible de savoir qui est Y.F qui signe un tel appel à voter pour le centralisme français alors même que nous avons un impératif en tant que Bretons qui est de le combattre en vue de l’émancipation du peuple Breton.
    Y.F le Français dans l’âme préfère t-il rester anonyme ?
    Denez RIOU

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here